L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[SYRIE] Le « cri de la Patrie » d’un député d’Alep

M. Boutros Merjaneh est député d’Alep, en Syrie. Sa ville croule sous les bombardements des rebelles. M. Merjaneh a récemment lancé un « cri de la Patrie » :

« On dit que les grands Etats ont des intérêts que la logique ne reconnaît pas. Mais au XXIe siècle ceux-ci ne doivent pas être une cause de l’inhibition des valeurs humaines, de faire régner le principe de la force dans les relations internationales, de ce que ceux-ci empiètent sur le droit des peuples à la décision de choisir leur sort.
Ce qui se passe dans mon pays est une violation des valeurs humaines sous une couverture politiques des grands Etats prétendant la protection des Droits de l’Homme. Après que les vents du printemps arabe sont arrivés chez nous, il y a plus de quatre ans, ces droits-là sont entrés dans le champ des attractions de l’économie géopolitique, pour en anéantir certains et en violer le reste. L’homme dans mon pays paie un prix cher en mourant, en souffrant et en subissant la destruction de sa civilisation agée de plus de sept mille ans.
Nous sommes incapables d’expliquer les événements ; ce qui s’est passé dans ma ville d’Alep, il y a quelques jours, lorsqu’on y avait visé les quartiers résidentiels avec des fusées pendant que les citoyens étaient endormis chez eux, est incompréhensible par la raison humaine. Ce qui avait fait beaucoup de victimes et de blessés innocents qui sont pour rien dans le jeu des nations, sauf qu’ils se sont trouvés en même temps, au bon et mauvais endroit, outre cette grande destruction dans les propriétés.
La souffrance et la tristesse sont énormes, elles touchent chaque syrien, puisqu’il avait perdu la stabilité, la sécurité et la paix pour les intérêts de ces nations-là, et par l’indifférence de leur gouvernement vis-à-vis du sort des peuples.
Le terrorisme règne dans mon pays ; sa définition est la même partout dans le monde ; il faut lutter contre lui partout où il se trouve. Par conséquent, il faut cesser d’appliquer la politique de double mesure, puisque la politique de lutte contre le terrorisme ne réussira pas tant qu’il y a ceux qui considèrent expressément, pour garder leurs intérêts, que Daesh et ses sœurs en Irak et partout dans le monde, constituent le terrorisme contre lequel on doit lutter, mais en Syrie, ce n’est que l’opposition modérée armée, puisque l’injustuce dans un lieu produira l’injustice partout.
« Rien n’est plus puissant qu’une idée dont le temps est venu »
Victor Hugo
Je lance un Cri de Patrie pour qu’il soit entendu par les propriétaires d’une conscience vivante, et je crois qu’ils sont nombreux : arrêtez ce jeu absurde, la mort et la destruction en Syrie, dites le mot de la vérité. Si les guerres commencent par des mensonges, il est temps qu’elles se terminent par la vérité.
Il sera triste et honteux d’imaginer ce que perpètre ce terrorisme, ce qui causera une catastrophe au monde, ce qui s’inscrit comme un souvenir humain affligeant, dont les souteneurs sont fiers, si les volontés ne s’unissent avant les efforts, pour lutter contre lui. Nous devons tous revenir aux valeurs humaines, être lutteurs contre le terrorisme, artisans de paix et non pas souteneurs de guerre. Arrêtez l’afflux d’argent, d’armes et de terroristes dans mon pays, puisque ce ne sont que des sanctions humaines interdisant le médicament et la nourriture, aidez ce peuple par tous les moyens dont vous disposez à résoudre sa crise par le dialogue, soutenez la solution politique, car il est temps pour que la voix de la diplomatie domine celles de l’arme, et pour que la stabilité et la paix s’installent en Syrie.
Je conclus en m’inspirant du penseur français André Parot qui avait dit : « L’Homme civilisé a deux patries, la sienne et la Syrie. » Puisque la Syrie est la terre de la paix, le berceau de la paix, le pays de la paix, et son peuple tend la main pour la paix.
Laissez les syriens choisir leur avenir car ils sont plus capables que tous ces Etas d’exprimer ce qu’ils veulent, parce-qu’ils résistent encore à la mort par la vie, remédient les blessures par la paix, et chantent les psalmodies de l’amour pour qu’elles dominent les cris de la haine.
Ce n’est qu’un Cri de Patrie lancé le 17 avril, le jour national de la Syrie, c’est la fête de l’indépendance. »

Boutros MERJANEH
Député du Parlement Syrien

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0