L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[COLONNES INFERNALES] du mercredi 4 XII 2013

Chers amis,

Voici votre réinformation du jour. N’oubliez pas d’écouter les bulletins de Radio Courtoisie.

1. Décès du général Paul Aussaresses : les médias se déchaînent

A peine la nouvelle tombée, nous avions bien vu le coup venir. Un général français qui a combattu en Algérie décède, la propagande contre l’Armée française et sur la culpabilisation va battre son plein. Nous ne nous étions pas trompés.
Tout d’abord, les sites de désinformation ont démontré une véritable escalade dans les titres outrageants et violents. L’Immonde s’est même permis de préciser que la perte de l’œil du général a été causée par une opération ratée, histoire de dire qu’il ne l’a pas perdu au combat. C’est le genre de détail qui peut passer inaperçu mais qui est rempli de sens.
Cela avait commencé par une simple information, une annonce du décès.
Puis, rapidement, les médias ont voulu rappeler les positions de cet officier sur la torture. Mais l’adresse du lien, trahit le changement de titre.

La surenchère est venue de l’Aberration :

L’Immonde reprend alors le terme de « tortionnaire », les autres médias suivent :

Tous ont déblatéré un langage bien douteux : « escadrons de la mort » et « exécutions sommaires ». Des mots qui permettent aux gauchistes qui n’ont jamais connu la guerre, sinon du côté antifrançais, ni touché d’objets plus dangereux qu’un opinel, de vomir leur haine de l’armée. Car très vite, le débat est parti sur la torture en Algérie. Cela tombait à point nommé puisque la Marche des beurs, version cinématographique, connaissait un bide mémorable.

3. Une analyse fine de Caniveau89 sur un prêtre marié et sur l’Église : la « cool attitude »

Le journaliste de Caniveau89 annonce la couleur dès le début de son article : où en est-on de la modernisation de cette institution archaïque qu’est l’Église catholique ? Parce que Caniveau89 en est sûr : le pape François est un pape « cool » qui va révolutionner l’Église et enfin dépoussiérer une institution qui n’a pas changé ... depuis 2000 ans. Impossible pour le journaliste de comprendre à ce niveau de son raisonnement que, précisément, l’Église n’a pas vocation à changer d’un iota. « On nous parle de changement, mais Dieu n’a pas changé Lui ! » C’est ce que rappelait un prêtre, de bon sens. Et de se heurter inévitablement sur la sempiternelle martingale du mariage des prêtres. Mais l’expérience de ce gratte-papier est plutôt intéressante. Résumons : il a rencontré un prêtre ... marié. Mais de la façon la plus canonique qui soit, puisque cet ancien pasteur protestant a rejoint le giron de notre Sainte Mère l’Église. Et c’est là que le bât blesse : ce prêtre de choc n’a rien d’un progressiste. Au contraire ! Il porte la soutane et bouscule le train-train de sa paroisse, dans un sens péremptoirement jugé odieusement « conservateur ». Aggravant son cas, il se dit soucieux d’évangéliser les mahométans.

Car n’en déplaise à Caniveau89, le pape François n’a pas l’intention de modifier la discipline de l’Église quant au mariage des prêtres. Pire ! Quand ce genre de situation survient, le mariage n’est nullement le gage d’un progressisme triomphant, bien au contraire. Et ce prête le prouve, définitivement. Bref, il serait temps que les journalistes comprennent que la « coolitude » n’entrera jamais dans la doctrine catholique. Et ceci malgré tous leurs pitoyables enfantillages.

