L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Ce poème est le volet central d’un triptyque ayant pour thème la Création. Nous précisons que ce viol est métaphorique. Il est celui du poète qui ne peut que noircir une page vierge quand la création de Dieu peut s’écrire blanc sur noir. Ainsi, « Les Étoiles », troisième sonnet du triptyque éclaire ce violent poème central.
Degas, Le Viol

Le Viol

Moi, je suis là devant le seuil pur de sa chambre
Et ici, froidement,
J’imagine, en rêvant, sous mes doigts ses seins blancs
Aux tétons gonflés d’ambre.
 
J’ouvre alors violemment la porte de son antre !
Elle me voit bouillant.
Je m’approche du lit. Mon cœur est plein de sang.
Elle crie sous son ventre.
 
Elle serre les dents, pleure et gémit, pourtant
Je m’obstine en forçant.
Sous mes lourds mouvements, je la sens qui… Diantre !
 
Prend le rythme en bougeant sous mon poids. Empoignant
Mon stylo, l’astiquant,
La vierge et blanche page fait gicler mon encre !

*

Charles Cartigny


Retrouvez ici les deux autres volets du triptyque :

I. — Le Premier Poète

III. — Les Étoiles

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0