L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[PHOTOS] La vérité du cache-cache pour tous

Le cache-cache pour tous ne ressemble en aucun point à celui que vous connaissez depuis votre plus tendre enfance : c’est une course contre les forces de l’ordre, et l’enjeu est de ne point se faire arrêter. Le principe ? Courir, chanter et scander notre mécontentement face à la loi de dénaturation du mariage. « La rue est à nous » :

Et bien oui, pendant trois heures, la rue était aux mains de la manif pour tous. Nous étions peut-être une centaine, mais en réalité nous sommes des millions, et lorsque nous manifestons, c’est aussi pour tous ceux qui ne peuvent pas le faire.

Mesdames, ne prévoyez pas de talons et messieurs, laissez vos attachés-case a la maison : ce soir, course pour tous. Partis de Ségur, nous rejoignons Duroc, puis Sèvres-Lecourbe, direction Montparnasse. Les CRS nous collent, mais nous courons, groupés, aux aguets :

La police politique n’est pas loin, autrement dit les flics en civil (sans brassard bien sûr) nous suivent. L’arrivée à Montparnasse est triomphante :

Le quai est investi, sifflets sonnants et l’étendard de la famille flottant fièrement au vent.

Puis la course reprend, le rythme s’accélère et les cœurs s’échauffent : car les voici, les CRS. Au total, ce sont 17 voitures accompagnées d’un panier à salade qui descendent rue de Rennes. La course folle s’éloigne et se disperse. Coincée devant par le début des serrages et derrière par les camions de CRS, une partie de nos forces sort par une rue adjacente.

Le gros du groupe est dissout. Mais la partie ne fait que commencer : direction Saint-Michel, nous sommes à Montparnasse. Peu à peu les rangs se reforment au niveau de la fontaine Saint-Michel.

Puis c’est à nouveau le départ, direction Champ-de-Mars. Une fois arrivés, nous retrouvons une centaine des nôtres, et la course reprend (mais au pas cette fois-ci). La nouvelle tombe : nous allons aux Invalides.

Tout le long, et il faut en prendre conscience, des gens de chez nous ont fait la navette, en vélib, pour vérifier les itinéraires et la libre-circulation. Si nous avons pu marcher trois heures sans problème réel, c’est parce que nous formions un corps uni et discipliné. Nous savions que des pisteurs testaient le terrain ; et ils nous auront évité de tomber dans les filets des forces de l’ordre un bon nombre de fois. Contournement des Invalides par le boulevard des Invalides et nous voilà à Duroc. Nous prenons alors la rue de Sèvres pour remonter vers le Sénat !

Rue du Four, boulevard Saint-Germain sous l’œil attentif de la police, puis Odéon.

En tournant rue de Condé, nous arrivons aisément devant le Sénat.

Puis l’appel sonne : le quartier commence à être surveillé, il faut s’en aller. La prochaine étape est la Sorbonne, mais nous ne nous y rendrons jamais car au niveau du marché de Saint-Germain, toute la zone est officiellement bouclée, c’est la dispersion. Une sorte d’ultime coup avant l’échec et mat car ils sont partout, nombreux (nos rangs ont diminué) et moins fatigués. Et à ce moment, c’est le sprint final, car s’enfuir est la seule échappatoire possible. La fatigue, la soif (car oui après quelques heures à courir et sans eau, le corps fonctionne au ralenti) sont reléguées au second plan : seule compte la sortie, car sinon c’est le contrôle d’identité, voire la GAV.

Avis à tout amateur de cache-cache pour tous : n’oubliez pas que l’organisation et la cohérence sont indispensables au bon fonctionnement d’une action comme celle-ci. Aujourd’hui encore plus qu’il y a quelques mois, voire quelques semaines, il faut observer une rigueur implacable en matière de cohésion de groupe, car ce n’est qu’en étant soudés que nos idées porteront.

  • En pièces jointes, quelques photos avant le démarrage du cache-cache pour tous -

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2022 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0