L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Comme chaque dimanche, l’Évangile inspire à l’un de nos auteurs un poème en lien avec la Parole divine que nous offre l’Église. Le poème suit l’Évangile.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 7, 11-17)

Jésus se rendait dans une ville appelée Naïm. Ses disciples faisaient route avec lui, ainsi qu’une grande foule.
Il arriva près de la porte de la ville au moment où l’on transportait un mort pour l’enterrer ; c’était un fils unique, et sa mère était veuve. Une foule considérable accompagnait cette femme. En la voyant, le Seigneur fut saisi de pitié pour elle, et lui dit : « Ne pleure pas. » Il s’avança et toucha la civière ; les porteurs s’arrêtèrent, et Jésus dit : « Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi. »
Alors le mort se redressa, s’assit et se mit à parler. Et Jésus le rendit à sa mère.

La crainte s’empara de tous, et ils rendaient gloire à Dieu : « Un grand prophète s’est levé parmi nous, et Dieu a visité son peuple. » Et cette parole se répandit dans toute la Judée et dans les pays voisins.

La femme était courbée sur le sable brûlant
Le visage abîmé de larmes maternelles,
Alors qu’une foule de mères et d’enfants
Poussait vers l’horizon des plaintes solennelles
Qui résonnaient dans l’air comme une kyrielle.
 
Le fruit de sa chair dans l’espérance né
Gisait, mort, étendu sur une civière.
Ses traits étaient ternes et ses yeux fermés
Par la faute d’Ève, la première des mère,
Qui seule fit que l’homme en revienne à la terre.
 
La mère de Lazare et la mère de Jean
La femme de Naïm et la Vierge Marie,
Toutes reçurent au sein un dard déchirant
Et l’épée mordante de la joie ternie
En voyant leur enfant déserté par la vie.
 
La Christ jusqu’à la croix eut tendresse et pitié
Pour ces mères frappées, percluses de tristesse
Alors qu’elles voyaient ces corps inanimés,
Qui furent enfantés étant fruit d’allégresse :
Pour toujours le Père les a ressuscités.

Isidore

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2021 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0