L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Hymne aux nouveaux Résistants Par Jean-Pierre d’AIGREMONT

A toutes les « Sentinelles » de France et d’ailleurs, à toutes les « Mères Veilleuses », à toute cette belle jeunesse qui refuse fermement la nouvelle barbarie, à tous les résistants qui se dressent face à la dictature, au vrai peuple de France qui se lève…

R1
Ce que l’on fait de nous, pauvres consommateurs,
De nos corps, de nos mains, et de nos durs labeurs,
De notre temps, de nos efforts, de nos vacances,
De nos besoins, nos idéaux, nos attirances !
Que fait-on, dites-moi, de nos pauvres loisirs ?
Quel ennemi cruel exècre nos plaisirs ?
Nous conduit, le sournois, vers plus d’austérité ?
Se rit de la Bonté, et nie la Vérité ?
 
1
On veut vendre à tout prix, grossir le capital,
Accumuler de l’or, de l’argent, du métal,
On commerce de tout, tout devient marchandise,
On crée de faux besoins, de vaines convoitises !
On recrute en nos rangs des prévaricateurs
Pour faire des humains de simples acheteurs,
Des benêts satisfaits, pantins qu’on manipule,
Qu’on berne sans souci, qu’on trompe sans scrupule !
Qui sont ces dévoyés qui pensent sans pudeur
Que l’Homme est sans vertu et l’argent sans odeur ?
Que nos aspirations, notre fond, nos tendances,
Sont le gain, le profit, le confort, l’abondance ?
Ils sortent de chez nous, pourtant, ces exploiteurs,
Du bon vieux genre humain tous ces boursicoteurs !
Qui pousse ces escrocs à pratiquer l’usure,
À ruiner les Nations, jusqu’à la démesure,
Ces suborneurs haineux et pleins d’avidité,
À semer dans les cœurs lucre et cupidité ?
C’est à coup de slogans, de promos chimériques
Qu’on veut nous avilir, nous tourner en bourriques,
Eteindre en nous l’Esprit, abolir l’oraison,
Aiguiser nos instincts, répudier la raison,
Nous faire en tout chercher seulement la jouissance,
La richesse et l’argent, le luxe et la puissance !
La Joie s’achèterait chez tous ces boutiquiers ?
Le Bonheur et la Paix aux guichets des banquiers ?
Tous ces rentiers repus, ces rapiats d’actionnaires,
Méprisant le travail, réduisant les salaires,
Imposant chaque jour plus de précarité,
Voudraient nous enseigner ce qu’est la charité ?
L’Être n’a pas besoin d’offres promotionnelles !
Prenez-garde aux Veilleurs ! Voici les Sentinelles !
Vous n’achèterez pas tous ces manifestants !
Le cœur est de retour ! Voici les Résistants !
 
R2
Ce que l’on fait de nous malheureux spectateurs
Public trop indulgent, complaisants laudateurs !
De notre amour du Beau, de nos sens artistiques,
De nos regards, de nos avis, de nos critiques ?
Que fait-on, dites-moi, de notre transcendance ?
Quel ennemi cruel hait en nous l’excellence ?
Nous pousse méchamment vers la médiocrité ?
Répudie la Beauté, farde la Vérité ?
 
2
On dit nous éduquer, on prétend nous former,
Vouloir nous enseigner, daigner nous informer,
Instruire nos enfants, propager la culture ?
Toute une oligarchie nous vend cette imposture,
Pour mieux nous asservir nous sert ce boniment,
Alors que des enfants ne savent quasiment
Ni lire ni compter en sortant de l’école !
On trompe les parents, on leur ment, on racole !
On combat la rigueur et les bons professeurs !
Qui sont ces “pédagos”, ces pédants, ces censeurs,
Ces grimauds satisfaits, ce ministre insolite,
Qui veulent réserver le Savoir aux élites,
Brader l’Education et non la promouvoir,
Truster l’érudition pour garder le pouvoir ?
On crée l’aliénation, on promeut la bêtise,
On loue la violence et on la médiatise.
Qui sont ces amuseurs, ces lâches journaleux,
Chroniqueurs bien-pensants, cabotins cauteleux,
Valets de la doxa et suppôts du système,
Ces donneurs de leçons qui frappent d’anathème
Un peuple tout entier et tous ses résistants !
On accable les cœurs d’articles contristants !
On trompe les esprits, on abrutit les foules !
De spectacles triviaux et de jeux on les saoule !
Des cuistres suffisants, des marchands, des vendeurs,
Répudient la Beauté, glorifient la laideur !
Les Beaux-Arts ne sont plus, on fait dans l’art plastique !
Tout se vend, tout se vaut, fini l’esprit critique !
On abreuve les gens de navets terrifiants,
De tableaux très abscons et de chants lénifiants !
Mais nous savons par cœur toutes vos ritournelles !
Prenez-garde aux Veilleurs ! Voici les Sentinelles !
Vous n’abrutirez pas tous ces manifestants !
L’Esprit est de retour ! Voici les Résistants
 
R3
Ce que l’on fait de nous, qui aimons la Patrie,
De nos aïeux, de nos enfants, de nos fratries,
De nos goûts, de nos mœurs, de notre identité,
De notre belle Histoire et de notre entité !
Que fait-on, dites-moi, de toutes nos souffrances ?
Quel ennemi cruel abomine la France ?
La menace à ce point dans son intégrité,
Conteste son génie, combat sa Vérité ?
 
