L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Au Vendredi Saint : « Devant ce coeur meurtri qui secoue l’univers »

O héritiers d’Adam, minuscules mortels !
Race faillible et folle, écoutez notre appel !
 
Des siècles durant, nous avons regardé
Le monde se bâtir dans vos faits sanguinaires,
Vos princes se jeter leurs armées déchaînées,
Et la lande crier de douleur sous vos fers.
 
Nous vous voyions frapper dans le cou des taureaux,
Croyant naïvement obtenir nos faveurs,
Et pourtant continuer de remplir vos tombeaux,
Et maudire le ciel qui faisait vos malheurs.
 
Et vos âmes meurtries par les crocs du serpent,
Innombrables, tombaient sous nos regards confus
Dans l’abîme lointain que n’atteint pas le temps
Et d’où montent toujours des frissons inconnus.
 
Devant nous l’Éternel menait Son peuple élu,
Faisait oindre ses rois et parlait aux prophètes ;
Et nous savions qu’un temps viendrait où les Déchus
Grimaceraient devant Jérusalem en fête.
 
Et lorsque Salomon avait pendu le Voile,
Nous attendions de voir le Seigneur redescendre,
Se montrer glorieux, plus brillant qu’une étoile,
Pour tirer Ses enfants de leur couche de cendres.
 
Et la voûte a tremblé pour la première fois
Lorsque Son Envoyé S’est fait homme en la fange,
Et, comme les bergers, les bêtes et les rois,
Nous regardions sans bruit Dieu se parer de langes.
 
Le Dieu-homme a béni les eaux de Palestine,
Et fait couler le vin pour réjouir les cœurs ;
Grâces que les gentils des nations voisines
Réclamaient aux démons dans de vaines ardeurs.
 
Les enfants d’Israël attendaient un soldat,
Un prince révoquant la puissance étrangère :
Ceux qui mirent leurs pas dans les siens en Juda
Croyaient peut-être alors qu’allait venir la guerre.
 
Mais c’est dans la maison, sur la couche nuptiale,
Que se livre aujourd’hui le combat tant promis ;
Et les enfants, au seuil de la maison natale,
Sont chassés pour avoir écouté le Messie.
 
Par les larmes de honte et les regards perdus,
La Sagesse a brisé les attentes mondaines,
Elle a passé au fil de Son fer émoulu
Les ingrates folies des volontés humaines.
 
La stupeur nous frappa quand les fils de Lévi,
Voyant dans Son discours leur propre vanité,
Osèrent le soumettre à leurs mesquins défis
Au mépris des rameaux que l’âne avait foulés.
 
Quand, devant le tombeau de Son royal ancêtre,
Il bénit le pain et le vin et les fit manger,
Nous ne comprîmes pas ce qu’Il faisait paraître,
Mais sûmes que le nœud allait se dénouer.
 
Les trompettes du Ciel ont tonné de colère
Quand Celui qui créa l’homme pour le chérir
A été condamné sous les lois de la Terre
Par ceux que de Sa main Il a voulu bénir.
 
Et voilà que le Christ pend sur le bois de la croix,
Le front égratigné, Son sang mêlé à l’eau
Répandu sur la terre et sur la vieille loi,
Bannissant à jamais celui des animaux.
 
Dans les buissons l’oiseau arrête de chanter,
Sous les chênes le loup abandonne sa proie ;
Dans les grandes prairies, le vent est retombé,
Sur l’océan les eaux s’aplanissent sans voix.
 
La création s’emplit des frissons de la terre,
Même l’air semble empreint de stupéfaction.
Pas un rayon ne vient des cieux pourtant ouverts
Et le noir est tombé tout autour de Sion.
 
Lentement, ébahis, les anges apparaissent,
Et viennent tournoyer devant le Dieu mourant ;
Un séraphin gémit, ses six ailes s’affaissent,
Et l’effroi assombrit son visage éclatant.
 
Vous qui, croyant en nous, nous avez faits sortir
Des ombres du néant, qui n’avez pas compris
Que seul le Dieu Vivant écoute vos désirs,
N’appelez plus les noms que vous avez choisis :
 
Devant ce cœur meurtri qui secoue l’univers,
A l’instant où le Roi de gloire expirera,
Nous, mythes, légendes, vues de l’esprit, chimères,
Le néant nous reprendra.

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0