L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[JOUR DE COLÈRE] Je serai dans la rue dimanche

A la veille de la manifestation Jour de Colère, contrairement à mon confrère Bougainville, j’espère personnellement que cette manifestation rassemblera un monde suffisamment nombreux pour peser sur la scène politique. Sans formuler de réponse construite comme cela a été fait, sur le sujet, je dirai simplement que je considère comme un très grand danger ce pouvoir qui a manifestement usé toute son imagination et son inventivité pour s’installer, et auquel il ne reste de toute évidence aujourd’hui rien d’autre que la perspective de savourer la gloriole qu’il y a à être inscrit à jamais dans les registres dorés de la république. Ce pouvoir n’a à mes yeux aucune légitimité, il n’a fait que mentir durant la campagne présidentielle, et renie depuis bientôt deux ans promesse après promesse, engagement après engagement. Cherchant le pouvoir parce qu’il était à sa portée, cet homme et ses séides ont montré leur médiocrité, leur bassesse, mais surtout, à quel point l’intérêt de la France est étranger à leurs soins.

En deux ans, sur le monceau de dégâts déjà bien préparé par les prédécesseurs, François Hollande et sa fière équipe ont tout fait pour aggraver la situation, et le peu qui les sépare politiquement de leurs adversaires de 2012 n’est même pas à leur avantage, puisque, sans remettre un instant en cause les logiques ultralibérales dictées par Washington et Bruxelles, ils se contentent de bombarder d’impôts la quasi-totalité des acteurs économiques et sociaux encore utiles de notre pays, particulièrement les agriculteurs, qui se meurent dans l’indifférence citadine la plus totale, et jusqu’à la famille, qui, symboliquement comme économiquement, est attaquée de toute part jusqu’à bientôt devenir une fabrique de monstres d’égoïsme et d’incurie. Le 1er janvier, licence a été donnée à tout ce que l’Europe de l’Est contient de populations en butte avec les principes de la civilisation sédentaire de venir chercher en France, avec les pratiques que l’on connait, les bénéfices indus qu’ils n’arrivent pas à arracher à leurs pays d’origine. Le manque de tenue présidentiel, la moraline pisseuse et même pas cohérente qui tient lieu de politique internationale continuent de ridiculiser la France auprès du monde ; et le dernier épisode de la pantomime ministérielle en date, autour de Dieudonné, a révélé au grand jour la tendance répressive de Manuel Valls, que Najat Belkacem souhaite même étendre aux meetings politiques dont elle désapprouve le contenu. Ruine assumée de la société, menace pour nos populations isolées et déjà abandonnées de tout, humiliation de la France aux yeux de nos concurrents ou alliés, prise en chasse des opposants politiques, voilà les quatre éléments qui me feront descendre dimanche dans la rue, car il s’agit bien pour moi de dangers pour notre pays, rien de moins.

Il ne s’agit pas simplement de manifester gratuitement sa colère, le nom est peut-être mal choisi. Il me semble que c’est tout un pays qui a intérêt à montrer les crocs, non pas par plaisir de gêner Hollande, mais pour créer un choc suffisamment puissant pour mettre un veto définitif sur ces politiques rien moins que maléfiques. Je ne vois, en réalité, pas grand-chose qui puisse, sortant de notre protestation dimanche, être pire que ce que nous subissons aujourd’hui. Que mon confrère Bougainville s’ôte de la tête l’idée qu’il n’y va dimanche que d’une parade cosmétique, ou d’un pied-de-nez espiègle adressé à la caste dirigeante ; et je refuse de me dire que, parce que nous n’intéressons pas le pouvoir en termes électoraux, nous ne serons pas écoutés. Ce genre de discours consiste à abandonner toute volonté dans les mains d’un régime qui considère que l’onction du suffrage universel lui donne le pouvoir magique de décider de tout ou n’importe quoi.

Peut-être certains savent-ils se contenter de ce système non seulement injuste, mais surtout contraire aux fondements de la société humaine. Pas moi. Je serai dimanche dans la rue.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2018 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0