L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[COLONNES INFERNALES] du jeudi 21 XI 2013

Chers amis,

Voici votre réinformation du jour. N’oubliez pas d’écouter les bulletins de Radio Courtoisie.

1. Tireur présumé arrêté : les médias tentent de noyer le poisson

1.1. Quatre ou cinq questions ? Comment tourner autour du pot

Les intellectuels et journalistes engagés (par Rothschild, Bergé, BHL & Cie) ont une technique bien rodée pour se détourner du fond et de la clarté : l’intellectualisme. Cette méthode qui consiste à faire « l’éloge de la complexité » (comme dirait E. Morin) en supposant que leur opposants sont des brutes épaisses et des imbéciles simplistes. Cela se vérifie surtout quand les gauchistes n’ont plus aucun argument et lorsqu’ils sont désemparés face à la dure réalité qui les contredit.

Comme le tireur n’est pas « de type européen », qu’il n’est ni catholique intrégro-traditionnaliste, ni fascisto-ultranationaliste, mais qu’il a fréquenté l’ultra gauche et qu’il s’appelle Abdelhakim Dekhar, il faut bien trouver une excuse. Mais avant de donner une réponse, il est de coutume de poser une autre question afin de pouvoir réfléchir à la réponse à la première question.

Ainsi, l’Immonde et le Nouvel Imposteur se sont livrés à cet exercice sans toutefois se mettre d’accord sur le nombre de questions à poser :

Avant de tomber d’accord sur le nombre d’entourloupes à développer :

Mais aucune de ces interrogations n’aborde la question de son appartenance à l’ultragauche. Elles portent sur les conditions de son arrestation, sa vie, son profil psychologique... histoire de chercher à comprendre ce qui s’est passé dans la tête de cet homme, comment a-t-il pu ? Est-il vraiment fou ? A-t-il une personnalité complexe ? Une phrase doit tourner en boucle dans la tête de la gauche qui fait beaucoup moins la maligne et qui a vraiment perdu la banane cette fois : « C’est quand même bizarre cette histoire » — « Mouais tu as raison. Tu veux du soja ? » — « Pourquoi a-t-il fait cela ? » — « Je ne sais pas, il a sûrement pété les plombs, avec tout ce qu’on vit, le racisme... »

Ils prennent moins de risques pour accuser la Manif pour tous et Frigide Barjot de la mort de Clément Méric. Ils osent surtout brandir, comme pour DSK, le droit à la présomption d’innocence. Chose dont le FN n’a pas bénéficié pour le cimetière de Carpentras, ni Woerth pour ses affaires financières. Non, ce droit ne vaut que pour les hommes de gauche parce qu’ils ont forcément un bon fond.

1.2. Un personnage « énigmatique »

Nous avons eu Merah le p’tit gars de la cité au visage d’ange, nous avons désormais Abdelhakim, un fada mystérieux.

Après en être passés par la case « tireur froid et déterminé », on arrive au presque attendrissant « type tordu qui a besoin de reconnaissance ». Et ça y est, on y vient : c’est la faute de la société, dont le racisme latent a injustement privé ce brave homme de reconnaissance.

S’agissant de l’article, on note la délicatesse des propos, qui égale pratiquement celle de nos ravissants Rey et Maupin... des « autonomes » — notez l’euphémisme pour désigner les terroristes de gauche — qui ont des « rêves ». Ah, jeunesse !

Instable et marginal, déséquilibré tendance mytho, c’est ainsi qu’Abdelhakim Dekhar alias Toumi était apparu après la fusillade de la Nation en octobre 1994 par Audry Maupin, l’étudiant en philo de la fac de Nanterre et sa jeune copine d’Argenteuil Florence Rey qui ont tué un chauffeur de taxi noir et trois policiers. Ce couple « d’autonomes » squatte alors une maison à Nanterre, et rêve de « foutre en l’air le monde ».

Mais ce que les journaleux oublient de dire c’est que ces propos définissant le « tireur » comme un homme énigmatique, et repris par tous les médias sans guillemets, émanent... de son ancienne avocate !