4. Les petites recherches historiques (incomplètes) du Nouvel Imposteur

L’amalgame, c’est beau, c’est simple et ça fait vendre. Le Nouvel Imposteur le démontre encore une fois en associant la candidature de Bernard Marionnaud sous l’étiquette RBM aux relations entre l’extrême droite et les parfumeurs.
L’article en question aurait pu être rédigé par une stagiaire du torchon qui a retrouvé sa carte de bibliothèque. Doctement, elle nous explique que les parfumeurs français ont tous été des fachos. Comme Coty avec l’Action française et par digression dans le luxe, l’Oréal avec la Cagoule. Elle a toutefois oublié de cité Taittinger et d’autres grandes maisons du haut de gamme qui, au début du siècle, ont soutenu les mouvements corporatistes, monarchistes ou d’inspiration fasciste. Jean-Paul Guerlin en est, lui aussi ; ses déclaration sur les noirs et le travail en seraient la preuve formelle.
Pas une seule seconde, l’apprentie journaliste ne se pose la question de savoir pourquoi ces liens existent. On soupçonne le refrain « bourgeoisie traditionnelle qui se jette dans les bras du fascisme » et l’immédiate suite dans les idées : « comme en Allemagne dans les années 30 ». Ciel ! Les années 30 sont de retour !
Finalement, nous pouvons conclure que ces grandes maisons, qu’elles aient ou non des liens politiques forts, n’ont rien à voir avec les banquiers Rothschild, Pigasse et Goldman Sachs ou les hommes d’affaires comme Pierre Bergé.
Si nous voulons nous aussi faire de l’Histoire en deux coups de cuillère à pot, nous pourrions décrire une bourgeoisie traditionnelle, parfois héritière, construite sur le savoir-faire et plutôt ancrée dans l’économie réelle, subissant par exemple les conséquences de la mondialisation incontrôlée, les syndicats tyranniques ou les appétits financiers à mille lieux de la recherche de l’excellence.
Dommage pour nos amis gauchistes, ces grands parfumeurs ont plus porté la France que les usuriers et les argentiers de la ripouxblik.

5. Les Zéros se roulent dans le social-libéralisme de l’oligarchie

Les Zéros font enfin leur entrée dans la rubrique des « Colonnes infernales »... Les journalistes de cette feuille se plongent dans l’enfer fiscal français où toute « niche » -indigne privilège !- est désormais proscrite, comme chacun sait, hormis lorsqu’il s’agit d’encourager, d’inciter à la débauche la plus folle : à ce propos, l’affaire de l’allègement de la T.V.A. sur les préservatifs relève du gag le plus grossier, de l’humour le plus gras et noir... Et c’était pourtant sérieux.
Fermons la parenthèse et passons à l’essentiel. Les Zéros ont ici le malheur de s’essayer à l’uchronie, à la divination. Comment sortir de la dette, du totalitarisme fiscal ? Par la « fronde », par la « grève fiscale » ? Non, surtout pas ! Car ce serait là... la banqueroute assurée. Nos gouvernants sont des guignols, mais il ne faudrait pas trop les agiter tout de même. Alors comment notre journaliste se propose-t-il de se sortir de cette situation inextricable, de ce vilain guêpier ? En faisant comme l’Allemagne, avec ses compromis et ses coalitions, tout doucement, tranquillement, en se jetant la tête la première dans les bras de l’Union européenne, comme si rien ne clochait et comme si nos principes budgétaires étaient déjà bons... En bref, ne changez rien et tout ira bien ! Après « la force tranquille », le suicide tranquille...
Nous ne voyons d’ailleurs pas ce que cette utopie économique a d’enviable... ni l’utopie politique qui lui est associée : mais qui ne vomit pas à l’idée de ce « gouvernement de grande coalition, libéral, social, européen » ? Vouloir à tout prix contrecarrer le programme du Front national n’excuse pas d’aussi insipides sottises... On sait ce que la dictature du centre, ici tant vanté par Les Zéros, où se concentrent tous nos maçons de malheur, a créé : le désastre actuel. Dissoudre l’Assemblée nationale ne suffira pas : c’est la république qu’il faut dissoudre. Ni droite, ni gauche : le Roy, et vite !

Le Rouge & le Noir veille,

Louis Jaeger, Carl Moy-Ruifey & Vivier du lac

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0