L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[EUTHANASIE] « C’est le progrès ! C’est inéluctable, comme la loi Veil… »

En ce début d’année, le Rouge et le Noir se propose de réfuter un par un chacun des arguments phares des partisans de l’euthanasie.
Retrouvez l’ensemble de notre dossier.

« L’euthanasie ? Mais c’est le progrès, c’est inéluctable », entend-on. Pis : nous étions déjà « contre la loi Veil » : nous ne comprenons décidément rien aux avancées sociales.

Fait de progrès et idée de progrès

On distingue trop peu entre le fait de progrès et l’idée de Progrès. Le fait de progrès est une amélioration dûment constatée : technique ou mécanique. Ainsi, l’invention de la roue est un fait de progrès.
Toute autre est l’idée de Progrès : il ne s’agit en rien du constat d’une avancée, mais d’une construction intellectuelle et idéologique dont l’alpha et l’oméga tiennent en deux mots : tabula rasa . Universel et illimité, ordonné à un prétendu « sens de l’Histoire », le progrès en tant qu’idée est un train lancé à grande vitesse sur les rails de la modernité.

La culture de mort est une idéologie, non une amélioration

La loi naturelle, inscrite dans le cœur de chaque homme et sublimée par la Foi et la doctrine chrétienne, est un obstacle à l’idée de Progrès.
Le Décalogue comme le bon sens nous chuchotent à l’oreille : Ne tuez point ! D’Hippocrate au Pr. Lejeune, le bon sens a toujours vu dans la main du médecin ou du savant un instrument de soin, de soulagement et de charité, non de mort.
L’accueil du plus faible - miséreux, vieillard, handicapé ou mutilé - est un pilier de notre civilisation ; l’idéologie du Progrès se réalise à rebours de ces piliers, au nom d’une vieille chimère libertaire d’auto-possession, refusant une nature contraignante.
La culture de mort obéit ainsi à une logique propre. De la loi Veil à l’affaire Vincent Lambert, cette chimère n’est pas un fait de progrès, mais une idéologie. Qu’il s’agisse d’avortement – l’infanticide – ou de l’euthanasie – l’assassinat -, cette idée folle révèle son caractère mortifère. C’est tuer sciemment notre prochain, par la main du personnel médical. Où est l’ « amélioration », propre au fait de progrès ? Depuis 1975 cet engrenage, dont l’euthanasie est un rouage, est présenté comme nécessaire à « l’émancipation ».

L’« effet cliquet », un dogme à abattre par le courage politique

Déjà autorisée à l’étranger, l’euthanasie s’immisce en France. Ses partisans usent et abusent de la théorie de l’« effet cliquet » : toute avancée sociale serait définitive, et l’abrogation impossible. « L’avancée » de l’avortement en est l’illustration.
Paradoxe du progrès : tout en abattant la loi naturelle et en transformant le droit positif, il s’érige lui-même en norme nouvelle et perpétuelle, sur laquelle aucun législateur postérieur ne saurait revenir.
Pourtant, ce qu’une loi humaine a posé, une autre loi humaine peut l’abroger.
Abattre ce dogme de l’effet cliquet nécessite de remettre la vertu de courage au centre de la société. Courage du député de voter non, courage du médecin de refuser de donner la mort, courage des Français de clamer haut et fort  : « Nous ne voulons pas avoir du sang sur les mains, nous ne voulons pas de votre Progrès ».

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0