L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Préambule aux dix préjugés qui circulent sur la messe tridentine

24 octobre 2011 Boniface, Tancrède

Notre identité et nos intentions

« Nous, Sacrorum Antistitum & Tancrède, appartenons à la jeunesse d’un catholicisme ardent et c’est avec cœur et raison que nous défendons aujourd’hui et que nous défendrons demain la Sainte-Messe de Saint-Pie V comme elle a jadis été défendue. Nous nous adressons à ceux qui méconnaissent cette messe : vous, nos frères, catholiques résolument pratiquants, catholiques a minima, progressistes ou conservateurs, chrétiens toujours, catholiques ensuite, mondains du grand parvis, vous, nos frères, qui assistez à la messe dite nouvelle, œcuménique, conciliaire, c’est-à-dire la messe moderne de Paul VI, en vigueur depuis le 6 avril 1969. Si vous avez déjà croisé dans votre vie la rhétorique des « tradi », vous vous dites peut-être : « Encore eux. » Par le passé en effet, bien des catholiques ont vu fondre sur eux les irréductibles croisés anti-modernes, écumant la haine, et charriant l’anathème. Aujourd’hui vous fuyez l’Inflexible. Or, si notre jeunesse demeure ardente et fidèle, nous affirmons vouloir construire un dialogue efficace, ce dialogue qui, précisément, nous a toujours été refusé. Traditionalistes ou conciliaires, n’oublions pas que ce ne sont que des épithètes, et qu’elles dépendent du même substantif : « Catholiques. » Il n’est donc pas question de nous écharper. Toutefois, nos intentions demeurent claires : tel est bien l’objet de cette lettre ouverte que de défendre la Sainte-Messe dans sa forme la plus parfaite – tridentine – le temps de dix questions/réponses, qui reprendront point par point les préjugés les plus courants qui circulent sur la forme de ce rite et qui s’attacheront à répondre de manière détaillée aux arguments pré-conçus qui la veulent disqualifier.

Index des dix plus grands poncifs sur la messe tridentine

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Et prochainement sur le R&N :
 
Une conclusion ?

Doubles seront donc nos intentions : d’abord expliquer, en mobilisant des arguments rationnels et non affectifs, puis soutenir, par des références doctrinales et théologiques, que le choix de la messe traditionnelle n’est en aucun cas une affaire de nostalgie, d’esthétique ou encore « d’intégrisme » dans le sens bête d’une servitude aveugle à une tradition dont on ne pourrait pas comprendre le sens. Cela, nous le balaierons rationnellement en bloc et nous montrerons en quoi le « choix » de la messe traditionnelle n’est pas une affaire de goût mais de devoir. Pour cette raison, les réponses ne se voudront ni érudites ni exhaustives, mais seulement pédagogiques. Prenez donc le temps de lire ces quelques pages : elles vous permettront de comprendre bien des choses, et peut-être inclineront-elles vos destinées. Ne dédaignez pas cette lecture sous prétexte que les traditionalistes vous agacent et qu’ils sont obtus : somme toute, ne faites pas vous-même ce que vous reprochez aux autres (Luc, 6:41) ; soyez ouverts d’esprit, daignez lire ce que nous avons écrit pour vous, afin que plus jamais nous n’entendions ces poncifs qui manifestent moins, à nos yeux, la foi de nos frères que l’ignorance de nos détracteurs : ainsi, nous en sommes sûrs, vos certitudes sur la messe conciliaire seront ébranlées. Mais si vous refusez tout de même de nous lire, demandez-vous alors « d’où » vous vient la certitude que vous détenez la Vérité ; et si par hasard elle ne vous venait pas de la Foi et de la Raison in Christo, alors vous êtes dans un état de servitude. »

Sacrorum Antistitum
&
Tancrède.

24 octobre 2011 Boniface, Tancrède

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0