L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[COMPTE-RENDU] François Hollande à Sciences-Po

Vers 8h45, heure d’arrivée de nos informateurs, la rue Saint-Guillaume était déjà bloqué, cependant qu’un filtrage était mis en place à l’entrée pour refuser l’accès aux personnes ne pouvant prouver leur qualité d’étudiant à Sciences-Po. De nombreux policiers en civil étaient déployés, ainsi que quelques CRS.

Vers 9h20, on nous indiquait que la rue des Saints-Pères était également bloquée. En effet, se trouve dans cette rue une entrée détournée permettant au président d’accéder facilement à l’Institut d’Études Politiques. Les policiers en civil se font plus pressants et sont de plus en plus nombreux.

La voiture d’Hollande est arrivée rue des Saints-Pères (l’entrée de derrière, donc) vers 9h25. À ce moment, la pression est maximale chez les policiers. Il entre par l’arrière après avoir patienté 15 minutes dans sa voiture sur le boulevard Raspail.

Pour éviter que le Résident de la République ne voie une seule tête de ces Français qui venaient pacifiquement lui exprimer leur colère, les policiers ont arrêtés et parqués une vingtaine de personnes rue de la Chaise.

Au total, Ambrogio Riva nous indique qu’il y avait une vingtaine de camions de CRS et gendarmes mobiles, soit un dispositif de 200 membres des forces de l’ordre, pour la protection d’une seule personnes face à des manifestants sans intentions belliqueuses. De nombreux camions étaient stationnés près de l’églie Saint-Germain-des-Prés, à proximité.

Deux (voire trois) paniers-à-salade étaient sur place pour embarquer les « nervis d’extrême-droite ».

Addendum

Chartreux était sur place, il en profite pour tirer quelques leçons de cette visite présidentielle.
Notice aux comités d’accueil de notre Président

Aujourd’hui il est bien connu que comme dans tout pays totalitaire, réserver un accueil enthousiasmé au chef de l’État est passible d’un relevé d’identité (délit de faciès ?), d’une garde à vue (comme pour les copains de Merah) voire d’un déplacement de population déguisé [1]. Sont donc avertis ceux qui prennent de leur temps libre pour aller enfin voir en vrai notre Raïs à nous.

Mais il est une information qui est certainement moins connue, et permettra pourtant d’améliorer l’efficacité et la chaleur des accueils.
Ce matin, j’étais rue de Grenelle à l’angle de la rue St Guillaume, car le boulevard St Germain était plein de CRS et policiers en civils. Pour quelle raison ? « J’en sais rien et c’est toujours pareil, ça m’énerve », me lance un policier. En voilà un moins informé que moi. « Une personnalité », me répond l’autre. Bref.

Filtres aux deux entrées de la rue, impossible d’approcher SciencesPo.
On voit des convois de voitures aux vitres fumées, mais pas une qui soit celle du chef de l’État car toutes de marques étrangères.
Sur ce coup, le ministère de la Répression a été très malin : Hollande est arrivé dans sa voiture habituelle, SANS AUCUN DISPOSITIF DE SÉCURITÉ !

Nulle moto pour ouvrir le passage, nul gyrophare, pas un seul indice qui laissât deviner que ce fût lui. Monsieur Tout-le-monde, en somme. Or, personne ne s’arrête sur le passage de monsieur Tout-le-monde.
Résultat, même les policiers qui bouclaient le périmètre et filtraient les voitures ne se sont pas aperçus qu’il passait sous leur nez, et il aurait échappé à ma vigilance si je n’avais, par acquis de conscience, observé le visage de la personne se tenant à la place d’honneur de la voiture, arrière-droite.

Confirmation reçue au moment où, de loin, j’aperçus le Président sortir devant les journalistes et pénétrer dans l’antre du Diable.
Une arrivée à l’heure en toute discrétion donc, et qui coupe court à tout comité d’accueil qui s’attendrait à un gros convoi comme on en a l’habitude.

À l’avenir, ouvrons l’œil !

Ouvrons l’œil, et le bon : voici dans quoi étaient planqués 3 flics en civil (elle était alors ouverte) qui sont sortis incognito sous les yeux ébahis de Chartreux, devant Sciences Po...

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0