L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Salomon et l’athéisme

Méditant sur le thème du péché et de la mort, j’ai été invité par le directeur spirituel d’une retraite de Saint Ignace à me pencher sur le verset 24 du chapitre 2 du Livre de la Sagesse : « C’est par l’envie du diable que la mort est venue dans le monde ». Et certes, l’intérêt théologique et pratique n’est pas mince, comme c’est souvent le cas avec les exercices de Saint Ignace.

Néanmoins, le grand maître me le pardonne, mon attention a été attiré sur le cheminement intellectuel précédant le verset. Après tout, il s’agit de la fin du chapitre.

Aussi, je livre à la méditation des lecteurs ce passage du Livre de la Sagesse qui se passe de commentaires. Ceux qui avaient déjà pensé à le faire pourront le pénétrer d’avantages, ceux qui n’y avaient pas pensé en tireront un profit encore plus certain.

« [Les impies] se sont dit, raisonnant de travers :

« Il est court et triste le temps de notre vie, et, quand vient la fin d’un homme, il n’y a point de remède ; on ne connaît personne qui délivre du séjour des morts. Le hasard nous a amenés à l’existence, et, après cette vie, nous serons comme si nous n’avions jamais été ; le souffle, dans nos narines, est une fumée, et la pensée, une étincelle qui jaillit au battement de notre coeur. Qu’elle s’éteigne, notre corps tombera en cendres, et l’esprit se dissipera comme l’air léger. Notre nom tombera dans l’oubli avec le temps, et personne ne se souviendra de nos oeuvres. Notre vie passera comme une trace de nuée ; elle se dissipera comme un brouillard, que chassent les rayons du soleil, et que la chaleur condense en pluie. Notre vie est le passage d’une ombre ; sa fin est sans retour, le sceau est apposé et nul ne revient.

« Venez donc, jouissons des biens présents ; usons des créatures avec l’ardeur de la jeunesse, enivrons-nous de vin précieux et de parfums, et ne laissons point passer la fleur du printemps. Couronnons-nous de boutons de roses avant qu’ils ne se flétrissent. Qu’aucun de nous ne manque à nos orgies, laissons partout des traces de nos réjouissances ; car c’est là notre part, c’est là notre destinée.

« Opprimons le juste qui est pauvre ; n’épargnons pas la veuve, et n’ayons nul égard pour les cheveux blancs du vieillard chargé d’années. Que notre force soit la loi de la justice ; ce qui est faible est jugé bon à rien. Traquons donc le juste, puisqu’il nous incommode qu’il est contraire à notre manière d’agir, qu’il nous reproche de violer la loi, et nous accuse de démentir notre éducation. Il prétend posséder la connaissance de Dieu, et se nomme fils du Seigneur. Il est pour nous la condamnation de nos pensées, sa vue seule nous est insupportable  ; car sa vie ne ressemble pas à celle des autres, et ses voies sont étranges. Dans sa pensée, nous sommes d’impures scories, il évite notre manière de vivre comme une souillure ; il proclame heureux le sort des justes, et se vante d’avoir Dieu pour père. Voyons donc si ce qu’il dit est vrai, et examinons ce qu’il lui arrivera au sortir de cette vie. Car si le juste est fils de Dieu, Dieu prendra sa défense, et le délivrera de la main de ses adversaires. Soumettons-le aux outrages et aux tourments, afin de connaître sa résignation, et de juger sa patience. Condamnons-le à une mort honteuse, car, selon qu’il le dit, Dieu aura souci de lui. »

Telles sont leurs pensées, mais ils se trompent, leur malice les a aveuglés. Ignorant les desseins secrets de Dieu, ils n’espèrent pas de rémunération pour la sainteté, et ils ne croient pas à la récompense des âmes pures. Car Dieu a créé l’homme pour l’immortalité, et il l’a fait à l’image de sa propre nature. C’est par l’envie du diable que la mort est venue dans le monde, ils en feront l’expérience, ceux qui lui appartiennent. »

Chapitre 2 du Livre de la Sagesse

Loriquet

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2022 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0