L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

Droit de l’hommisme ; nouvelle religion séculière contre les nations

Vous en mangez à toutes les sauces, ils ont leurs défenseurs, leurs prêtres…et leurs victimes ! Leurs prêtres… Leurs victimes… D’aucuns diront que j’y vais un peu fort ; ce n’est pas une religion, mais plutôt un message de paix et de fraternité universelles, alors des prêtres, non. Et des victimes ? Encore moins !

Et pourtant… Bien que prônés par les plus laïcistes, de Peillon et ses frères en passant par les communistes (qui en font souvent peu de cas lorsqu’ils prennent le pouvoir, 100 millions de morts), les Droits de l’Homme, nés en France pour rompre avec le principe de catholicité royale, sont aujourd’hui bien loin du dualisme chrétien incarné par le célèbre « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » et relèvent bien souvent de la religion politique. Marcel Gauchet a écrit que le christianisme était « la religion de la sortie de la religion » en ce sens qu’il était la religion qui, contrairement aux autres religions monothéistes, s’abstenait de créer des règles de droit pour ne s’intéresser qu’au royaume de Dieu, à la cité céleste, ce qui est l’une des causes peut-être de sa perte d’influence (cause moindre en comparaison au modernisme, au marxisme de certains prêtres et à l’apathie de nos évêque).

Les Droits de l’Homme, qui sont pourtant une laïcisation des principes chrétiens (paix, tolérance, respect de la nature humaine, universalité etc…) sont aujourd’hui érigés en nouvelle religion ; une religion athée qui, niant tout principe de transcendance, vise à créer une cité céleste… mais sur la terre ! Or ce principe, lorsqu’il est érigé en religion centrée uniquement sur l’Homme, est bien plus dangereux pour les libertés et les identités individuelles de l’homme à travers le monde qu’aucune autre religion.
Tout comme hier l’Inquisition espagnole [1], une élite mondialisée justifie désormais tout au nom d’une religion politique ; les Droits de l’Homme. Ainsi BHL, grand chantre des Droits de l’Homme en France, a-t-il, au nom de ceux-ci, jeté la France dans une guerre en Libye, bafouant le principe de non-ingérence et la rendant responsable de la mort de milliers de civils et de l’arrivée au pouvoirs d’islamistes que nous combattons aujourd’hui au nom de ces mêmes Droits de l’Homme au Mali, mais que nous soutenons au même moment en Syrie… Encore au nom des Droits de l’Homme (sic !) !

Cette transformation des Droits de l’Homme en religion politique, concept typiquement socialiste, (de Robespierre qui institua le culte de l’Être Suprême à Leroux, ex saint-simonnien et auquel on attribue l’invention du mot « socialisme », qui parmi les premiers voulut créer une religion nationale indissociable du politique, en passant par Marx et le national-socialisme) est la même qui, non contente de faire fi des différentes cultures pour instaurer régime politique occidental travers le monde, prétend aujourd’hui transformer notre culture en France comme ailleurs en Europe. Ainsi, c’est au nom de celle-ci que l’UMPS pousse des cris d’orfraie lorsque le Front National dénonce l’immigration et le multiculturalisme ; c’est au nom de celle-ci également que l’UMPS s’oppose à la peine de mort ou à la double peine comme moyens de lutter contre la criminalité, c’est du même argument que se servent les lobbys LGBT, et c’est enfin selon ses principes que l’infâme Peillon désire instituer une, je cite, « religion de la République » [2], niant ainsi le principe de la séparation du politique et du religieux (datant d’une certaine manière d’avant la Révolution), et voulant nous couper un peu plus des racines chrétiennes de notre pays, car comme le dit Marcel Gauchet, « une religion séculière est une religion anti-religieuse ». Une situation qui ne manque pas de rappeler la phrase de Gamelin dans les Dieux ont soif ; « Enfant ! tu grandiras libre, heureux, et tu le devras à l’infâme Gamelin. Je suis atroce pour que tu sois heureux. Je suis cruel pour que tu sois bon. Je suis impitoyable pour que demain tous les Français s’embrassent en versant des larmes de joie. » Remplacez « enfant » par « nations », « Gamelin » par « BHL » et « Français » par « citoyens du monde » et vous aurez compris comment les mondialistes se basent sur les Droits de l’Homme comme religion séculière pour détruire les nations.

Étranges tribulations des rationalistes modernes qui, niant la transcendance comme asservissante et créatrice de guerre désirent nous placer sous l’un des jougs les plus totalitaires de l’histoire de l’Humanité…

Palinacci


[1J’utilise là la sémantique de nos adversaires qui ont réussi à inculquer à nos compatriotes une vision fantasmée de l’Inquisition. Pour rétablir la vérité, lisez et diffusez sans modération l’excellent article de Jean Sévilla intitulé « Inquisition, l’histoire contre la légende » http://www.jeansevillia.com/index.php?page=fiche_article&id=220

[2Religion de la République qui trouve son Credo dans la charte de la laïcité à l’école. Par cette pantomime grotesque, le frère Peillon prétend lutter contre le communautarisme en "arrachant l’enfant à tout déterminisme familial et culturel". Pendant ce temps, on impose le halal dans les cantines... CQFD

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2019 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0