L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[EUROPE] Le FN a(vait) son groupe

C’est officiel, le Front national est parvenu à former un groupe au Parlement européen, avec 44 députés.

Sont donc unis au FN français (24 députés), la Ligue du Nord italienne (5 élus), le Parti pour la liberté néerlandais de Geert Wilders (PVV, 4 élus), le Parti de la liberté autrichien (FPÖ, 4 élus), la Nouvelle droite polonaise (KNP, 4 élus), le parti Ordre et Justice lituanien (TT, 2 élus) et le Vlaams Belang flamand (1 élu).

De son côté, le UKIP britannique (24 élus) est en négociations avec le Mouvement Cinq Etoiles de l’Italien Beppe Grillo (17 élus) pour constituer son groupe. Il a déjà reçu le soutien des deux élus des Démocrates suédois, hier alliés au FN, celui des Vrais Finlandais (2 élus), et du parti protestant fondamentaliste néerlandais SGP (1 élu). En revanche, le Parti populaire danois (4 élus) est très courtisé par les conservateurs britanniques pour intégrer leur groupe : une manœuvre signée David Cameron, pour venger sa défaite électorale en Grande-Bretagne face au UKIP.

Quant à la N-VA flamande (4 élus), elle devrait rejoindre, en toute logique, le groupe parlementaire libéral, mené par l’ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt, fédéraliste et adversaire des Etats nations.

Dans la course à la constitution d’un groupe parlementaire, le FN sort donc victorieux de son bras de fer avec le UKIP, qui courtisait certains des mêmes élus. Il reste à voir qui, du vétéran Bruno Gollnisch, de la chef de file Marine Le Pen, ou du géopoliticien reconnu Aymeric Chauprade, prendra la tête de ce groupe.

Il n’est toutefois pas certain que, sur la base de cette fragile coalition où chaque élu compte, l’alliance bâtie par le FN soit solide. Le précédent groupe parlementaire que le parti avait formé, le groupe Identité, tradition, souveraineté, n’avait duré que quelques mois en 2007, et avait été dissous, suite à des querelles personnelles entre élus italiens et roumains.

Cette fois, les dissensions pourraient être idéologiques : tandis que le FN, la Ligue du Nord et le FPÖ autrichien sont protectionnistes, le PVV néerlandais, le TT lituanien et surtout le KNP polonais sont farouchement libéraux. Sans compter que le leader du KNP, Janusz Korwin-Mikke, qui se déclare libertarien, est un habitué des déclarations intempestives, et risque donc de compliquer la dédiabolisation voulue par Marine Le Pen.

Addendum 18 juin : suite à un démenti du parti lituanien Ordre et Justice, qui resterait dans le groupe du UKIP, le FN n’a pas pu encore constituer de groupe. Il lui manque un pays, voire deux, si l’alliance avec le KNP polonais ne tient pas. La clôture de la composition des groupes parlementaires européens est fixée le 24 juin.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0