L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[ANNONCIATION] Angelus ad Virginem : hommage à la belle simplicité franciscaine

Pour célébrer l’Annonciation, votre serviteur vous propose une Prose en l’honneur de la Sainte Vierge.

Elle est attribuée aux Franciscains français, qui dans leur pauvreté démontraient leur Foi au travers de formes d’Art belles et simples.

La Prose en latin

Angelus ad virginem
Subintrans in conclave.
Virginis formidinum
Demulcens inquit « Ave. »
Ave regina virginum !
Coeli terraeque dominum
Concipies
Et paries
Intacta,
Salutem hominum.
Tu porta coeli facta
Medela criminum.
 
Quomodo conciperem
quae virum non cognovi ?
Qualiter infringerem,
quae firma mente vovi ?
’Spiritus sancti gratia
Perficiet haec omnia
Ne timeas
sed gaudeas
secura
quod castimonia
Manebit in te pura
Dei potentia.
 
Ad haec virgo nobilis
Respondens inquit ei
Ancilla sum humilis
Omnipotentis Dei.
Tibi coelesti nuntio,
Tanta secreti conscio,
Consentiens
Et cupiens
Videre
factum quod audio,
Parata sum parere
Dei consilio.
 
Angelus disparuit
et statim puellaris
uterus intumuit
vi partus salutaris.
Qui circumdatus utero
novem mensium numero
hinc exiit
et iniit
conflictum
affigens humero
crucem qua dedit ictum
hosti mortifero.
 
Eia mater Domini,
Quae pacem redidisti
Angelis et homini,
Cum Christum genuisti :
Tuum exora filium
ut se nobis propitium
Exhibeat,
Et deleat peccata :
Praestans auxilium
Vita frui beata
Post hoc exsilium
 
Amen

Traduction par Dom Guéranger

Sur le seuil de la demeure virginale, l’Ange apparaît à Marie
et pour rassurer son effroi, lui dit avec Douceur :
Salut, Reine des Vierges !
Vous concevrez le Maître du ciel et de la terre,
et sans cesser d’être vierge, vous enfanterez
la porte du ciel, le baume de nos iniquités.
 
Comment concevrais-je, moi qui ne connais point l’homme ?
Comment pourrai-je enfreindre le vœu que mon cœur a juré ?
L’Esprit Saint par sa Grâce, consommera tous ces mystères ;
ne craignez point, mais pleine de joie, rassurez-vous,
car la pudeur en vous restera sans tâche, par la puissance de Dieu,
 
Adonc, la noble vierge répondit et dit :
Je suis l’humble et petite servante du Dieu tout puissant
servante du Dieu tout puissant.
Céleste message, confident d’un si haut secret, je consens
et veux voir accomplie cette parole que j’entends,
me voici prête à condescendre au dessin de Dieu.
 
L’Ange disparut et soudain le sein très pur de
la Vierge montra l’indice de la future maternité.
Son fruit, captif 9 mois dans de si chastes entrailles, en sortit
et s’en alla au grand combat, appuyant sur son épaule la croix
de laquelle il frappa à mort l’homicide ennemi.
 
Las ! Mère du Seigneur qui avez rendu la paix à l’Ange
et à l’homme, en mettant le Christ au monde.
Suppliez votre Fils, qu’il nous soit secourable et qu’il
efface nos fautes, qu’il nous vienne en aide et, nous
fasse jouir de la vie bienheureuse, au terme de cet exil,
 
Amen.

Une interprétation de la Prose par un chœur polyphonique masculin

Quare Fremuerunt

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0