L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

David Cameron excommunié !

Julian Mann est vicar de l’église de l’Ascension, à Oughtibridge, dans le South Yorkshire. Il vient de signaler sur le blog Archbishop Cranmer que le Premier britannique David Cameron, qui travaille à légaliser le mariage homosexuel au Royaume-Uni, est officiellement excommunié selon le canon de l’Eglise anglicane.

En effet, explique-t-il, « l’intention du Premier ministre de légiférer à l’encontre de l’institution créée par Dieu du mariage hétérosexuel a de sérieuses implications pour lui, en tant qu’anglican déclaré  » :

« Dans deux des Évangiles synoptiques, Dieu incarné, le Seigneur Jésus-Christ, défend publiquement l’institution du mariage devant les foules de Galilée, en argumentant contre de puissants intérêts contraires (Matthieu 19, 1-12 et Marc 10, 1-12).
 
La Parole de Dieu et les sacrements vont de pair dans la théologie anglicane, fidèlement retranscrite dans le Livre de prière commune (Book of Common Prayer, N.d.t.) de l’Eglise d’Angleterre (...) dont la liturgie de la Sainte Communion et celle du mariage posent la question de l’admission de Mr Cameron à la Table du Seigneur.
 
Le Livre de prière commune met en garde pour l’administration de la Sainte Communion contre toute manière "indigne" de recevoir ce sacrement. Cette indignité est définie dans l’Ecriture sainte par l’exhortation de saint Paul pour être admis à communier au Corps du Christ.
 
Selon la même attitude envers l’autorité de la Bible, la célébration du mariage selon la liturgie anglicane est claire comme du cristal : le mariage est l’union d’un homme et d’une femme, et les relations sexuelles en-dehors de l’insitution crée par Dieu d’un mariage hétérosexuel, monogame et pour la vie, constitue la "fornication".
 
L’intention de Mr Cameron de redéfinir la législation du mariage pose donc un grave problème selon un point de vue anglican.
 
Le canon B16 Sur les pécheurs notoires n’étant pas admis à la Sainte Communion stipule que : "Si, parmi ceux qui s’apprêtent à s’approcher de la Sainte Table, le prêtre reconnaît quelqu’un ne pouvant y être admis, par ses paroles ou par ses actions, ayant fait tort à son prochain, ou ayant commis un péché grave sans s’être repenti, il en réferera à l’évêque du diocèse ou de l’Ordinariat en place, pour que ce sacrement lui soit refusé, et l’appellera pour l’avertir de ne présumer en aucune maniere d’approcher la Table du Seigneur".
 
L’évêque diocésain est le responsable ultime de la discipline de la Sainte Communion. Le prêtre de l’église où Mr Cameron reçoit le Sacrement du Christ doit en référer à lui, dès lors que le projet du Premier ministre de rédéfinir l’institution du mariage constitue un "péché grave délibéré et resté sans repentance" ».

Je suggère qu’Elisabeth II concède à Julian Mann son titre de Defender of the Faith.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0