L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[VACCIN] Décryptage de l’affaire de stérilisation de masse au Kenya

Depuis quelques mois une histoire de vaccin contre le tétanos provoquant la stérilité circule sur la toile, ou ici en anglais. Le Rouge & Le Noir se devait de mener l’enquête. L’investigation et la prise de contact a été relativement longue à mener.

Existence d’un tel vaccin

L’OMS a bien développé un vaccin contre l’HCG dans le but de provoquer l’infertilité. Une étude clinique a été publié à ce sujet en 1988 sur 30 femmes volontaires. Les études à ce sujet le présente comme temporaire et reversible, ce qui laisse dubitatif si l’on sait que la réponse immunitaire varie d’un individu à l’autre, et qu’en cas de présence de l’antigène, la réponse est entretenue. De fait, une femme ayant été exposée à un tel vaccin et débutant une grossesse se retrouverait face à un rappel qui entretiendrait l’infertilité de façon durable. Depuis les années 70, cette antigène est proposé à des vaccins antitétaniques

Alertes de la conférence épiscopale du Kenya

La conférence épiscopale du Kenya a bien alerté l’opinion à ce sujet. Un premier communiqué de presse a été diffusé le 26 Mars et un second le 7 Octobre. Dans une autre communication datée du 6 Novembre, d’autres détails ont été fournis, dont des résultats de tests confirmant la présence de l’antigène dans le vaccin, et ce par plusieurs laboratoires indépendants.

Nous avons essayé de vérifier les résultats de ces tests. Pour prendre contact avec la confédération épiscopale du Kenya, nous somme passé par le nonce apostolique Monseigneur Charles Balvo, dont la réponse a été longue à obtenir. Il nous confirme que la confédération épiscopale du Kenya pense que l’agent de stérilisation est présent dans les vaccins de l’OMS et que le gouvernement Kenyan a accepté de soumettre les vaccins à d’autres analyses, dont les résultats ne sont pas disponibles pour l’heure.

Désinformation de masse

Un point n’a malheureusement pas été considéré depuis le début de cette campagne, une désinformation de masse : l’UNICEF prétend faire une campagne d’éradication du tétanos. L’agent du tétanos Clostridium tetani est un germe tellurique [1], et n’est pas à réservoir humain. Il n’est donc pas possible de l’éradiquer même en vaccinant la totalité des personnes et animaux vivant sur terre pour une longue période.

L’Église Catholique du Kenya a lancé l’alerte, cependant, en regardant le lien de la campagne, elle concerne toute l’Afrique subsaharienne, et donc cette histoire n’est que le commencement. Cette stérilisation de masse, si les tests la confirment, est à une échelle bien plus importante que le seul Kenya.

Il y a fort à penser que le Nigeria, le Tchad, l’Angola, la république démocratique du Congo et la côte d’Ivoire seront dans les prochaines victime de cette campagne. Cette carte correspond étrangement aux populations chrétiennes en Afrique. L’Egypte est quand à elle considérée comme un bonne élève ayant réussi le contrôle du tétanos, et ne sera donc pas ciblée.

Marche à suivre

Les vaccins disponibles en France ne sont pas de même nature que ceux qui sont propagés au Kenya. Pour les personnes vivant en Europe, la question de la vaccination est à considérer avec son Médecin. L’une des population les plus à risques de tétanos étant les jeunes retraités de sexe masculin, se consacrant au jardinage, la question de la stérilisation ne se pose de toute façon pas.

Il est bon de savoir que les vaccins offerts en Afrique sont en partie offerts par de bonnes âmes en Europe et en Amérique. Nous vous encourageons donc à ne pas prendre part à cette action humanitaire de l’UNICEF, et de reporter votre dont vers un autre organisme (Si vous souhaitez sincèrement aider l’Afrique, le CCFD peut vous aider à choisir, sinon, il vous reste aussi l’humanitaire de proximité avec le secours populaire ou le secours catholique, la banque alimentaire, et d’autres initiatives locales)

Bonus

On présente l’association Antivaccins comme tenue par des arriérés mal informés. Une carte interactive présentent les dégats. Cette carte a malheureusement été simplifiée depuis quelques mois, ou elle présentait le détail des « autres » maladies qui auraient pu être évité par la vaccination, donnée toujours accessible sous forme de fichier tableur. On apprend donc que cette année, 233 cas d’Ebola auraient pu être évités en Guinée si la vaccination n’avait pas été entravée. Par contre, les cas de tuberculose ne sont pas cités, le BCG n’étant pas disponible sur le marché américain.

Conclusion

Cette histoire est à suivre de près, et nous continuerons les investigations. D’autres manipulations semblent entourer les campagnes de vaccination.

Benjamin Leduc

[1Présent dans le sol

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0