L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

On discute beaucoup, en ce moment, d’une hypothétique alliance avec l’Islam en vue de mettre en échec le laïcisme et la propagande LGBT. Pionnière en la matière, l’ancienne militante beur Farida Belghoul a en effet initié il y a quelques mois un projet intitulé « Journée de retrait de l’Ecole » (JRE) afin de protester contre l’enseignement de la théorie du genre dans les écoles publiques françaises. Elle n’a pas hésité à s’afficher aux côtés de catholiques de droite, tels Christine Boutin, Béatrice Bourges ou Alain Escada.
Dans le camp catholique et patriote, une telle alliance ne laisse d’étonner, et provoque des réactions diverses : acceptation parfois naïve, ou bien méfiance et hostilité affichée.

Il s’agirait de savoir de quoi l’on parle. Car enfin, de quelle Alliance discute-t-on ?
Que les choses soient claires : une alliance entre la Croix et le Croissant est impossible. D’un côté la Vérité, de l’autre l’erreur. Il faut être bien naïf pour croire que l’on puisse s’allier avec une religion qui, en plus d’être une spiritualité, est un système intégral, politique et juridique, ne laissant qu’une place de dhimmis aux catholiques que nous sommes.
Il faut aussi être bien aveugle pour ne pas voir dans la présence politique et militante de l’Islam en France une négation de notre Histoire et de notre identité. Non, vraiment, s’allier avec l’Islam est un projet funeste.

Ces rappels étant faits, il s’agit de se pencher sur la véritable question.
Le point n’est pas de savoir s’il est juste de s’allier avec l’Islam, mais plutôt de s’interroger sur l’opportunité de mener des actions ponctuelles aux côtés de musulmans. Non avec tous les musulmans, mais avec certaines personnes qui, oui, sont parfois musulmanes.
Je réponds par la positive : il peut tout à fait exister chez les musulmans des hommes de bonne volonté et de bonne conduite, prêts à nous appuyer pour contrer le progressisme, qui les heurte autant que nous.
Je réponds oui, mais pas sans condition. Les musulmans qui voudront, à l’instar de Farida Belghoul, ferrailler du côté des catholiques français, devront être français avant tout, et abandonner toute velleité de vivre chez nous comme en terre d’Islam. La France n’est pas une terre d’Islam et, grâce à Dieu, elle ne le sera jamais.

La seconde question apparaît alors. Ces quelques musulmans qui nous auront rejoints, sont-ils véritablement français ? Une chose est certaine : ils sont français de fraiche date, et nombre de leurs correligionnaires sont loin de briller par leur amour du drapeau national…
Mais ces alliés musulmans, seront-ils moins sincères et patriotes qu’un Français d’origine française ayant abandonné toute fierté identitaire, tout honneur et renié son héritage ? Certes, l’immigration venue d’outre-Méditerranée, par son caractère massif, modifie le corps ancestral de la France ; mais depuis plus de deux siècles, c’est un mal intérieur qui ronge l’âme de la France ! Ce mal, c’est la République laïciste ! Si des musulmans aiment la France d’un amour filial et considèrent que cette terre est belle lorsqu’elle est catholique et parsemée de clochers, pourquoi refuserions-nous leurs mains tendues ?
C’est là affaire de personnes, de circonstances et de vigilance. On ne s’allie pas à une idée, mais à des hommes de chair et d’os qui, par delà leur adhésion à une religion dont nous affirmons le caractère erroné, peuvent aimer la France réelle et charnelle, la France catholique et éternelle. Il semble que ce soit le cas de Farida Belghoul, qui appelait récemment sur son site à défiler en l’honneur de Jeanne aux côtés de Civitas afin de « bouter la théorie du genre hors de France  » car « sauver la pudeur et l’intégrité des enfants c’est aussi sauver les principes de la France chrétienne  »

De telles personnalités sont peut-être rares, mais leur aide peut nous être précieuse. Nous ne pouvons nous payer le luxe de les ignorer. Qui sait, peut-être ces quelques musulmans amoureux de la vraie France seront-ils les harkis du XXIe siècle ?

Laissons là les discussions sans fin sur le bien fondé d’une alliance avec l’Islam, qui n’aura de toute façon jamais lieu. Retournons plutôt vers le réel, sans nous priver de bonnes volontés d’où qu’elles viennent, pourvu qu’elles ne nous imposent rien.
Dans les assauts que nous mènerons à leur côtés, rien ne nous empêchera d’imiter notre aïeul Charles Martel, si jamais le besoin s’en fait sentir…

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0