L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[DISSIDENCE] Mort du pasteur Christian Führer

Christian Führer, mort le 30 juin 2014, était pasteur de l’église luthérienne Saint-Nicolas, à Lepizig, en Allemagne. Il était à l’origine d’un vaste mouvement de révolte pacifique en 1989, contre la dictature communiste de la République démocratique d’Allemagne.

Ayant pris la charge de l’église Saint-Nicolas en 1980, Christian Führer s’engage dans l’évangélisation : il affiche que l’église est « ouverte pour tous » (offen für alle). Un premier acte de résistance, dans une RDA où les Eglises chrétiennes sont tolérées, à condition qu’elles ne cherchent ni à convertir de nouveaux fidèles, ni à contester le gouvernement. Les clergés catholique et luthérien sont sous surveillance, et nombreux sont les agents de la Stasi infiltrés chez les fidèles et les ministres du culte.

En 1982, il organise des "Prières du lundi", les Montagsgebete, qui rassemblent essentiellement des jeunes. Ce groupe de prière devient le refuge des dissidents, ainsi que de ceux qui souhaitent quitter la RDA pour l’Ouest. La paroisse se remplit, et la foule à la sortie des Prières du lundi devient impressionnante, à tel point que l’on parle de « Manifestations du lundi ».

Le 7 octobre 1989, le 40e anniversaire de la RDA donne lieu à des émeutes sévèrement réprimées par le régime de Erich Honecker, surnommé le « Prussien rouge ». Le 9, lors de la Prière du lundi, le pasteur Christian Führer, malgré les menaces de la Stasi, prêche dans une église comble. A la sortie, 70 000 personnes se sont rassemblées devant l’église. Bougies à la main, et slogans déterminés, ("Wir sind das Volk", nous sommes le peuple, « Ohne Gewalt », sans violence), la foule défile pacifiquement dans Leipzig. Führer parlera plus tard d’un miracle : la police ne fit pas usage de ses armes. Les jours de la dictature étaient comptés. Le miracle de Leipzig galvanisa les opposants, et les manifestations pacifiques se succédèrent. D’autres pasteurs suivirent l’exemple de Führer. Le 9 novembre 1989, deux mois après le miracle de Leipzig, le Mur de Berlin tombait. L’Évangile, ferment de dissidence et de liberté pour les peuples, avait vaincu par les armes de sa paix subversive.

Avant de prendre sa retraite en 2008, le pasteur Christian Führer avait réactivé les Prières du lundi, pour protester contre la guerre d’Irak en 2003.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0