L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[NEUVAINE POUR LA FRANCE] Saint Bernard à Vézelay

Du 15 novembre 2014 au 15 août 2015, une grande Neuvaine pour la France est proposée aux catholiques français. Le Rouge & le Noir se joint pleinement à cette initiative.
Chaque jour, le site de la Neuvaine pour la France met en ligne des ressources spirituelles. Nous les relayons régulièrement dans nos colonnes, vous invitant à les méditer et à vous unir à nous dans la prière.
Prions Dieu qu’Il nous accorde un zèle jaloux pour répandre sa Parole et honorer son Nom comme Il l’accorda à saint Bernard.

Saint Bernard à Vézelay

Odon de Deuil (1110-1162), Histoire de la croisade de Louis VII, Livre I

« L’An du Verbe incarné 1146, le glorieux roi des Français et duc des Aquitains, Louis, fils du roi Louis, étant âgé de vingt-cinq ans, et, afin de se rendre digne du Christ, portant sa croix à Vézelay le jour de Pâques, entreprit de marcher à la suite du Seigneur. Le jour de la Nativité qui avait précédé, comme ce roi très pieux tenait sa cour à Bourges, ayant à dessein appelé plus généralement que de coutume auprès de sa couronne tous les évêques et les grands du royaume, il leur révéla d’abord les secrets de son cœur. Alors l’évêque de Langres, homme plein de religion, parla, d’une manière convenable à sa dignité, de la destruction de la ville de Roha, plus anciennement nommée Edesse, de l’oppression endurée par les Chrétiens, et de l’insolence des Païens ; et il fit verser beaucoup de larmes en traitant un sujet si déplorable ; puis il invita tons les assistants à s’unir à leur roi pour porter secours aux Chrétiens, et combattre pour le roi de tous les hommes. Dans le roi brillaient avec éclat le zèle de la foi et le mépris des voluptés et de la gloire temporelle, exemple plus efficace que tous les discours. Toutefois ce que semaient, en ce moment, l’évêque par ses paroles, le roi par son exemple, ils ne le moissonnèrent pas tout de suite. Un autre jour fut fixé pour que tous se réunissent à Vézelay pour les fêtes de Pâques, au moment de la Passion du Seigneur, et pour qu’au jour de la résurrection, tous ceux qui seraient touchés de l’inspiration céleste, concourussent à exalter la gloire de la croix.

Le roi cependant, plein de sollicitude pour son entreprise, envoya des députés à Rome au pape Eugène pour l’informer de ces choses. Les députés furent reçus joyeusement, renvoyés tout joyeux, et rapportèrent des lettres, plus douces que le miel, lesquelles commandaient d’obéir au roi, réglaient le modèle des armes et la forme des vêtements, promettaient à ceux qui porteraient le joug léger du Christ, rémission de leurs péchés, et protection pour leurs petits enfants et pour leurs femmes, et contenaient encore quelques autres dispositions que le souverain pontife avait jugées utiles dans sa sainte et sage sollicitude. Lui-même désirait mettre le premier la main à cette œuvre sainte ; mais il ne le put, empêché qu’il fut par la tyrannie des Romains, et il délégua ces soins au saint abbé de Clairvaux, Bernard.

Enfin arriva le jour tant désiré par le roi. L’abbé, fortifié de l’autorité apostolique et de sa propre sainteté, et l’immense multitude de ceux qui étaient convoqués, se réunirent au même lieu et au même temps. Le roi reçut donc la décoration de la croix, qui lui était envoyée par le souverain pontife, et beaucoup de grands la reçurent avec lui. Et comme il n’y avait pas assez de place dans le château pour contenir une si grande multitude, on construisit en dehors et dans la plaine une machine en bois, afin que l’abbé pût parler de haut à toute l’assemblée. Celui-ci monta donc sur cette machine, avec le roi paré de sa croix ; et lorsque cet orateur du Ciel eut, selon son usage, répandu la rosée de la parole divine, de toutes parts, tous firent entendre leurs acclamations, demandant des croix, des croix ! Et après que l’abbé eut semé, plus encore que distribué, un faisceau de croix qu’il avait fait préparer à l’avance, il fut forcé de couper ses propres vêtements pour en faire d’autres croix, qu’il répandit de même. »

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0