L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[NEUVAINE POUR LA FRANCE] La croix, expression d’un amour radical

Du 15 novembre 2014 au 15 août 2015, une grande Neuvaine pour la France est proposée aux catholiques français. Le Rouge & le Noir se joint pleinement à cette initiative.
Chaque jour, le site de la Neuvaine pour la France met en ligne des ressources spirituelles. Nous les relayons régulièrement dans nos colonnes, vous invitant à les méditer et à vous unir à nous dans la prière.

« Pour un très grand nombre de chrétiens, et surtout pour ceux qui ne connaissent la foi que d’assez loin, la croix se situerait à l’intérieur d’un mécanisme de droit lésé et rétabli. Ce serait la manière dont la justice de Dieu infiniment offensée aurait été à nouveau réconciliée par une satisfaction infinie. Aussi la croix paraît-elle exprimer une attitude de Dieu exigeant une équivalence rigoureuse entre le « Doit » et l’ « Avoir » ; et en même temps on garde le sentiment que cette équivalence et cette compensation reposent malgré tout sur une fiction. On donne d’abord en secret de la main gauche ce que l’on reprend solennellement de la main droite. La « satisfaction infinie » que Dieu semble exiger prend ainsi un aspect doublement inquiétant. Certains textes de dévotion semblent suggérer que la foi chrétienne en la croix se représente un Dieu dont la justice inexorable a réclamé un sacrifice humain, le sacrifice, le sacrifice de son propre Fils. Et l’on se détourne avec horreur d’une justice dont la sombre colère enlève toute crédibilité au message de l’amour.
Autant cette image est répandue autant elle est fausse. La Bible ne présente pas la Croix comme partie d’un mécanisme de droit lésé ; la croix y apparaît tout au contraire comme l’expression d’un amour radical qui se donne entièrement ; c’est un événement dans lequel quelqu’un est ce qu’il fait, et fait ce qu’il est ; c’est l’expression d’une vie tout entière pour les autres. Pour celui qui y regarde de plus près, la théologie scripturaire de la croix traduit une véritable révolution par rapport aux idées d’expiation et de rédemption dans l’histoire des religions en dehors du christianisme ; il faut cependant reconnaître que dans la conscience chrétienne postérieure, cette révolution a de nouveau été largement neutralisée et a rarement été reconnue dans toute son ampleur. Dans les grandes religions, l’expiation signifie habituellement le rétablissement des rapports avec Dieu qui ont été troublés, au moyen d’actions expiatoires de la part des hommes. Presque toutes les religions gravitent autour du problème de l’expiation ; elles surgissent de la conscience que l’homme a de sa culpabilité devant Dieu ; elles constituent une tentative pour mettre fin à ce sentiment de culpabilité, pour surmonter la faute par des œuvres d’expiation que l’on offre à Dieu.

Dans le Nouveau Testament, les choses se présentent de façon inverse. Ce n’est pas l’homme qui se rapproche de Dieu pour lui apporter une offrande compensatrice, c’est Dieu qui vient à l’homme pour lui donner. Par l’initiative de la puissance de son amour, Dieu rétablit le droit lésé, en justifiant l’homme injuste par sa miséricorde créatrice, en revivifiant celui qui était mort. Sa justice est grâce ; elle est justice active, qui « réajuste » l’homme courbé, qui le redresse, le rend droit. (…) Dieu n’attend pas que les coupables viennent d’eux-mêmes pour se réconcilier avec Lui, il va au-devant d’eux et les réconcilie. En cela se manifeste la vraie direction du mouvement de l’incarnation, de la croix. La croix apparaît avant tout comme un mouvement de haut en bas. Elle n’est pas l’œuvre de réconciliation que l’humanité offre au Dieu courroucé, mais l’expression de l’amour insensé de Dieu qui se livre, qui s’abaisse pour sauver l’homme ; elle est sa venue auprès de nous, et non l’inverse. »

Cardinal Joseph Ratzinger, La foi chrétienne hier et aujourd’hui (1968), Paris, Le Cerf, 2005, p. 197-198

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0