L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[ARMÉE] Le Général de Villiers inquiet face à la situation actuelle de l’armée

23 octobre 2014 Rédacteur ,

« Nous payons le prix du sang. Nous attendons une légitime solidarité pour les coûts financiers. » - Général Pierre de Villiers

Alors que nous apprenions le 14 octobre la dissolution du le 1er Régiment d’Artillerie de Marine de Châlons-en-Champagne, le général Pierre de Villiers, chef d’état major des armées, avait été auditionné par la commission de la défense de l’Assemblée Nationale le 7 octobre précédant. Le rapport de la séance vient seulement d’être publié.

Alors même que la France multiplie les opérations extérieures, le budget de la défense est en constante baisse depuis des années . Au titre de l’exercice budgétaire de l’an 2015, les crédits s’élèveront à 31,4 milliard d’euros. L’armée française, si elle reste, aux dires du général d’armée, « considérée par nos alliés  » et « crainte par nos adversaires », est dans une situation dangereuse : pour la décennie 2009-2019, elle perdra un quart de ces effectifs - soit 60% des suppressions d’emplois au sein de l’Etat - ; le matériel vieilli et les taux de disponibilité de celui-ci sont au plus bas.

Le général de Villiers se montre inquiet. « Nos ravitailleurs actuels ont plus de 50 ans, Ils datent du début des années 1960, tout comme les avions Caravelle. Qui accepterait aujourd’hui de voler en Caravelle ? Idem pour les blindés projetés en Centreafrique, qui ont 40 ans, de même que les hélicoptères Puma, à peu près du même âge ».

Il met en garde les autorités françaises : « Il n’y a plus de gras dans nos armées, on attaque le muscle. C’est mon devoir de vous le dire. [...] J’invite tous ceux qui ne sont pas convaincus à aller voir les conditions de travail et de vie de nos soldats. »

23 octobre 2014 Rédacteur ,

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0