L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Création du collectif « Enseignants pour l’enfance »

24 mai 2013 Rédacteur

Un collectif vient d’être créé à l’initiative de professeurs du public et du privé : "Enseignants pour l’Enfance. Voici leur premier communiqué :

Le 26 septembre 2012, Vincent Peillon, Ministre de l’Education Nationale, et Madame Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des Droits des femmes, déclaraient, dans une tribune du « Monde », vouloir déconstruire les « stéréotypes sexistes de l’Ecole ».

Confirmant cette intention, le 31 octobre 2012, le Programme d’actions gouvernemental contre les violences et les discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre signalait son intention d’intégrer, à la « formation initiale des personnels d’enseignement, d’orientation et d’éducation », « une sensibilisation à la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre ».

Enfin, dans une circulaire envoyée le 4 janvier 2013 aux recteurs d’Académie, Monsieur Peillon s’adressait à ces derniers en leur rappelant que le gouvernement s’engageait à s’ « appuyer sur la jeunesse pour faire évoluer les mentalités » et leur demandait grande vigilance sur ces points.

Directement issu de la « théorie » du genre, version radicale des idéologies constructivistes, ce projet, pour noble qu’il se prétende en ses intentions égalitaires, nous semble néfaste et inutile au monde de l’école. Les jeunes en effet ne sauraient être pris pour cobayes destinés à expérimenter des théories anthropologiques, par ailleurs controversées. Les enseignants de leur côté n’auraient-ils pas mieux à faire qu’insinuer le doute dans l’esprit des enfants et des jeunes, quant à leur identité sexuelle, à l’âge où celle- ci a précisément besoin d’être confirmée et accompagnée ?

De plus, l’intention qu’affiche ici l’institution scolaire de passer par les enfants pour changer les consciences semble contraire aux principes mêmes de neutralité que l’école laïque revendique depuis sa fondation. Certes, il n’est pas sûr que l’idéal de neutralité soit pleinement réaliste : peut-on éduquer sans une vision de l’homme ? Mais pour le moins, cet idéal nous rappelle que l’Etat ne peut imposer aux enfants une idéologie qu’il présente comme indiscutable, à moins de sortir d’un cadre strictement républicain.
Enfin, il nous apparaît que, pour des matières aussi délicates que celles qui touchent à la vie affective, à l’identité des individus en devenir, à une certaine vision du monde enfin, ce sont en tout premier lieu les familles qui ont le devoir et la pleine liberté d’exercer la mission éducative qui leur revient. De son côté, l’école, si elle doit élargir et enrichir l’horizon culturel du jeune, ne saurait se substituer à la mission parentale, qu’elle aurait tout intérêt à respecter.

Pour toutes ces raisons, nous décidons, nous, professeurs ou membres de la communauté éducative, de nous constituer en un collectif appelé « Enseignants pour l’Enfance ». Formé du personnel venu de l’Enseignement public comme de l’Enseignement privé sous contrat, ce groupe se donne pour objectif de s’opposer à toute forme d’intrusion du monde politique dans l’univers de l’école, dès lors qu’il s’agit d’amour, de sexualité ou encore d’identité personnelle. Pour ce faire, le collectif « Enseignants pour l’Enfance » se propose, dans le respect des lois, d’interpeler les gouvernements, d’alerter les médias de tout type, de prévenir divers relais d’opinion publique pour signaler tout fait grave révélant un désir d’instrumentaliser le monde scolaire dans le but de réaliser un dessein politique. Parmi ses moyens d’action, le collectif entend envoyer des courriers, participer à des conférences, publier dans des revues, manifester ou appeler à manifester enfin, dans le seul but de protéger la souveraine liberté de conscience de tous les enfants.

« Enseignants pour l’Enfance » est donc un groupe non confessionnel, ne se réclamant d’aucune philosophie particulière, n’appartenant à aucun parti. Son seul objectif est en effet la défense et le service de l’école, institution ayant à nos yeux pour haute mission la défense et le service des enfants même.
le 24 avril 2013,

Olivier Gosset, Xavier Dufour, Henri Quantin, Alice Quantin, Bruno Roche, Frédéric Crouslé, Thomas Bourgeois et d’autres professeurs de l’Enseignement Public et de l’enseignement privé sous contrat.

24 mai 2013 Rédacteur

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0