L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Les attributs de l’essence de l’Eglise : Deuxième partie : la Catholicité

Cet article est la deuxième partie d’une série. Vous pourrez lire le premier volet ici.


Le mot « catholique » (Grec : καθολον) signifie « impliqué dans, ou ciblé sur le tout », « universel ». Cette notion était appliquée pour la première fois à l’Église par Ignace d’Antioche (vers 110) : « Où sera l’évêque, là doit être le peuple, de même que là où est le Christ, là est l’Église catholique » (Smyrn 8, 2). « Église catholique » signifie ici l’église globale et universelle à l’opposé de l’église locale basée sur la foi de l’évêque. En d’autres termes, « catholique » veut dire plein, complet, entier, ne manquant rien. Seul Dieu est la réalité pleine et entière ; en Dieu seul, il ne manque rien : « Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, je suis celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant. » (Ap. 1, 8). La catholicité de l’Église trouve donc sa source en Dieu lui-même. La plénitude de Dieu est aussi rendue visible en Jésus le Christ. Comme nous dit saint Paul Apôtre dans sa lettre aux Colossiens : « En lui, dans son propre corps, habite la plénitude de la divinité » (Col 2, 9). Le Christ a appelé l’Église à confesser la foi toute entière, à conserver tous les sacrements pour en faire don et à proclamer la Bonne Nouvelle à tous. Il l’a donc envoyée à tous les peuples :

« Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création » (Mc. 16, 15). La mission universelle de l’Église naît donc du commandement de Jésus de Nazareth, et celui-ci est le Verbe de Dieu fait homme pour le salut de tous. Comme le Christ est envoyé à toute l’humanité, l’Église doit également s’adresser à tous. L’Église porte en effet une vie en elle qui est destinée à tous les hommes, une bonne nouvelle qui est ciblée sur le monde entier, un amour qui englobe chacun. Le Dieu qui s’est manifesté en Jésus-Christ, semble n’avoir pas de limite dans l’amour. Pour être vraiment « catholique », l’Église doit surpasser dans la force du Saint-Esprit toutes les limites des nations, des races, des classes sociales, des temps et de l’esprit du siècle.

L’homme a l’expérience qu’il ne peut pas vivre sans être rattaché à une communauté. C’est-à-dire que c’est dans et par une société que l’homme se définit et existe, puisque l’homme est « un animal social » (Aristote). Son besoin de communiquer est fondamental. L’homme veut faire partie d’un plus grand ensemble parce qu’il est « un moutonnier »(Kierkegaard). Appartenir à quelque chose semble être un facteur important qui donne sens à la vie humaine. Comme la mondialisation évoque la notion d’un monde uni, d’un monde formant un village planétaire, d’un monde sans frontières, Jésus le Christ fait de même. En Lui il n’y a ni ouest, ni est ; en Lui ni sud, ni nord ; l’humanité s’est unifiée par sa consolation, le monde par sa parole. Lui rendre service est le cordon d’or qui lie ensemble tout le monde.

L’Église est en effet une communauté messianique. Dans son style de vie, elle donne corps à l’empire messianique d’une manière toutefois imparfaite. L’Église veut déjà réaliser en elle-même une partie de la fin des temps. Elle est le reflet du Royaume de Dieu, mais elle n’est pas le Royaume de Dieu. Seul l’Esprit-Saint peut apporter l’accomplissement, c’est-à-dire que chaque être humain adore Dieu comme Père, Fils et Saint-Esprit. La « catholicité » de l’Église comprend donc une dimension eschatologique.

Flamant des Flandres

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2022 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0