3
On nous promet toujours, on nous fait miroiter,
Avec de beaux discours, pour mieux nous exploiter,
Des lendemains chantants et des aubes nouvelles,
Des avenirs radieux au milieu des poubelles !
On suscite en nos rangs de vils politiciens,
Sourds au Bien, aveuglés, mais rusés tacticiens,
Qui nous font sans pudeur la promesse opportune
D’harmonie et de paix, de gloire et de fortune !
Qui sont ces indigents et ces déshérités
Chargés de nous mener vers la prospérité ?
On produit des menteurs - on loue leur imposture -
Pour apprendre aux vrais Francs le sens de la droiture ?
Des pervers sont chargés, par les autorités,
D’inculquer aux enfants des contrevérités !
Des cadavres puants sont gardiens de nos vies !
Des jouisseurs endurcis aux soifs inassouvies,
Des fraudeurs, des vendus s’érigent sans façon
En moralisateurs et nous font la leçon !
Des traîtres font les lois, prennent des ordonnances
Pour punir les Français aimant toujours la France !
Ces fieffés scélérats, ces infâmes félons,
Déshéritent les fils au profit des colons !
Des comploteurs, des sectateurs, des ploutocrates,
Sans honte se font voir pour de vrais démocrates !
Ces captifs inconscients, ces pantins impudents,
Ces élus de tous bords, députés, présidents,
Serviteurs très zélés de sombres coteries,
Parvenus au pouvoir grâce à leurs menteries,
Aliénés sans honneur, esclaves sans fierté
Voudraient nous enseigner ce qu’est la Liberté ?
Les Français disent non, à vos lois criminelles !
Prenez-garde aux Veilleurs ! Voici les Sentinelles !
Vous n’asservirez pas tous ces manifestants !
La France est de retour ! Voici les Résistants !
 
R4
Ce que l’on fait de nous braves adorateurs
Des Croix de nos anciens, de notre Rédempteur,
De nos âmes, de nos esprits, de nos croyances,
De nos questionnements et de nos clairvoyances !
Que fait-on, dites-moi, de nos aspirations ?
Quel ennemi cruel hait notre dévotion ?
Nous tire finement vers plus d’obscurité,
Cherche à nous égarer loin de la Vérité ?
 
4
On prétend nous aimer, vouloir notre bonheur,
On dit nous respecter, partager nos malheurs,
Admettre nos avis, chérir nos espérances !
On prêche le respect, prône la tolérance !
C’est le credo nouveau, l’humaine religion ;
Ses dévots sont nombreux et ses prêtres légions !
On est sommé d’aimer et de couvrir d’éloges
Tous ces dogmes d’état concoctés dans les loges !
On remplace la Foi, la Foi de nos anciens,
Par le mot liberté en bons rhétoriciens !
L’égalité aussi, cette folle aberrance,
Voudrait bien supplanter la très belle Espérance !
Et l’Amour efficient, l’active Charité,
Est changé en slogan : c’est la fraternité !
Des menteurs, regroupés en de secrets cénacles,
Promeuvent ces erreurs et les portent au pinacle !
Qui sont ces révoltés, ces gens que rien n’émeut ?
Quel esprit les anime et quel démon les meut ?
Qui sont ces initiés, ces gourous, ces sectaires,
Qui veulent imposer leurs vues totalitaires ?
On veut nous inculquer comme un fait évident
Que l’homme est un hasard, le monde un accident !
Que nos actes sont vains et l’Amour bagatelle,
Et qu’il ne faut pas croire à notre âme immortelle !
On veut nous persuader que tout est relatif,
Que l’homme a tous les droits, qu’il n’est plus un captif,
Et qu’il peut s’affranchir de l’antique nature !
Qu’il est son propre dieu, et non plus créature !
Ces faux docteurs, ces pharisiens, ces corrupteurs
Oublient le Créateur, renient le Rédempteur !
Attention aux idées faussement fraternelles !
Prenez-garde aux veilleurs ! Voici les Sentinelles !
Vous n’égarerez pas tous ces manifestants !
La Foi est de retour ! Voici les Résistants !
 
R5
Ce que l’on fait de nous, infortunés humains,
De nos vœux, de nos jours et de nos lendemains,
De nos corps, de nos cœurs et de nos pauvres vies,
De nos amours, de nos espoirs, de nos envies !
Que fait-on, dites-moi, de tout ce que nous sommes ?
Quel ennemi cruel abomine les Hommes,
En fait des orphelins, les a déshérités,
Et veut les séparer du Dieu de Vérité ?
© Jean-Pierre d’AIGREMONT
Membre de la Société des Auteurs Compositeurs Dramatiques
Poème déposé à la SACD

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0