L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[GREAT RESET] Le quotidien que nous réserve le Forum de Davos

1er décembre 2020 Contributeurs extérieurs

Paru en 2016 en prévision du forum sur le Great Reset, l’article « Here’s how life could change in my city by the year 2030 » (traduction française de Forbes ici) publié par la politicienne danoise Ida Auken, décrit un monde que nous pourrions connaître en 2030.

Dans celui-ci, la propriété privée n’est plus d’actualité et les biens personnels sont inexistants Chaque espace libre est emprunté lorsqu’il n’est pas utilisé :

« mon salon est utilisé pour les réunions d’affaires lorsque je ne suis pas là ».

Les êtres humains y sont constamment enregistrés : toutes leurs données sont collectées. « Je ne peux aller nulle part sans que je sois enregistrée, imagine Ida Auken. Je sais que, quelque part, tout ce que je fais, pense et rêve est enregistré. J’espère juste que personne ne l’utilisera contre moi ».

Même si ce « monde d’après » paraît irréalisable tant il est différent de ce que nous connaissons et des valeurs considérées comme acquises, il remédierait, selon la politicienne, à tous les problèmes que nous avons aujourd’hui : la pollution, les embouteillages, le manque de temps, l’absence d’espaces verts en ville, ou encore l’accès restreint à certains produits.

En effet, tout y est « gratuit » et accessible en quelques minutes puisque l’État organise la vie dans son entièreté. L’Intelligence Artificielle se développe de plus en plus au point qu’on finisse par lui faire plus confiance qu’à nous-mêmes :

“Faire des achats ? Je ne me souviens pas vraiment de ce que c’est. Parfois je trouve cela amusant, et parfois je veux juste que l’algorithme le fasse pour moi. Il connaît mes goûts mieux que moi maintenant”.

Mais cela aurait un coût. Dans ce monde-là, la liberté personnelle est loin d’être une priorité. Et que feraient ceux qui seraient contre l’omniprésence des intelligences artificielles ? Ceux que les robots ont fini par rendre « obsolètes » ?

À cette question, l’auteur répond qu’ils seraient obligés d’habiter loin de ce nouveau monde, marquant ainsi une très nette séparation entre ceux qui sont dans le progrès et ceux qui n’ont pas été capables de le suivre et de s’adapter.

Emma Cartier

1er décembre 2020 Contributeurs extérieurs

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2021 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0