L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Place Vendôme, 8 mars 2017 : veille des Sentinelles à l’occasion la journée de la femme

Le 8 mars au soir, des Sentinelles veilleront place Vendôme à Paris, à l’occasion de la journée de la femme.

Dans notre monde, l’altérité des sexes est contestée avec, par exemple, cette théorie du genre qui « n’existe pas » mais fait l’objet d’un enseignement sournois. L’indifférenciation est promue comme un style de vie à la mode. Ce refus des déterminismes naturels est une des sapes qui vise à faire s’effondrer le socle anthropologique de notre société. C’est une perversion disait un médiatique docteur.

Dans notre monde, des femmes sont réduites en esclavage. Il n’est pas comparable aux traites arabo-musulmane ou transatlantique. Cet asservissement revêt de multiples formes. Combien de jeunes filles issues de familles d’immigration récente sont mariées de force dans leurs pays d’origine ? Combien de femmes subissent un asservissement domestique dont elles ne peuvent échapper, parfois maintenue dans ce carcan par une violence physique et psychique continue ? Combien de prostituées remettent les fruits de leur travail sordide à des proxénètes ?

Dans notre monde, certes pas à l’intérieur de nos frontières, mais pas si loin de là, des femmes vendent d’autres services pudiquement désignés comme « reproductifs ». Certaines vendent leurs ovules, d’autres portent un enfant qu’elles céderont à sa naissance. La marchandisation du corps humain qu’implique la gestation pour autrui (GPA) est bien là. L’hypocrisie des élites qui nous gouvernent atteint ici son summum : elles maintiennent une interdiction sur le territoire national mais facilitent cette transgression dans d’autres pays où le « prolétariat » des gestatrices n’est pas protégé, organisant la promotion de cette pratique à grand coup de sentimentalisme médiatique dans le but de la rendre socialement plus acceptable.

Pour certains, rien ne doit s’intercaler entre l’individu démuni et le marché triomphant. Des Sentinelles ont donc choisi pour ces raisons de veiller lors de la Journée de la Femme. Comme pour chaque veillée, toutes les sentinelles, des deux sexes, sont les bienvenues, avec toujours les mêmes recommandations : respecter le silence, les distances entre chacun de nous, l’absence de signes distinctifs et la bienveillance.
Un événement Facebook (facultatif) a été créé pour l’occasion.

Des Sentinelles

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0