L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Agnès Marion : « Partout où il siège, le Front National défend la famille et la dignité de la personne humaine »

Membre du Comité Central du Front National, Agnès Marion est conseillère municipale du 7e arrondissement de Lyon et conseillère régionale à la région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est la présidente du Cercle Fraternité dont le lancement a eu lieu le samedi 15 octobre à Paris. Elle a bien voulu répondre aux questions du Rouge & Le Noir.

R&N : Quels sont les buts du Cercle Fraternité dont vous êtes la présidente ?

Agnès Marion : Nous avons souhaité créer une structure de réflexion, d’action et de communication autour de la notion de Fraternité.

Nous voulons nous ré-emparer de ce mot magnifique mais galvaudé, dénigré, vidé de son sens : la Fraternité. Ce lien de parenté entre frères et sœurs, ce sentiment d’appartenance et de solidarité, la devise républicaine l’élargit à la nation tout entière. Nous sommes tous les fils d’une même mère symbolique, la France, les héritiers d’une histoire commune, les acteurs d’un destin partagé. Elle nous donne à nous, Français, entre nous, des droits et des devoirs

Comme le disait Marion Maréchal Le Pen dimanche 16 octobre à la tribune de la Manif Pour tous : « Nous refusons ce monde de déracinés, de désaffiliés, d’amnésiques historiques, de consommateurs compulsifs et interchangeables ». C’est une belle occasion qui nous est donnée là d’apporter des éléments de réflexion sur des sujets aussi variés que la vie humaine, la vieillesse, le handicap, la notion de solidarité nationale, le système de protection sociale et bien sûr toutes les questions fondamentales que pose la légalisation du mariage homosexuel.

Notre but est double. Nous voulons clarifier les « faux procès » que l’on fait au Front National. Le discours de Marine Le Pen est sans ambiguïté au sujet de l’abrogation de la Loi Taubira. On ne peut en dire autant des autres principaux candidats à la présidentielle. Par ailleurs, partout où il siège, le Front National défend la famille et la dignité de la personne humaine. Que ce soit dans les municipalités, les conseils départementaux ou régionaux, à l’Assemblée Nationale, au Sénat, au Parlement Européen, nos votes sont irréprochables !

Mais nous allons beaucoup plus loin, nous souhaitons nous inscrire dans le paysage FN comme force de proposition sur les problématiques sociales, familiales et « sociétales ».

R&N : Quelle est la nature exacte de ce cercle. Est-ce un collectif du Rassemblement Bleu Marine ?

Agnès Marion : Le Cercle Fraternité a vu le jour grâce à Louis Aliot, vice-président du Front National et président du Club Idées Nation qui a donné l’impulsion à notre initiative. Gilbert Collard, secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine, nous a invité à le lancer dans un lieu hautement symbolique : l’Assemblée Nationale où se font et se défont les lois.

Nous portons un sujet très large, la Fraternité. Notre travail sera donc transversal autour de quatre axes : la solidarité nationale, la dignité de la personne humaine, la famille et un quatrième item que nous avons nommé « vers un vrai féminisme ». Beaucoup de sujets portés spécifiquement par un collectif feront également l’objet de notre attention et de notre réflexion, que ce soient l’école, la santé ou la culture par exemple, avec toujours ce souci de réintégrer une perspective anthropologique dans la politique. Cette démarche nous semble indispensable pour que le Front National puisse porter la vision de long terme dont les élites françaises ne sont plus capables, pour renouer avec la longue durée dont parle Marine Le Pen.

R&N : Quels seront les interlocuteurs extérieurs au Front National (associations, structures sociales, intellectuels, ...) avec lesquels vous discuterez ?

Agnès Marion : Nous sommes prêts à accueillir tous ceux qui ont des propositions, des travaux sur les sujets sociaux, familiaux ou « sociétaux » que nous évoquons, en bref tous les hommes et femmes de bonne volonté désireux de réfléchir avec nous à la refondation d’une société du don et de l’entraide contre toutes les logiques de prédation. Pour exemple, Dominique Marcilhacy de l’Institut “Familles et République” a présenté lors de notre colloque de lancement leur plan de réforme du système de protection sociale inspiré des travaux de Jacques Bichot. Nous avons rencontré ce dernier à plusieurs reprises. D’autres acteurs des problématiques sociales et familiales nous ont par ailleurs contactés suite au colloque.

R&N : Allez-vous procéder à la création d’antennes locales comme pour d’autres collectifs ?

Agnès Marion : Oui, bien sûr, c’est un des objectifs que nous nous sommes fixés. Déjà beaucoup de militants nous contactent et souhaitent relayer le Cercle Fraternité. Nous en appelons à toutes les bonnes volontés. Les membres fondateurs sont par ailleurs éparpillés aux quatre coins de l’Hexagone, c’est une force pour dénicher des soutiens et des contributeurs.

