L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

« Marie à Paris » de Philippe Bornet

« Marie à Paris » édité par Via Romana, est un guide de vénération de la Sainte Vierge qui cherche à combler notre appétit de culture et de foi. Il faut l’emporter avec soi pour arpenter, en pèlerin, la cité aux trois cents saints.

« Convertis-toi tant qu’il est encore temps. Tu ne peux rien par tes propres forces. Tes œuvres ne sont que poussière. Tombe à genoux, pauvre fou, et implore ton salut de la Seule qui puisse encore te sauver et verser sur ta tête les grâces qu’on ne lui demande pas et que, pourtant, elle rêve de répandre ».

C’est sur un ton apocalyptique que nous sommes interpelés par la quatrième de couverture de ce livre qui nous prend par la main pour accomplir, en un an et au rythme de la liturgie mariale, une méditation complète sur la Vierge Marie, mère, épouse et reine.

Philippe Bornet a sélectionné vingt-huit églises parisiennes, belles ou laides peu importe, mais toujours signifiantes. Par la contemplation d’œuvres d’art exposées librement aux yeux des touristes, il remonte et explique la fête mariale correspondante, en fait un objet de réflexion et une source d’enrichissement spirituel.

Saviez-vous que la Vierge Noire de Paris, s’est refugiée à Auteuil après la Révolution ? Que la Vierge de Germain Pilon est à Saint-Paul-du-Marais ? Que Notre-Dame-de-la-Paix est toujours au cimetière de Picpus ? Que Marie apparut à Catherine Labouré rue du Bac mais aussi au Frère Fiacre de Sainte-Marguerite dans son couvent, aujourd’hui basilique des Victoires ? Que la dévotion du Rosaire possède sa propre église dans le XIVème arrondissement rue Raymond-Losserand ? Que le tableau de Philippe de Champaigne, Le Vœu de Louis XIII qui était au-dessus du maître autel de Notre-Dame-de-Paris, est maintenant au musée de Caen ? Que la fête du Saint Nom de Marie fut rétablie par Jean-Paul II ?

L’ouvrage se termine par une anecdote de la vie de Chesterton. Celui-ci visita Donegal en Irlande où une femme à l’esprit égarée portant un enfant sur ses bras disait : « Je suis la Mère de Dieu et le voici Lui-Même et Il est le garçon dont vous aurez tous besoin à la fin ». Chesterton fut vivement frappé de cette rencontre. Quelques années plus tard, il se convertissait au catholicisme.

Il n’y a qu’un seul oubli dans ce guide : on n’y parle pas de la 29ème fête de Marie, Mère de l’Eglise, le lundi de Pentecôte. En effet, elle a été instaurée trois mois après la parution du guide.

Marie à Paris, Philippe Bornet, Via Romana, 168 pages, 17 euros.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2018 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0