L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[ÉGLISE] Cardinal Burke : « Je ne suis pas contre le Pape »

19 mai 2015 Rédacteur , ,

Le 7 février, nombre d’observateurs voyaient dans la personne du cardinal Burke un rebelle. Dans un entretien diffusé ce jour là sur France 2, le prélat américain était interrogé sur le Synode sur la famille et, notamment, l’éventuelle accession des divorcés-remariés à la Sainte Communion.
« Si le pape François persiste dans cette direction, que ferez-vous ? »
Le cardinal avait alors répondu en ces termes : « Je résisterai. Je ne peux rien faire d’autre. »
Héros réfractaire pour les uns, séditieux pour les autres, la petite phrase était vite commentée avec passion.

Le cardinal Burke, interrogé par le bimensuel L’Homme Nouveau, précise sa position et apaise la polémique.
Le prélat confirme qu’il n’est en aucun cas un opposant au pape François (et que ce dernier ne l’a pas puni). Il déclare en outre ne pas être le chef d’une quelconque faction. De même, tout en affichant son attachement à la forme extraordinaire du rite romain, le cardinal Burke explique n’être en rien opposé aux documents du Concile Vatican II. Il critique toutefois ce qu’il nomme "l’esprit du Concile".

Extraits :

Certaines de vos déclarations, même au cours du débat qui a précédé et suivi le premier Synode sur la famille, ont effectivement retenti comme une critique du Pape François, ou du moins ont-elles été interprétées ainsi. Par exemple, votre « Je résisterai, je résisterai » – en réponse à une éventuelle décision du Pape d’accorder la communion aux divorcés-remariés – a récemment fait beaucoup de bruit.

Mais cette phrase a été dénaturée : il n’y avait aucune référence au Pape François. En fait, comme je me suis toujours exprimé très clairement sur le sujet du mariage et de la famille, je pense qu’il se trouve des personnes qui veulent me neutraliser, en me décrivant comme un ennemi du Pape, ou même un fomenteur de schisme, utilisant justement cette réponse donnée à l’occasion d’un entretien que j’ai accordé à une chaîne de télévision française.

Et comment doit donc être interprétée cette réponse ?

C’est très simple. La journaliste m’a demandé ce que je ferais dans l’hypothèse où – sans faire référence au Pape François – un pontife prenait des décisions contraires à la doctrine et à la praxis de l’Église. J’ai dit que je devrais dans ce cas résister, puisque nous sommes tous au service de la vérité, à commencer par le Pape lui-même. L’Église n’est pas un organisme politique, dans le sens du pouvoir. Le pouvoir est Jésus-Christ et son Évangile. C’est pour cette raison que j’ai répondu que je résisterai, et ce ne serait d’ailleurs pas la première fois que ce cas de figure surviendrait dans l’Église. Il y a eu des moments de l’histoire au cours desquels l’un ou l’autre a dû résister au Pape – à commencer par saint Paul devant saint Pierre, à l’occasion de l’affaire des judaïsants qui voulaient imposer la circoncision aux convertis venus de l’hellénisme. Mais, dans mon cas, je ne suis pas en train de résister au Pape François, puisqu’il n’a rien fait contre la doctrine de l’Église. Et je ne me vois d’ailleurs pas mener un combat contre le Pape, contrairement à l’image qu’on veut propager sur mon compte. Je ne suis nullement en train de revendiquer les intérêts d’un groupe ou d’un parti ; je ne cherche qu’à être, comme cardinal, un maître de la foi.
[...]
Une autre accusation qui vous est lancée est celle d’être anti-conciliariste, contre le Concile Vatican II.

Ce sont des étiquettes qui s’appliquent facilement, mais il n’y a aucune confirmation dans la réalité. Toute mon éducation théologique au séminaire était basée sur les documents de Vatican II, et je m’efforce encore aujourd’hui d’étudier plus profondément ces documents. Je ne suis en rien contraire au Concile et celui qui se donne la peine de lire mes écrits constatera que je cite souvent les documents de Vatican II. En revanche, je ne suis pas d’accord avec le soi-disant « Esprit du Concile », cette mise en œuvre du Concile qui n’est pas fidèle au texte des documents mais qui a la prétention de créer quelque chose de totalement nouveau : une nouvelle Église qui n’a rien à voir avec toutes les soi-disant aberrations du passé. En ceci, j’adhère pleinement au lumineux exposé que Benoît XVI a donné dans son discours à la Curie romaine de Noël 2005. C’est dans ce fameux discours qu’il explique ce que doit être la juste herméneutique, celle de la réforme dans la continuité, opposée à l’herméneutique de la rupture dans la discontinuité, que tant de secteurs promeuvent. L’intervention de Benoît XVI est vraiment brillante, elle explique tout. Beaucoup de choses qui sont survenues après le Concile et qui ont été attribuées au Concile n’ont absolument rien à voir avec le Concile. Ceci est la simple vérité.

Il reste toutefois que le Pape François vous a « puni » en vous retirant la charge du Tribunal de la Signature Apostolique et en vous confiant le patronat de l’Ordre Souverain et Militaire de Malte.

Le Pape a donné un entretien au quotidien argentin La Nacion dans lequel il a déjà répondu à cette question. Il y explique les raisons de son choix. Tout y est dit ; il ne me revient pas de le commenter. Je peux seulement affirmer, sans violer aucun secret, que le Pape ne m’a jamais dit, ni même donné l’impression, de vouloir me punir de quoi que ce soit.

Retrouvez l’intégralité de cet entretien sur le site du bimensuel L’Homme Nouveau.

19 mai 2015 Rédacteur , ,

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0