L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[COLONNES INFERNALES] du dimanche 23 III 2014

Chers amis,

Voici votre billet de réinformation du 23 mars 2014. N’oubliez pas d’écouter les bulletins quotidiens de Radio Courtoisie.

1. Profanation du Sacré-Cœur : la grande inversion des idéologues anticléricaux

L’acte de profanation du Sacré-Cœur, que nous relations dans nos colonnes cette semaine, avait jusque là suscité une réaction unanime de la classe politique française suffisamment rare — s’agissant d’un lieu de culte catholique — pour être soulignée. Chacun s’accordait en effet à condamner la dégradation de la basilique à renfort d’inscriptions antichrétiennes et anarchistes ; son statut de lieu touristique, il est vrai, tout comme la proximité d’élections municipales auxquelles les catholiques prennent part, avaient probablement contribué à porter sa cause dans la parole publique et les médias, mais la coïncidence, pouvait-on croire par souci de ne pas ajouter la division à la division, restait fortuite.

Cette démonstration d’unité semblait probablement trop belle aux yeux du Maître de la division pour que celui-ci s’abstînt de pousser dans l’arène ses troupes infernales. De fait, c’est Caniveau89 qui relate ce qui apparaît, aux yeux d’une poignée de tristes sires, anticléricaux bon teint bloqués au dix-neuvième siècle, comme un scandale de collusion entre l’Église et l’État. Roland T., « professeur d’histoire-géo » quarantenaire frustré, explique ainsi que la véritable profanation, — qu’on s’abstienne de rire, — c’est la basilique elle-même, puisqu’elle s’érige sur la colline de Montmartre, où sont morts des communards parisiens.

La thèse ici défendue n’appelle probablement pas de réponse quant au fond tellement elle fait fi des vérités bien historiques qui environnent la construction du Sacré-Cœur (ne serait-ce, sur le temps long, que le lien indissoluble qui unit la France à l’Église depuis le baptême de Clovis) : à la décharge de l’auteur, chacun sait qu’un enseignant de l’Éducation nationale n’est pas tant recruté pour ses aptitudes dans la matière qu’il enseigne — en l’occurrence l’histoire — que pour sa capacité à restituer le verbiage mortifère des pédagogistes qui peuplent le ministère.

Sur la forme en revanche, il est notable que le retournement du terme de profanation contre la basilique elle-même conduit à considérer comme sacré ce qui n’est que politique et contingence : à savoir l’épisode de la Commune. Épisode dramatique certes, épisode de déchirure certes, mais épisode de mémoire sacrée, certainement pas. La « religion républicaine » prêchée par le faux-prophète Peillon continue de poser ses jalons : à nous d’en saper les bases, qui insultent le concept-même de vérité.

2. Attention, cartel médiatique en approche :

Ils possèdent l’Immonde, veulent racheter le Nouvel Imposteur et lorgnent sur l’Aberration. L’un d’eux détient les Inrocks, conseille François Hollande et est passé de la Direction Trésor à la banque Lazard. Un autre est le financier des bandes LGBT et considère le ventre des femmes comme un objet marchand. Le dernier est un milliardaire qui a cassé les prix de la téléphonie mobile et de l’internet (plutôt positif pour le coup).
Vous l’avez deviné, il s’agit du trio Pierre Bergé, Matthieu Pigasse et Xavier Niel. Les deux premiers sont des caricatures de la gauche caviar, du bobo enrichi, partouzeur et cocaïné, les argentiers de la pensée unique et des bataillons de journalistes et militants libertaires.
Le terme d’oligarchie médiatique sera bientôt trop faible pour désigner l’emprise politique et économique sur la presse. La propagande va se renforcer.
Mais vous pouvez vous consoler en constatant qu’il sera désormais plus aisé de mettre fin à ce système, en frappant le cœur.

3. L’oligarchie socialiste confirme son ambition totalitaire à l’Ecole :

Nous connaissions la gauche libertaire, elle l’est toujours. Nous subissions la gauche moraliste et républicaine, elle persiste. Mais après avoir détruit l’ordre social et chrétien par la révolution de 1789, le républicanisme laïcard et mai 68, les voici engagés dans la défense de leur ordre nouveau.
L’oligarchie socialiste compte bien changer les esprits en profondeur et commence son ouvrage à l’Ecole. Ainsi, George Pau-Langevin, ministre déléguée « à la réussite éducative » (rien que cela), nous comble d’une tartine idéologique indigeste et bien lourde. Selon elle, l’Ecole doit être un lieu privilégié pour lutter contre les discriminations. Mais le plus grave est la raison de cette ambition, le constat qui aurait été réalisé auprès de jeunes issus de l’immigration, en d’autres termes la « France black-beurre » (les Blancs étant partis des quartiers et écoles « difficiles » ou étant minoritaires). Ces citoyens d’une future France métissée considèreraient, pour beaucoup d’entre eux, que l’Ecole est discriminante. Il faut avouer que nos instituteurs sont des monstres : forcer ces enfants à apprendre le Français, l’Histoire de France et les mœurs de notre pays, c’est fasciste. Le ministre appelle donc à prendre en compte « la diversité des élèves ».
Doit-on comprendre que les enseignements devront s’adapter aux cas particuliers ? Bienvenue dans la République de demain. Ce ne sera plus la France.

4. Le Nouvel Imposteur dans toute sa grandeur

Caniveau 89 s’intéresse à un livre qui raconte la vie ahurissante de la rédaction d’un des journaux les plus insupportables de tout le gotha bien-pensant : Le Nouvel Imposteur. Au travers de treize extraits, ce sont tous les vices de ce journal de gauche plein de morgue qui sont étalés au grand jour, et pas les moindres : il s’agit tout bonnement de la caricature du mauvais journaliste. Connivence avec les politiciens les plus véreux, manque total et assumé de neutralité, affection démesurée de chacun pour son égo, goût pour le confort matériel le plus obscène... et le pire, c’est qu’à en croire l’auteur, ce sont là des tares qui, au contraire, vous assuraient une place de choix dans ce chaudron de nombrils à taille humaine. On comprend un peu mieux ce qui conduit depuis quelques années Le Nouvel Imposteur à ressortir régulièrement un torchon consacré aux vieilles lunes des monomaniaques de la gauche : l’extrême droite, l’intégrisme catholique...

Caniveau 89 faisant, comme c’est judicieusement rappelé, partie du groupe du Nouvel Imposteur, il ne faut pas s’attendre à ce que l’article fasse montre de circonspection vis-à-vis de tant d’immoralité : les journalistes trouvent même cela touchant, humain, plein de vie... Vous faire passer l’absence de déontologie et d’honnêteté intellectuelle la plus totale pour de la bonté d’âme et de « l’humanité » : les serviles de Caniveau 89, tenus sous la ceinture par le fric de leur propriétaire, l’ont fait !

Le Rouge & le Noir veille,

Florimond, Louis Jaeger & Samengrelo

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0