R&N : Habituellement présente lors du lancement des différents cercles créés ces dernières années par le Front National, Marine Le Pen n’était pas présente au lancement du Cercle Fraternité. Pourquoi ?

Agnès Marion : Comme je vous l’ai expliqué, notre cercle a vu le jour sous l’égide de Louis Aliot, avec le soutien de Gilbert Collard. Marion Maréchal devait être présente mais au dernier moment elle a eu un impératif qui l’a empêchée de se joindre à nous (le report de la cérémonie d’hommage aux victimes de Nice en raison des intempéries). Marine Le Pen comme candidate et chef de parti a un emploi du temps chargé. Mais toute initiative permettant d’une part de porter à sa connaissance les aspirations de nos concitoyens et les difficultés qu’ils rencontrent, d’autre part de donner de la visibilité et de la crédibilité à ses propositions est la bienvenue.

R&N : Vous interveniez ce dimanche au podium de La Manif Pour Tous. Quels seront les positions défendues par le Front National concernant la Famille durant la campagne de 2017 ?

Agnès Marion : Comme j’ai pu le rappeler à la tribune de la Manif Pour Tous, Marine Le Pen a inscrit l’Abrogation de la loi Taubira dans son programme présidentiel. Nous savons qu’une famille française sûre matériellement et solide symboliquement, c’est la France qui continue ! Ne nous méprenons pas, si le FN s’est prononcé à l’unanimité de son Bureau Politique contre le Mariage pour tous, et ce dès le 12 septembre 2012, soit avant que cette loi sociétale ne jette dans la rue 3 millions de personnes, ce n’est en aucun cas par conformisme bourgeois ni récupération politique à la manière de certaines partis. D’ailleurs les manifestants, et c’est suffisamment unique pour le souligner, ne défendaient pas des intérêts partisans mais une vision de la société et de la civilisation. Le Front National a pris acte de la nécessité de structurer la société autour d’une cellule familiale solide fondée sur sa forme naturelle (un père-une mère). Protéger le lieu de la filiation, préserver le foyer de la transmission et soutenir la source du lien social désintéressé, voilà donc la triple raison de l’opposition absolue du Front National au Mariage Pour Tous : à l’intérêt supérieur de l’enfant d’avoir un père et une mère se lie une position antilibérale (refus du marché partout, des logiques de marchés pour tous, de la marchandisation des corps — celui de la femme, celui de l’enfant, celui de chacun d’entre nous — que sont la PMA et la GPA).

R&N : "Transmettre" : comment se déclinera ce thème au sein du Cercle Fraternité dans les mois à venir ?

Agnès Marion : La notion de Transmission sera bien sûr au cœur de nos travaux. Nous avons d’ailleurs voulu les placer sous la citation de l’on prête à Gustav Mahler mais qu’il a lui-même emprunté, semble-t-il, à Thomas More : « La tradition n’est pas la vénération des cendres, elle est la passation du feu ».

À travers la défense de la famille, cellule de base de la société qui est par nature le lieu de la transmission, nous avons un moyen de lutter concrètement contre la mondialisation et le déracinement dont elle se nourrit. C’est en effet avec l’histoire de sa famille, de sa lignée, que chaque Français peut s’inscrire dans la grande histoire de France. La France comme une personnalité héritée des siècles, vivante, incarnée, loin d’une conception abstraite de la Nation. Prendre soin des familles françaises c’est donc renouer avec la longue durée dont parle Marine Le Pen, cette mémoire française venue du fond les âges dont nous sommes dépositaires et que nous devons défendre pour la transmettre à nos enfants ! Mais, concomitamment, nous ne pourrons faire l’économie d’une réflexion en profondeur sur notre démographie et les conditions d’acquisition de notre citoyenneté. L’enjeu terrible, dramatique, immédiat qui nous fait face est que la natalité française, qu’il faut défendre, est en même temps le révélateur de l’immigration et des partitions communautaires, prolongés, accentués par les naissances et l ‘absurdité du droit du sol. Or, on n’appartient pas à la famille française du seul fait d’être né en France, il faut en partager les mœurs, l’histoire et l’amour du pays et de ses citoyens... Or nous contribuons à entretenir des familles qui ne se vivent pas comme françaises et qui, plus gravement encore, se construisent même contre la France : l’actualité des derniers mois nous l’a tragiquement rappelé à maintes reprises. On ne peut plus faire semblant de penser ou repenser une politique familiale sans poser le problème de l’immigration, du communautarisme et de la francophobie croissante. La question identitaire pèse aujourd’hui sur toutes les autres…

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0