L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[ÉGLISE] Précision du Saint Siège à propos du geste de Paix de la messe

« Devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande »

  • Matthieu 5 : 24 -

La Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements maintient le geste de Paix avant la communion, alors que son déplacement à un autre moment de la messe était évoqué, notamment lors du Synode des évêques sur l’eucharistie en Octobre 2005 à Rome, mais souhaite en corriger les abus.

Ainsi, la Congrégation rappelle et insiste sur le fait que le geste de Paix est le geste par lequel l’Église « implore la Paix et l’unité pour elle-même et toute la famille humaine et par lequel les fidèles expriment leur communion ecclésiale et leur charité mutuelle. »

Autre abus : le déplacement des fidèles pour s’échanger la paix, la Présentation générale du Missel romain soulignant « que chacun souhaite la paix de manière sobre et uniquement à ceux qui l’entourent ». De la même manière, la Congrégation indique que le prêtre doit rester à l’autel et non pas descendre pour donner la paix aux fidèles, ce geste pouvant devenir, lors de certaines occasions, le moment des félicitations ou des condoléances.

Les conférences épiscopales pourront modifier le mode d’échange de la paix, pour « y substituer d’autres gestes » que « les gestes familiers et profanes du salut ». Dans le rite romain, ce geste était placé avant la communion au IVe siècle, puis après l’Agnus au VIIIe siècle, et finalement réservé aux clercs à partir du XIIIe siècle. La réforme liturgique consécutive à Vatican II en a rétabli l’usage pour tous, le plaçant avant la fraction.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0