L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[ÉVÈNEMENT] Les rencontres grégoriennes

A l’occasion de la fête de Sainte Marguerite Marie Alacoque (week-end du 16-17 octobre) se réuniront à Paray-Le-Monial des fidèles de tous horizons autour du Chant Grégorien. Dans la grandiose abbatiale, cadre éminemment propice au chant grégorien et à son étude, spécialistes et néophytes sont invités à participer aux Rencontres Grégoriennes, week-end de formation, de prière, de service de la liturgie, bercé par les mélismes des mélodies grégoriennes.

Il s’agira de la troisième édition de ces rencontres, organisées en 2011 à Paris, puis en 2018 à Solesmes à l’instigation du Chœur Grégorien de Paris et de moines de Solesmes. Elles se veulent cette année ouvertes à tous, en particulier aux jeunes catholiques - formés ou non - proposant, pour les uns un approfondissement technique, pour les autres une initiation. Mais en 2021 et face à une actualité liturgique encore brûlante on pourrait se demander à quoi bon chanter et promouvoir le Grégorien ? Ne devrait-il pas plutôt rester l’apanage des moines à l’abri de leurs abbayes ? Les organisateurs des rencontres grégoriennes (Choeur Grégorien de Paris, Choeur Lux Amoris, Schola saint Grégoire) font au contraire le pari suivant, le rendre à nos liturgies car il est le chant propre de l’Eglise et qu’il doit selon le concile Vatican II « dans les actions liturgiques […] occuper la première place ». En effet, plus que tout autre chant, le grégorien est propice à la prière car il sert le silence dans lequel Dieu se révèle.

On assiste en ce moment à un regain d’intérêt pour la musique liturgique, fort de sursaut, le chant grégorien se doit d’être connu des catholiques afin que le peuple de Dieu se voit restituer « le plus beau trésor que nous ayons en Europe » (Messiaen) malheureusement délaissé avec le temps. Mais pour cela il faut former les chantres, musiciens, fidèles ; ainsi, outre la prière liturgique des heures et de la messe, les Rencontres Grégoriennes seront rythmées (si parler de rythme grégorien ne crée pas la controverse…) par des ateliers menés par des professeurs, des chantres, des musicologues donnant à chacun la possibilité de progresser dans l’appréhension de ce chant si particulier à nos oreilles modernes et, pour tant, parfois bien difficile.

Le chant grégorien, depuis sa redécouverte au XIXe siècle par les moines de Solesmes, ne cesse de fasciner et continue de nous pousser mystérieusement à Dieu. Aussi laissons-nous faire docilement car « Cor ad Cor Loquitur » (devise des Rencontres Grégoriennes), le Cœur parle au cœur, à travers ce chant, et rendons-nous aux Rencontres Grégoriennes les 16 et 17 octobre à Paray le Monial pour célébrer le Coeur Sacré du Christ par le chant qu’il a élu dans son Eglise.

https://www.rencontresgregoriennes.com

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2021 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0