L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[COLONNES INFERNALES] du mardi 19 XI 2013

Chers amis,

Voici votre réinformation du jour. N’oubliez pas d’écouter les bulletins de Radio Courtoisie.

1. La pudeur, la retenue & le minimalisme, concepts inconnus chez l’Aberration

Les événements d’hier s’étant soldés par un blessé grave et des monceaux de récupération, l’Aberration se devait de composer avec la retenue et le battage. Cette difficile équation, sa rédaction l’a résolue subtilement en criant sur tous les toits qu’elle ne sortirait pas de sa réserve.

C’est ainsi que le Figaro annonce un numéro « sobre et minimaliste », à l’exact opposé de l’illustration qui suit : une couverture où s’exhibe une phrase-choc, « Il a sorti un fusil et a tiré, deux fois. » Rusés, les titreurs de l’Aberration ont habilement esquivé le piège et n’ont pas mis les trois points d’exclamation qui seyaient à cette phrase. Si ce n’est pas de la sobriété et du minimalisme !!!

Sur le site-même du journal-martyr, le ton est donné — ou plutôt lourdement imposé — dès la page d’accueil, ou la sobriété et le minimalisme conduisent la rédaction à n’encombrer de leur déclaration héroïque qu’un plein écran d’ordinateur. « Libération ne changera pas », peut-on y lire, et en effet rien ne le laisse présupposer au vu des réclames automobiles pour bobos fortunés qui s’étalent dans toutes les marges.

Cette technique de communication — faire l’exact inverse de ce que l’on est en train d’annoncer, — éprouvée jusqu’à l’usure, consiste à parler par prétérition. Les théoriciens éminents s’autorisent même à parler de contradiction performative. Tant l’Aberration sévira, ceux-là seront sûrs de garder leur fonds de commerce.

2. La chasse aux sorcières commence sur le Huffington Post

Lorsque la vérité et la mise en perspective percent sous le lourd manteau d’imbécillité et de désinformation dont on recouvre les faits, il convient d’opérer rapidement. C’est le Huffington Post qui s’est chargé dès hier de la frappe chirurgicale. Soucieux de préserver la belle unité du petit microcosme médiaticopolitique parisien au chevet de l’Aberration, la gazette-en-ligne, satellite de l’Immonde, s’est empressée de crier au « dérapage » devant les réactions de Nicolas Miguet et de Julien Nicolaï (un « responsable UMP des Hauts-de-Seine ») sur Twitter.

Le premier s’interrogeait sur la différence de traitement entre cette affaire et celle du bijoutier de Nice — tout comme nous nous interrogions hier sur la différence de traitement réservé à la tentative de meurtre d’un chauffeur de bus survenue quatre jours plus tôt sans que l’Aberration en parle. Une mise en perspective apparemment déplaisante de faits pourtant analogues.

Le second cherchait la cause du ciblage de ce journal dans la manipulation médiatique dont les Français sont exaspérés.

Mais la gauchosphère n’aime ni la contradiction, ni la raison. Voyant une faille fissurer ses belles constructions idéologiques, sa première réaction est la furie de la condamnation et le recours à l’intimidation. Les voix divergentes n’ont plus droit de cité. Surtout, pour les neutraliser, le registre de l’argumentation est totalement laissé de côté, au profit de celui de l’insulte. Insulte dont le Huffington Post ne s’émeut aucunement, la violence verbale étant à ses yeux plus forte dans les propos d’un responsable politique... de droite, forcément.

Chasse aux sorcières (bis) : l’article « très caricatural » du Figaro

L’homme blanc n’a décidément pas bonne presse ces jours-ci. Ainsi lorsque le Figaro n’a rien d’autre à faire — les sujets ne manquent pourtant pas dans la rubrique économie, — il se fait le héraut du paritarisme sexuel... dans une entreprise britannique.

Ou de l’art et la manière de s’occuper de la paille dans l’œil du voisin. À quand la dénonciation des mauvais traitements infligés aux animaux du zoo municipal de Sarajevo ? L’insurrection contre les délais d’attente aux guichets de la poste de Singapour ? L’indignation face au refus d’un maire de Corée du Nord de célébrer un « mariage » ganymède ?

Malheureusement, la clique paritariste a semble-t-il manqué de vigilance, puisqu’elle a sollicité pour l’occasion l’avis d’un « spécialiste » ès leçons de morale qui n’est autre lui-même... qu’un mâle blanc (au nom bien français pourrait-on préciser, au risque d’ajouter encore à l’horreur).

3. La bête immonde et la vedette :

Ce soir, Trans2 propose un documentaire exceptionnel, quelque chose que nous n’avons jamais vu, un thème que personne n’ose aborder : « Apocalypse Hitler » partie 1. Nous devons nous réjouir de voir le service public rappeler constamment l’horreur du nazisme. Sans cela, comment comprendre que le chancelier Hitler était fou ? Qui pourra nous le rappeler quand la télévision sera privatisée ?
C’est donc bien un acte militant de la vigilance antifasciste que les Français peuvent contempler ce soir. Un acte militant oui. Car cela tombe à point nommé : « dérives racistes » en France, alliances en Europe de la droite-extrême-fasciste-islamophobe-europhobe ( la DEFIE) et « montée du Front national » (a-t-on parlé de « montée de l’UMP » ou de « montée des écologistes » ? Non, car les mots ont un sens).
Outre ces fameuses « piqûres de rappel », rappelons que Hermann Göring disait à son procès : « on me construira des mausolées plus tard ». Finalement, en brandissant le nazisme à chaque occasion, on parlant sans cesse de Hitler et en atteignant régulièrement le point Godwin, les médias de gauche font du petit caporal de Bohème, une superstar, une vedette pour petits et grands, un spectacle permanent. Les nationaux-socialistes ont, de fait, réussi une chose : être dans les esprits pour l’éternité, les gauchistes seraient donc peut être les relais du « Reich millénaire ».

4. Quand Megatarte arrêtera de publier n’importe quoi :

De longs commentaires de cet article ne seront pas nécessaires : le titre est, à lui seul, une grande phrase, un moment de rire, une hilarité bien réactionnaire.
Nous sommes peut-être d’horribles fascistes mais nous cherchons encore les « richesses » arabes en France, outre les milliards levantins et le pétrole. Mais nous ne devons pas oublier que ces gens, sont une chance pour la France.

5. L’Immonde, ou les obsessionnels du « genre » :

Une fois n’est pas coutume, nous devons vous prévenir : l’article que vous allez lire est vrai, sincère et publié par l’Immonde. Il est même classé parmi les plus partagés des articles de ce torchon germanopratin.

Le sujet est simple : critique d’un affichage indiquant les sanitaires au motif qu’il désigne la possibilité de s’occuper des nourrissons, par un enfant en couche-culotte et .... une femme.

Mon grand architecte ! C’est une marque flagrante de sexisme, de négation des genres (évidemment, on ne voit qu’un homme et une femme, totalement stéréotypés) et d’asservissement des femmes (ou personnes déclarées comme telles à l’administration). L’Immonde parle même de symbole du patriarcat.
En prenant compte des orientations de chacun, de l’égalité des sexes et des genres, des nouvelles formules « familiales », des nouveaux rôles des « parents » ... , imaginez la taille des pancartes pour indiquer les toilettes ! Soyons donc ludiques et envoyez nous vos suggestions, nous les transmettrons officiellement à l’Immonde.

Le Rouge & le Noir veille,

Florimond & Louis Jaeger

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0