L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Cet article nous a été proposé par une lectrice. Jeanne, militante de la première heure, a ressenti durement la promotion de l’union civile par Frigide Barjot au sein de la Manif pour tous.

Nous relayons volontiers cet article, qui s’il ne reflète pas nécessairement la position des rédacteurs du R&N, a néanmoins le mérite de poser les termes d’un débat nécessaire. Nous publions cette lettre ouverte telle quelle, en espérant que l’exaspération d’une partie croissante des militants sera entendue par les « leaders » du mouvement.

Frigide Barjot revient de Lyon, où sa proposition d’union civile a été huée par les manifestants. Comme Frigide est persuadée qu’elle est seule à avoir raison, et que seule sa manière de mener le combat est pertinente, elle n’essaye pas de discuter avec ses opposants – qui sont en théorie ceux dont elle est censée porter la parole, elle n’essaye pas d’expliquer son point de vue, d’argumenter, elle les accuse sur sa page facebook d’être des fascistes.

Frigide n’envisage pas une minute qu’on puisse ne pas être d’accord avec elle et pour autant ne pas être un abruti fascisant : qui n’est pas pour ce que dit Frigide est forcément fasciste, quoi qu’elle dise. C’est là le point troublant : qu’elle puisse considérer que son évolution personnelle, non pas en tant que porte-parole mais en tant que catholique engagée, doive forcément être la règle pour tous. Certes Frigide défend l’union civile depuis plusieurs mois, à titre personnel, mais les messages officiels de La Manif Pour Tous n’ont jamais présenté cette possibilité comme la revendication du mouvement.

Vouloir aujourd’hui confisquer toute la manifestation pour tous au seul profit de sa mouvance (limitée à 200 signatures depuis la pétition qu’elle a lancée il y a 15 jours, ndlr), c’est un peu comme François Hollande qui considère que tous les Français sont forcément d’accord avec sa proposition 31 parce qu’ils ont voté pour lui, non ? C’est un peu comme si Madame Taubira ne comprenait qu’on puisse ne pas accepter sa loi juste et généreuse, non ? Appeler à la vigilance anti-fasciste avec qui n’est pas d’accord avec son idée, c’est un peu se comporter en Caroline Fourest, non ? Mettre en doute la bonne foi des organisateurs, c’est un peu se comporter comme un Manuel Vals expliquant que les organisateurs de La Manif Pour Tous n’ont pas su gérer leur mouvement, non ? Frigide, pourquoi es-tu fasciste ?

Appeler à faire le ménage dans les rangs du mouvement, au nom de la démocratie et de la pluralité, ça ressemble plus à la nuit des longs couteaux qu’à un débat intellectuel. Frigide veut que La Manif Pour Tous soit sa chose, elle a tort, ce mouvement n’appartient à personne, et certainement pas à un porte-parole qui ne porte plus que sa propre parole ; Frigide veut apaiser la rue en proposant l’union civile, elle a tort, car les opposants à la loi Taubira ne peuvent pas se satisfaire de demi-mesures tactiques ; Frigide veut (faire) croire qu’une rupture anthropologique majeure, comme elle la nomme, peut se résoudre avec une forme nouvelle de contrat légal, elle a tort, et elle le sait, car ceux qui ont œuvré pour faire aboutir leurs intérêts minoritaires (en adoptant d’ailleurs une même attitude fasciste de discrédit de leurs opposants, surtout homosexuels) ne se satisferont pas d’une demi-mesure et l’ont déjà annoncé.

Frigide, pourquoi préfères-tu avoir tort avec l’UMP, Fourest et Taubira plutôt que raison avec nous ?

Frigide, on ne lutte pas contre un bouleversement de la société avec une proposition d’union civile. On ne réunit pas tous les opposants en leur imposant une pensée unique. On ne mobilise pas les manifestants en les assimilant à des fascistes. On ne lutte pas contre les siens avec les armes de l’adversaire, le mépris, l’exclusion, l’amalgame, le déni et le mensonge. On ne prétend pas qu’on ne lâche rien pour ensuite lâcher sur l’union civile, en attendant de lâcher sur le reste. On ne peut pas se plaindre du silence des médias et des méthodes de la police pour ensuite reprendre à son compte les manières de Fouquier-Tinville médiatique de Caroline Fourest et consorts. On n’appelle pas à la purge du mouvement au moment où d’autres combats se profilent. Bref, Frigide, tu essayes de te redonner une virginité médiatique en assassinant un mouvement qui t’a tout donné, et qui t’a beaucoup plus donné que tu ne lui as apporté.

Si parler te démange, si être une catho branchée est ta raison d’être, mène les combats que tu veux avec les troupes qui te choisiront, plutôt que de forcer les soldats d’assister au lamentable spectacle des prétendus chefs qui se déchirent, avant d’abandonner leur troupe en se lavant les mains. Tes amalgames sont puérils, ce sont ceux des médias qui t’assimilent à tes amis d’extrême-droite. Tes méthodes puent, ce sont celles de tes adversaires qui répondent par l’injure à tes arguments. Tes ambitions sont douteuses, ce sont celles de tes amis de l’UMP qui rêvent de récupérer La Manif Pour Tous mais reculent déjà sur l’abrogation de la loi Taubira. Tu veux que La Manif soit Pour Tous ? Accepte que les gens ne soient pas d’accord avec toi, et laisse les gens de La Manif adhérer à l’UMP ou au PS, au FN ou au Front de Gauche, ou à aucun parti (certainement l"immense majorité de ceux qui ceux qui se sont levés il y a des mois maintenant), laisse-les être musulmans ou catholiques : ce n’est pas une affaire de parti, ce n’est pas une affaire de religion. Ne confisque pas notre parole, porte-la – ou tais-toi.

Jeanne, militante LMPT de la première heure

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2018 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0