L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Et ça repart !

28 mars 2012 Jean Herbottin

Les artistes ratés n’ont visiblement plus qu’une source d’inspiration : le catholicisme. Nous avons tous en mémoire l’ignoble Golgota picnic et le stupide Sur le concept du visage de fils de Dieu, sans parler du Piss Christ. La provocation, dans une période qui hait le beau, semble être tout ce qui subsiste. Quoi de plus insupportable à notre société iconoclaste en effet que l’Incarnation de Dieu en Notre Seigneur Jésus Christ ? Le visage du plus beau des enfants des hommes devenant insoutenable, et le message de son Eglise incompréhensible aux esprits fats. Taroop & Glabel, le collectif d’artistes incriminé, entend « lutter contre la société capitaliste et la religion, omnipotentes depuis la fin des idéologies ». Ah oui ? Bizarre alors de s’en prendre exclusivement au christianisme, en assez mauvaise forme en Europe...

Mais ce qui nous occupe aujourd’hui est cette nouvelle polémique à Angers. L’exposition, intitulée, "Exposition contre la société capitaliste et la religion". La religion critiquée est, ici, encore une fois, le catholicisme, évidemment, présentée face au capitalisme, dont il a pourtant toujours refusé les abus.

Alors, certes, nous pourrions être indifférents à tout cela. Mais il faut bien dire que ça commence à faire beaucoup. Jusqu’à quand l’argent du contribuable pourra-t-il servir à financer la haine et la diffamation ? Les chrétiens paient eux aussi des impôts, et ne veulent pas financer ce genre de stupidités. Si cela leur chante de nous taper dessus, fort bien. Mais qu’ils le fassent avec leurs fonds propres. Si ça continue, il faudra que cela cesse.

En effet, il est facile, de nos jours, de taper sur le Christianisme. Je ne parlerai pas de Christianophobie, terme que j’abhorre, car il ne correspond pas, à mon sens, à une réalité en France. La provocation s’en prend à notre Eglise avec haine, c’est vrai. Parlons plutôt d’antichristianisme propre aux artistes, qui dépeint le délire malade de quelques benêts en manque de talent, et certainement pas de la haine d’un peuple qui, au moment venu, réécrira les plus belles pages de l’Histoire de l’Eglise.

Il s’agit de bassesse, de sottise et de haine de l’intelligence. En effet, ces artistes prennent pour couverture le capitalisme, alors qu’ils en sont les produits. D’ailleurs, personne n’est dupe, ce n’est pas le capitalisme qu’ils attaquent par leurs dessins à peine plus évolués que des croquis de gamins de maternelle, mais bel et bien l’Eglise catholique, et même les croyants.

Car artistiquement, que peut-on trouver à ces dessins, hormis une "démarche", ce terme insupportable s’étant substitué au "beau" ? Un faux dégagement, autour d’un "c’est subversif, tu peux pas comprendre", le tout en esquissant des traits consacrant la défaite définitive de l’art contemporain : En effet, les peintures de Lascaux témoignent à l’évidence d’un sens artistique plus aigu que celui de nos amis angevins dont il est question. Peut-être prétendent-ils à entrer au musée des arts premiers. Il faudra leur expliquer que "premier" ne veut pas forcément dire "primaire".

Mais cette haine ne s’expliquerait-elle pas par le fait que ces gens se prétendant artistes, totalement dénués de talent et d’imagination, prennent la provocation comme une démarche artistique saine ? C’est la question de l’art contemporain tout entier qui se pose. Art devenu iconoclaste et ennemi du beau. Il est temps de revenir à l’image, à une image juste, reflétant la beauté, et ne cherchant que la grandeur de l’homme pour les uns, la grandeur de Dieu pour les autres.


Admirez au passage la finesse du trait, la beauté des courbes et de la lumière. Cette esquisse, de la période jaune de l’auteur, a tout à envier aux peintures rupestres

Prions pour ces artistes, afin que la connaissance de l’Incarnation les éclaire, et qu’enfin ils arrivent à la hauteur à laquelle leur vocation artistique aspire.

28 mars 2012 Jean Herbottin

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2022 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0