L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[ÉDITORIAL] La nativité ou le vrai sens de Noël

Pour quantité de nos contemporains, le cycle de Noël touche bientôt à sa fin. Les décorations urbaines ont fait office d’Avent, le Père Noël de Saint Nicolas et l’échange de cadeaux – achetés durant la période des soldes à bas prix – le 25 décembre prochain masquera l’essentiel : la naissance de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Les français les plus énervés auront tout de même pris le soin par tradition de dresser une crèche sur la cheminée. Dans cette même veine, certains élus de la République laïque se sont une nouvelle fois faits les avocats de la crèche municipale, symbole de notre civilisation chrétienne et de notre culture commune. Malheureusement qui parmi ces combattants des traditions chrétiennes sera présent dans les Églises pour fêter l’Incarnation de Jésus-Christ ? Qui d’entre-eux méditera sur le choc métaphysique du Dieu fait homme en vue de la rédemption du genre humain ? Au sein de notre pays déchristianisé, ils seront sans doute peu nombreux. La majorité se retrouvera en famille à l’occasion d’un évènement matérialiste où tous les convives seront réunis sans même savoir véritablement pourquoi ou plutôt afin de de se mettre moutonnièrement dans les pas de leurs ancêtres qui ont depuis deux mille ans célébré cette fête. Le christianisme est devenu pour beaucoup une simple culture à laquelle il faut rendre hommage quelques fois dans l’année. Les autres religions bien installées en France, qu’on pense à la religion mahométane ou pharisienne, revendiquent d’ailleurs le doit de pouvoir chômer les jours qui correspondent à leur calendrier religieux et de ne pas subir le calendrier grégorien.

Il faut revenir à l’évidence suivante : la culture chrétienne provient de la religion chrétienne. Elle n’existe pas en tant que telle et n’est utile à Dieu que si elle a pour objet de convertir les âmes. Supprimons définitivement la religion chrétienne de notre pays et la culture chrétienne disparaîtra au bout de quelques décennies. À l’occasion des festivités qui s’annoncent, nous voulons insister sur l’aspect surnaturel de la Sainte Fête de la Nativité et rappeler que ses aspects naturels ne doivent être que des prétextes à la manifestation de l’Être suprême, c’est-à-dire Dieu, en la personne de Jésus-Christ qui a pris les traits humains en vue de sauver l’humanité du péché. Car c’est bien sur ce fondement théologique et métaphysique qu’est assise notre philosophie, notre culture et notre civilisation. Il s’agit de l’apparition parmi nous d’un être de substance divine au sein de nos contingences terrestres. Les philosophes grecs ont longtemps buté sur la correspondance entre l’Être immuable et infini, principe de toute chose, et notre monde soumis au temps et au changement constant. La réponse nous est donnée en la personne du Christ. Sa naissance prochainement fêtée constitue donc un évènement décisif et majeur pour le genre humain que nos contemporains ont trop souvent tendance à parodier à travers des festivités centrées sur le foie gras et la délivrance de cadeaux rapidement échangés sur les sites de vente en ligne. Le Rouge et le Noir leur rappelle au cours de ce mois de décembre qu’ils passent à côté d’une beauté et d’un amour qu’aucune personne humaine ni aucun bien terrestre n’est en mesure d’égaler.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2020 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0