L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[Leçon de style] Tout est dit

La confusion entre « tout » adjectif et « tout » adverbe est l’une des fautes d’orthographe les plus fréquentes qui soient. On la trouve même dans la Bible de Jérusalem ! Notamment en Ézéchiel, 20, 40 : « […] que me servira la maison d’Israël, toute entière dans le pays » ou encore dans le Psaume 107 [106], verset 27 : « tournoyant, titubant comme un ivrogne, leur sagesse était toute engloutie. »

Il existe un moyen assez simple de l’éviter. Mais, avant tout, voyons les règles qui s’appliquent à ce « tout » qui laisse tout perplexe. Le dictionnaire des difficultés de la langue française, autrement appelé « le Thomas » (du nom de son auteur) explique que « tout » adjectif varie alors que « tout » adverbe est invariable. Pour les distinguer, il suffit de remplacer « tout » par « complètement » ou « entièrement ». Si l’on le peut, c’est qu’on a affaire à l’adverbe, lequel est toujours invariable. Cette règle cède, par souci d’euphonie, lorsque « tout » est placé devant un adjectif féminin commençant par une consonne ou un h aspiré. Ainsi, on écrira :

  • elle est tout étourdie (application classique de la règle) ;
  • elle est tout heureuse (le h muet ne compte pas comme consonne, « tout » reste invariable) ;
  • elle est toute confuse (pas de difficultés : l’orthographe suit le son) ;
  • elle est toute honteuse (le h aspiré compte comme une consonne, « tout » varie).

On prendra soin par ailleurs de distinguer « ils sont tout penauds » (ils sont complètement penauds) de « ils sont tous penauds » (tous sont penauds).

Cette règle n’a été consacrée par l’Académie qu’en 1704. Il est donc fort probable que vous rencontriez des « tout » variant en genre et en nombre à l’époque classique.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0