L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[NEUVAINE POUR LA FRANCE] Le relativisme contre le bien commun

Du 15 novembre 2014 au 15 août 2015, une grande Neuvaine pour la France est proposée aux catholiques français. Le Rouge & le Noir se joint pleinement à cette initiative.
Chaque jour, le site de la Neuvaine pour la France met en ligne des ressources spirituelles. Nous les relayons régulièrement dans nos colonnes, vous invitant à les méditer et à vous unir à nous dans la prière.
En ce jour, où les députés commencent à débattre du projet de loi sur « la fin de vie », prions pour que l’Esprit-Saint éclaire leur intelligence et leur cœur. Dans le relativisme ambiant, prions afin que le respect de la vie innocente soit absolu dans notre pays.

Cardinal Robert Sarah, Dieu ou rien, Paris, Fayard, 2015, p. 260 et 262

« Je suis convaincu qu’une démocratie qui contribue au développement intégral de l’homme ne peut subsister sans Dieu. Lorsqu’un chef d’Etat sait que Dieu est au-dessus de lui, il est plus facilement appelé par sa conscience à l’humilité et au service. Sans référence chrétienne, dans l’ignorance de Dieu, une démocratie devient une sorte d’oligarchie, un régime élitiste et inégalitaire. Comme toujours, l’éclipse du divin signifie l’abaissement de l’humain. (…)

Aujourd’hui le relativisme apparaît comme l’assise philosophique des démocraties occidentales refusant de considérer que la vérité chrétienne puisse être supérieure à toute autre. De manière parfaitement assumée, elles nient la phrase du Christ : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi » (Jn 14,6).
Dans un système relativiste, tous les chemins sont possibles, comme des fragments multiples d’une marche vers du progrès. Le bien commun serait le fruit d’un dialogue continu de tous, une rencontre des différentes opinions privées, une tour de Babel fraternelle où chacun possède une parcelle de la vérité. Le relativisme moderne va jusqu’à prétendre qu’il est l’incarnation de la liberté. En ce sens, cette dernière devient l’obligation agressive de croire qu’il n’existe aucune vérité supérieure ; dans ce nouvel éden, si l’homme refuse la vérité révélée par le Christ, il devient libre. Le vivre-ensemble prend la forme d’un horizon indépassable, où chaque individu peut disposer de sa vision morale, philosophique et religieuse. En conséquence, le relativisme pousse l’homme à créer sa propre religion, peuplée de divinités multiples, plus ou moins pathétiques, qui naissent et meurent au gré des pulsions, dans un monde qui n’est pas sans rappeler les religions païennes antiques. »

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0