L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[PROFANATION] Réaction de Samuel Lafont

21 mars 2014 Rédacteur ,

Dans Les 4 Vérités, Samuel Lafont (tête de liste Force Vie dans la région Sud-Est aux élections européennes) réagit à la profanation de la basilique de Montmartre.

Extraits :

« Qu’attendre également de la majorité des journalistes ? Pas grand chose. Certains s’en prennent systématiquement au catholicisme, comme une « vieillerie » à abattre. Mao n’est pas loin. Souvenez-vous d’ailleurs de Nicolas Domenach dénigrant la masse de « blancs, catholiques et provinciaux » ayant foulé le pavé lors de la manifestation historique organisée par La Manif Pour Tous le 13 janvier 2013. Comme si aujourd’hui en France c’était une tare d’être blanc, catholique et de ne pas habiter Paris !

[...]

N’empruntons pas le terminologie de l’adversaire

Beaucoup parlent de « cathophobie » pour désigner de ces profanations, en reprenant la terminologie socialiste de ceux qui ont peur de tout. Le suffixe « phobie » raisonne pourtant trop, et à raison, comme une « peur » dans la tête des Français. Habituellement, l’utilisation de ce suffixe permet de prétendre que si une personne s’oppose à un phénomène, c’est qu’elle en a peur, qu’elle en a peur parce qu’elle ne le connaît pas, et enfin qu’avec une bonne dose d’éducation socialiste, cette personne finira par être obligée d’aimer ce dont elle ne voulait pas initialement.

Comme toujours le flou entre « peur » et « haine » est maintenu pour pouvoir englober tous les adversaires et les mettre dans le même sac : d’une part ceux qui peuvent encore être persuadés par la danse du ventre socialiste, les ignorants en quelque sorte, « ignorants » parce que pas au fait de la « vérité » socialiste et, d’autre part, les adversaires résolus de la mascarade relativiste qu’on tente de leur imposer, forcément « haineux ». Or il ne s’agit nullement de peur ici, mais soit de haine envers le catholicisme, soit de la simple volonté politique d’attaquer les symboles d’un adversaire supposé… et de faire de la communication à peu de frais.

Alors que la « France d’en bas », le « pays réel », la « majorité silencieuse » – appelez cela comme vous voulez – se réveille, allons-nous nous tirer une balle dans le pied en utilisant la terminologie relativiste de nos adversaires plutôt que de nous attacher à la réalité ? »

Retrouvez ici l’entretien de Corsaire avec Samuel Lafont dans le cadre de la campagne des élections européennes.

21 mars 2014 Rédacteur ,

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2022 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0