L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Pas de raison qu’on ne s’amuse qu’à Paris ! Opération Tintamarre à Vannes, le 15 avril 2013

Témoignage de Porcinet, envoyé spécial du R&N à l’opération « Tintamarre » à Vannes.

Vivent les chouans du Morbihan !

Rendez-vous fixé à 21h sur le parking de l’Intermarché près du palais des arts, non loin du centre du chef-lieu du Morbihan… Le message à fait le tour de Vannes toute la journée du 15, relayé par tous ceux qui les recevaient. A 20h45, une soixantaine de voitures se garaient à cet endroit, immédiatement décorée de drapeaux et de slogans. Départ à 21h tout juste, le cortège se met en route, discrétion de rigueur, on ne klaxonne pas tout de suite.

Arrivées devant la mairie, toutes les voitures défilent en klaxonnant, la ville de Vannes retrouvera sa tranquillité seulement une heure plus tard. Par mesure de précaution, les destinations ne sont données qu’au dernier moment. La manif descend vers le port, sous les regards des passants et des policiers arrivés immédiatement après de début de la manif. Nous sommes arrêtés à l’entrée du port par une voiture, ce sont les renseignements généraux qui nous demandent quelle est la prochaine étape du cortège, ils nous ouvriront la route jusqu’au conseil général et la préfecture.

Premier passage sur le port, devant les terrasses des bars ou certains clients filment le cortège. Nous remontons par la Garenne, parc situé au centre de la ville, sur une hauteur, devant les remparts. Puis nous descendons vers la préfecture. Une minute d’arrêt, les lumières s’allument dans le bâtiment. Les policiers sont là, mais juste au cas où des débordements auraient lieu, ils ne nous arrêtent pas. Nous retournons sur le port, et entrons dans le centre-ville. Nous sommes maintenant plus de 70 voitures. La voiture de tête prend alors l’initiative de faire passer le cortège dans la vieille ville, avant de remonter vers la mairie dans un vacarme assourdissant. Un journaliste arrivé sur place prend des photos pour le journal local.

De retour à la mairie, le cortège est arrêté par 2 jeunes qui s’allongent devant nous pour protester. Ils ne resteront pas longtemps, vite évacués par les policiers qui nous libèrent la route. Nous repartons. Certains klaxons montrent des signes de fatigue, cela fait maintenant 45 minutes qu’ils sonnent constamment. Heureusement que des jeunes prennent le relais avec des cornes de brume et des sifflets. Ils sortent des voitures et remontent le cortège à pied, agitant des drapeaux tricolores. La manif touche à sa fin, il est 22h passées, nous retournons sur le parking de l’Intermarché. Les forces de l’Ordre sont remerciés et applaudies, le maire de Vannes, arrive sur les lieux et se laisse prendre en photo avec des jeunes manifestants.

Une petite photo avec le maire de Vannes

Les organisateurs remercient les participants, et annoncent la fin. Les affiches et drapeaux sont rentrés. L’ambiance est conviviale, les familles se retrouvent, les gens discutent un peu avant de rentrer chez eux. Le responsable des RG qui nous a accompagné nous avouera qu’il a été surpris. Bien qu’il fût déjà au courant, il n’imaginait pas autant de manifestants. A part quelques insultes et œufs jetés, nous n’avons pas eu d’incident à déplorer. Beaucoup de promeneurs nous ont applaudi, certains se sont joints à nous, en voiture, et même en scooter. En résumé, plus de 200 manifestants se sont déplacés, dans près de 70 véhicules, et ont défilé pendant plus d’une heure sous le contrôle des RG, des policiers et de la BAC. Les images ont été diffusées immédiatement sur les réseaux sociaux, et les radios locales en parlent encore…

Maintenant, à mercredi, pour une manifestation plus traditionnelle, à 18h sur le port !

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2020 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0