L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[ASSEMBLÉE] J. Bompard interpelle le gouvernement sur la crise de la famille

9 février 2015 Rédacteur

Jacques Bompard, député de la 4° circonscription du Vaucluse et maire d’Orange, qui a participé à la dernière « Marche pour la Vie » et qui s’est déjà illustré à l’Assemblée Nationale pour la défense de la vie, de la famille et du mariage, interpelle le gouvernement par deux questions écrites sur la promotion du modèle de la famille traditionnelle et la lutte pour la prévention des divorces.

M. Jacques Bompard attire l’attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la lutte pour la prévention des divorces (et des ruptures de PACS). Selon les chiffres de l’INSEE, en 2009, 160 000 enfants ont subi le divorce de leurs parents (ou une rupture de PACS, que nous appellerons plus commodément divorce aussi). Le drame des divorces vécu par les enfants donne à s’interroger sur le mariage et sa durée. En effet, toujours selon l’INSEE, deux tiers des divorces sont vécu par des enfants mineurs (soit 152 000 enfants). « Ils ont en moyenne 9 ans (...) avec un pic autour de 7 à 9 ans ». Outre le fait que les divorces ont lieu à une période où les enfants sont fragiles, notons qu’une certaine instabilité s’installe. 17% sont en garde alternée. 76% sont à la charge exclusive de la mère, face à 9% pour le père. Dans tous les cas, l’explosion du foyer cause des déséquilibres car ils oscillent entre le père et la mère en garde alternée ou entre leur père ou leur mère. Outre la question des partages des enfants, se pose la question de la qualité de vie d’enfants divorcés. La moitié des enfants de divorcés ne résident plus dans leur logement initial un an après le divorce. Le nouveau logement est dans tous les cas plus petit. En cas de résidence alternée on parle d’une réduction de 19m2 pour le père et de 24m2 pour la mère. 25% des enfants vivants avec leur mère ont perdu 37m2. La question de la pension alimentaire est aussi assez critique. Dans 20% des cas la pension est inférieure à 100 euros et dans 50% des cas, elle est comprise entre 100 et moins de 250 euros. Or cette pension représente « 18% du revenu déclaré, part d’autant plus importante quand la famille est nombreuse ». Ainsi, « pour les mères de trois enfants et plus dont les revenus d’activité sont faibles, les pensions représentent 28% du revenus déclaré ». M Jacques Bompard interroge Madame le Ministre sur le traumatisme occasionné par le divorce sur les enfants, qui donne à s’interroger sur le sens du mariage et la façon dont on prévient les divorces.
M. Jacques Bompard attire l’attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la promotion du modèle de la famille traditionnelle. A partir de l’Enquête famille et logement de 2011, nous constatons que la France métropolitaine compte 1.7 million de familles nombreuses (3 enfants et plus, dont un mineur), ce qui représente 3,1 millions de parents et 5,6 millions d’enfants. Le nombre de familles nombreuses en France est en constante décroissance. Actuellement, la France traverse une crise profonde sans précédent : démographique, sociale, politique, économique ... L’actualité récente, dans les écoles et les prisons, les attentats de Charlie Hebdo, en est le signe sensible. La France est face à différents enjeux sociétaux tels que l’immigration, le vieillissement de la population, la délinquance, ainsi que le désordre moral. Le défi de demain est celui-ci : trouver la force d’éradiquer le malaise qui paralyse le pays. Pour cela, la France doit revenir au fondement de la société humaine, qui est la Famille. Le lien famille-société est aujourd’hui dégradé au nom de revendications individuelles, alors qu’il est le garant de celle-ci. La famille « traditionnelle », c’est-à-dire stable et nombreuse, est la seule qui puisse réellement apporter une solution. Aujourd’hui nous sommes face à un déficit de transmission des valeurs et de perpétuation de la mémoire qui ne peut se faire que dans la famille traditionnelle, et non pas dans un Etat omnipotent. L’individualisme est le véritable carcan de la société, au détriment de la famille. Il isole l’homme et le rend toujours plus impuissant. Au contraire, la famille permet la relation entre les hommes, en leur transmettant le sens de la communauté, du respect et du pardon. L’unité nationale revendiquée par le gouvernement ne peut se réaliser qu’en instaurant d’abord l’unité autour de la famille. La société ne peut être un amas d’individus mais doit nécessairement être une composition de familles. La France, pour demeurer, a besoin des familles traditionnelles. Alors face à de tels enjeux, M. Jacques Bompard demande à Madame la demande à Madame la Ministre des Affaires Sociales les mesures qui vont être prises pour faire face à la crise démographique et identitaire française.

9 février 2015 Rédacteur

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0