L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[IN MEMORIAM] Charles, entre idole des jeunes et divinité laïque

24 novembre 2021 Contributeurs extérieurs

En ce mois de novembre, mois des âmes du Purgatoire pour l’Eglise, mois de « l’esprit » du 13 novembre pour la République (1945-2015), il est une coutume bien républicaine qui existe aujourd’hui plus que jamais, celle de ressusciter les morts mythiques (ou mystiques ?) de son histoire romancée.

On ne compte plus les récits des Clémenceau, Jaurès, Robespierre et Joffre, presque tous sacrifiés sur l’autel de la Liberté mal comprise. De ces romans il est un que j’affectionne particulièrement. Grand par sa taille, gaulois par le nom, l’histoire raconte les péripéties incroyables d’un petit Charles André Joseph Marie, parti chez les Angloys pour sauver sa mère patrie la France. Eh oui au XXe siècle il était de bon ton de quitter son pays pour le sauver. Un plaidoyer pour l’émigration ? Je ne puis répondre à cette question. Toujours est-il que de ce roman fantastique est né un culte. À la différence que celui-ci ne veut ni miracles, ni résurrection. Il se compose de ses dogmes, ses messes, ses péchés, ses vertus et ses prières, son clergé séculier et régulier, tout y est, même les sermons !

Ce culte, non content de se substituer au vrai, est également l’antidote par excellence qui guérit toutes les plaies et les maladies causées par les virus-anathèmes tel que « Fachooo » et « Esstraimedroate ». Cet antidote, bien que découvert à Lille, en un jour probablement pluvieux de novembre 1890, ne prend pas sa source au plateau de Langres mais plutôt dans la Tamise.

Point important à souligner, qui n’est marqué qu’en très petit sur la notice d’utilisation, ce médicament ne soulage la douleur que de la « dysphasiepolymorphique » de la pensée, autrement appelée : gauchisme. À l’instar du prestigieux laboratoire Pfizer dont le produit phare ne traite qu’une forme du rhume-19, cet antidote ne peut être prescrit contre la forme dégénérative du gauchisme : le wokisme. Les meilleurs chercheurs sont déjà sur le coup.

Mais revenons à ce culte. Aujourd’hui communier à cette chapelle assure monts et merveilles. Vous êtes en difficulté ? On vous pose une question délicate ? sortez votre carte de vaccination Charliste, à jour, et le tour est joué. Partout même dans les plus hautes sphères de la société, cette « carte magique » fonctionne diaboliquement bien.

Je me souviens que lors d’un débat télévisé sur une chaîne quelconque, Michel Bannanier, Valérie Phouquresse, Eric Ciottat, Xavier Barband (noms anonymisés) et un autre que personne ne connaît s’arrachaient des mains les vertus fantasmagoriques de ce fameux Charles. Chacun criant à l’autre de manière un peu hystérique, mais curieusement très soporifique, que l’un était plus « charliste » que l’autre, l’autre voulant revenir « aux sources Charliennes de la révélation » quand le troisième voulait justement dépasser les dogmes, réunir un « concile Charlettiste » et créer « une Réforme Charléisée ». Chacun y allait de sa petite « citation constitutionnelle ».

Très honnêtement je n’y comprenais pas grand-chose. Monsieur Barband, du Parti Les Charlaux, appelait de ses vœux « une nouvelle Pentecôte Charlienne », madame Phouquresse expliquait que sa première réforme « Charlettiste » serait la 5G dans les transports, et monsieur Ciottat prétendait que le sujet le plus inquiétant était le pouvoir grandissant des charlots dans la politique républicaine. Bizarrement, c’est la proposition de ce dernier que j’ai le mieux retenu, sujet à creuser.

J’avais l’impression de me retrouver devant les prêtres de Baal, expliquant chacun leur tour pourquoi ils étaient meilleurs que les autres et que leur dieu était Le Dieu. Quel dommage qu’il n’y eut pas un Saint Eli pour leur apporter une contradiction brûlante de Charité…

Charles ! Aux secours ?

Marc Aurel

24 novembre 2021 Contributeurs extérieurs

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2021 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0