1.3. Le fou et le complot fasciste

Mais il n’était pas seulement tourmenté, c’est aussi un homme inquiet et soucieux du progrès. Les journaleux sont alors pris en pleine contradiction : d’un côté c’est un fou qu’il faut soigner et son examen psychiatrique fait d’ailleurs la joie des lecteurs de l’Immonde qui sont soulagés de l’envoyer dans la rubrique « Il-a-pété-les-plombs », « C’est-un-type-un-peu-spécial » :

D’une autre côté c’est un homme qui est hanté par la peur d’un complot fasciste. Nous ne savons où donner de la tête : un anti-fasciste peut-il être fou ? Voici la grande question du moment.

1.4. Ressortir de vieilles histoires sans rapport pour montrer que l’extrême-droite est tout de même bien plus méchante que l’extrême-gauche

Peu importe si l’Immonde a ressorti une affaire américaine avant ou après la révélation de l’identité du « tireur ». Mais cet article arrive au bon moment pour montrer aux lecteurs progressistes que c’est l’extrême-droite antisémite, anti-libertaire et même teintée de sentiments religieux, qui est le monstre le plus sanguinaire. Car « racist killer » est passé à l’acte, il a tué des gens et pas n’importe lesquels.

Voici donc une preuve nouvelle que les médias tentent de noyer cette affaire dans un torrent d’information sans rapport mais qui pourrait excuser Abdelhakim Dekhar.

Instant de franche rigolade en supplément.

2. Noël païen : pourquoi ça ne prend plus

Tous les baromètres le confirment, Noël est en passe de devenir une galère comme les autres. Prendre rendez-vous chez son dentiste, faire son bilan de compétences RH, envoyer son chèque aux impôts... Ces obligations pénibles voient donc leur liste s’allonger pour accueillir la traumatisante séquence : « Faire sept heures de queue aux caisses des magasins tous les samedis de décembre, se ruer chez Picard l’après-midi du 24, supporter sa famille à table, endurer la crise de foie du 25, garder le sourire en ouvrant ses cadeaux sans intérêt. »

Une fois encore, la sociologie vient à notre secours pour tenter — une fois encore, en vain — de comprendre. Lorsque pourtant on croit parvenir à une bribe d’intelligence — « la pression commerciale et sociétale qui pèse sur chacun d’entre nous à cette période est énorme », — on se rend compte bien vite que ce n’est pas pour retrouver la vraie source du mal, mais pour nous faire culpabiliser puisque, indignes rouages du marché, « nous sommes bien incapables de savoir de quoi les personnes dont nous sommes les plus proches peuvent bien avoir envie ». Ou comment l’amour se trouve réduit, comme tout le reste, à la consommation, à « l’envie », aux voluptés éphémères.

Aussi vous ne trouverez pas dans le Figaro du jour la racine profonde de la grisaille qui s’abat sur nos sociétés occidentales sinistres, y compris le jour de Noël. Ni dans le Figaro, ni dans aucune autre gazette aux colonnes infernales. Libres-penseurs, dormez tranquilles, le nom du Christ et le souvenir de Sa Nativité — et plus généralement le vrai sens des choses — n’y reviendront pas de sitôt.

3. Le type mal dans sa Foi

L’article de Koz toujours paru sur Caniveau89 ne doit pas rester impuni. Il faut une réponse, anonyme, d’un type qui nous apporte le vérité sur la Manif pour tous et les catholiques. « Darth Manu » aurait mal vécu la manif pour tous, lui qui est un « catholique d’ouverture » (la contradiction est impossible à défendre évidemment). Un progressiste, un tolérant, un humaniste « gay-friendly ».

Nous ne résistons pas à vous rappeler l’article de Louis Jaeger sur ce genre de personnages.

4. Les vedettes défendent courageusement Taubira

Pour contrer le racisme et l’intolérance, il fallait des symboles, les arguments n’ayant convaincus personne. Les bobos ont donc eu l’idée d’une pétition, quoi de plus téméraire et de plus engagé ?

Mais combien de signatures de vedettes pour les Français victimes du racisme anti-blanc ? Aucune signature, mais plusieurs millions de bulletins de vote.

Le Rouge et le Noir veille,

Florimond & Louis Jaeger

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0