L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

[J. OUSSET] Quelle est la légitimité du salaire ? La vie est le prix du travail

Chaque mercredi, le Rouge & le Noir publie un extrait de Jean Ousset (1914-1994). Ces extraits ont pour objectif de répondre à une question, en se fondant sur les Ecritures. (Source Le travail, p. 185 et 186 )

Pour se former et agir à l’école de Jean Ousset, ces publications sont diffusées en collaboration avec Ichtus, organisation héritière de la pensée et de son œuvre.
Ichtus propose des formations « Anthropologie et Politique » à l’école de JP II avec Bruno de Saint Chamas à partir du 4 novembre 2014, « Faire aimer la Civilisation » par l’Art avec Nicole Buron le 13 novembre, « Les ateliers de l’Histoire » avec Martin Dauch le 19 novembre.

Matthieu 10, 9-10 : « L’ouvrier, en effet, mérite sa nourriture. »
09 Ne vous procurez ni or ni argent, ni monnaie de cuivre à mettre dans vos ceintures, 10 ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. L’ouvrier, en effet, mérite sa nourriture.

Luc 10,7 : « L’ouvrier mérite son salaire »
07 Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.

2 Thessaloniciens 3,7-11 : « si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus. »
07 Vous savez bien, vous, ce qu’il faut faire pour nous imiter. Nous n’avons pas vécu parmi vous de façon désordonnée ; 08 et le pain que nous avons mangé, nous ne l’avons pas reçu gratuitement. Au contraire, dans la peine et la fatigue, nuit et jour, nous avons travaillé pour n’être à la charge d’aucun d’entre vous. 09 Bien sûr, nous avons le droit d’être à charge, mais nous avons voulu être pour vous un modèle à imiter. 10 Et quand nous étions chez vous, nous vous donnions cet ordre : si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus. 11 Or, nous apprenons que certains d’entre vous mènent une vie déréglée, affairés sans rien faire.

« Dignus enim est operarius cibo suo » - « car l’ouvrier mérite sa nourriture », lisons-nous dans l’Evangile selon saint Matthieu. Et dans l’Evangile selon saint Luc : « Dignus est enim operarius mercede sua » - « car l’ouvrier mérite son salaire  ». « Cibo », c’est-à-dire : « nourriture  ». « Mercede », de « merces  », c’est-à-dire : « salaire ». Tels sont les deux termes employés indifféremment par les deux Evangélistes à propos de la même scène pour rappeler la même recommandation du Seigneur. A n’en pas douter, la leçon est claire. Parler de « salaire » ou de la « nourriture » qui permet à celui qui travaille d’entretenir sa vie, c’était, pour Luc comme pour Matthieu, dire la même chose.

« Cibo » : nourriture - « mercede » : salaire ; Il y a entre ces deux mots relation évidente, presque synonymie. Celui qui travaille mérite son salaire, ou (ce qui revient au même dans l’esprit des deux Evangélistes) mérite sa nourriture, autant dire ce qui est nécessaire à la vie.

D’où il ressort, sans aucun doute possible que - de même que le travail est la condition divine de la vie (« Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front  ») - de même, la vie est le prix, doit être le prix du travail. Ce que saint Paul exprimera sous une forme négative : «  Si quelqu’un ne veut pas travailler, il ne doit pas manger non plus  ».

On le voit, toujours la même relation. D’une part, le travail, qui doit faire vivre ; d’autre part, la vie, qu’il faut gagner dans le travail.

A étudier dans le Catéchisme de l’Eglise Catholique

378 Le signe de la familiarité avec Dieu, c’est que Dieu le place dans le jardin (cf. Gn 2, 8). Il y vit " pour cultiver le sol et le garder " (Gn 2, 15) : le travail n’est pas une peine (cf. Gn 3, 17-19), mais la collaboration de l’homme et de la femme avec Dieu dans le perfectionnement de la création visible.

2432 Les responsables d’entreprises portent devant la société la responsabilité économique et écologique de leurs opérations (cf. CA 37). Ils sont tenus de considérer le bien des personnes et pas seulement l’augmentation des profits. Ceux-ci sont nécessaires cependant. Ils permettent de réaliser les investissements qui assurent l’avenir des entreprises. Ils garantissent l’emploi.

2433 L’accès au travail et à la profession doit être ouvert à tous sans discrimination injuste, hommes et femmes, bien portants et handicapés, autochtones et immigrés (cf. LE 19 ; 22-23). En fonction des circonstances, la société doit pour sa part aider les citoyens à se procurer un travail et un emploi (cf. CA 48).

2434 Le juste salaire est le fruit légitime du travail. Le refuser ou le retenir, peut constituer une grave injustice (cf. Lv 19, 13 ; Dt 24, 14-15 ; Jc 5, 4). Pour apprécier la rémunération équitable, il faut tenir compte à la fois des besoins et des contributions de chacun. " Compte tenu des fonctions et de la productivité, de la situation de l’entreprise et du bien commun, la rémunération du travail doit assurer à l’homme et aux siens les ressources nécessaires à une vie digne sur le plan matériel, social, culturel et spirituel " (GS 67, § 2). L’accord des parties n’est pas suffisant pour justifier moralement le montant du salaire.


Illustration : scène de vendanges, détail, Les Très riches heures du duc de Berry

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0