L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

L’Appel

23 janvier 2012 Charles Cartigny

Évangile du dimanche 22 janvier

Marc 1, 14-20
Ce jour-là, j’étais mal. J’étais gris. J’avais peur.
Le ciel encore était lacéré de nuages
Dont la fumée tranchait ce si noir paysage.
Ce jour-là, au réveil, je me frappais le cœur.
 
Le front encor humide de cette sueur
Qui colle aux tourmentés, écume des naufrages,
Qui, bave des mourants, les prépare au carnage,
Je me suis réveillé, mon front mouillé de pleurs.
 
Déjà depuis la veille, on entendait le bruit
De la mort de celui qui faisait des merveilles.
Criant dans le désert, le prophète appareille
Pour rejoindre Yahvé et assombrir mes nuits.
 
Je l’ai tant écouté sur les bords du Jourdain…
Quand il s’en est allé dans les prisons d’Hérode,
La peur m’a habité comme un vieux loup qui rode
Et attend le moment de te mordre à la main.
 
Ce jour-là, j’étais mal. Je n’avais plus d’espoir.
Bientôt assassiné par la belle Hérodiade…
J’avais peur, ce jour-là, au lac de Tibériade
En allant jeter mes filets dans l’étang noir.
 
Et pourtant, je l’ai vu, il avait du Messie
Dénoué les sandales. Et pourtant, on avait
Vu le ciel s’entrouvrir. Mais celui qui voulait
Baptiser, convertir, nous laissait sans merci.
 
Ce jour-là, je cherchais, car ne pouvais comprendre,
Où était ce Jésus que Dieu avait élu.
Où s’était-il caché ce Messie disparu
Qui laissait Jean mourir et nous autres l’attendre.
 
Ce jour-là, le matin n’avait pas de lumière.
Je trainais, tristement, mes filets sur le sol.
En allant à la mer, j’ai remarqué le vol
D’une colombe blanche qui cherchait son père.
 
Je souris comme on fait dans les temps de détresse
Retournant au labeur, car c’est là mon devoir,
Je me dis en mon cœur que j’aimerais revoir
Celui qui nous a fait tressaillir d’allégresse.
 
Tout à coup, ce jour-là, j’entendis une voix,
Ferme et douce à la fois,
Qui me dit calmement : « Venez derrière moi. »
 
J’ai regardé mon frère que l’on nomme André.
Laissant là nos filets,
Nous avons décidé de suivre l’Annoncé.
 
Ce jour-là, il a fait de moi un pêcheur d’hommes.
Simon n’a pas compris, il fallut que je soie
Pierre. Mais maintenant qu’Il s’est construit sur moi,
Je comprends mon appel dans les prisons de Rome.

*

Charles Cartigny,
le 23 janvier 2012

23 janvier 2012 Charles Cartigny

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0