L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[IMMIGRATION] Sommes-nous en guerre, M. le ministre ?

11 juillet 2014 Chouan Orphelin

Le ministre de l’éducation Benoit Hamon a souhaité que les filles de l’institutrice morte poignardée à Albi bénéficie du statut de pupille de la nation. Il a voulu que soit portée à son état civil la mention « mort au service de la nation ». L’Etat assurera ainsi une prise en charge financière et éducative des deux orphelines de mères. Il reconnait par cette occasion avoir des devoirs et une dette l’égard de sa famille et de ses enfants.

Geste fort louable et charitable de la part du ministre.

Mais il est nécessaire tout de même de rappeler qui peut bénéficier du statut de pupille de la nation , Notre ami Fik nous a donné les éléments de réponse sur les réseaux sociaux.

Deviennent pupilles les orphelins de moins de 21 ans dont le père, la mère ou le soutien de famille :

• a été tué à l’ennemi (ou sur un théâtre d’opérations extérieures ou lors d’un attentat terroriste commis depuis le 1er janvier 1982) ;

• est mort de blessures reçues ou de maladies contractées ou aggravées du fait de la guerre ou à l’occasion d’une mission sur un théâtre d’opérations extérieures ou d’un acte de terrorisme ;

• est dans l’impossibilité de pourvoir à ses obligations et charges de famille par suite des blessures et maladies reçues contractées ou aggravées du fait de la guerre ou des opérations extérieures ou du terrorisme.

Dans la mesure ou Rachida, meurtrière présumée de l’institutrice, est réputée avoir de graves troubles psychologiques, elle ne peut décemment pas être qualifiée de terroriste. Il ne reste donc qu’une seule option justifiant de décerner le statut de pupille de la nation aux enfants de la victime.

Sommes-nous en guerre, monsieur le ministre ? Et si oui, contre qui ?

11 juillet 2014 Chouan Orphelin

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0