L’infolettre du R&N revient bientôt dans vos électroboîtes.

De l’importance d’une sexualité naturelle

Sur le réseau social « Twitter », un antifasciste, gayfriendly qui se qualifiait aussi d’écolo antispéciste et progressiste, m’invectiva au sujet d’un post dans lequel je citais Notre Dame de Fatima, lorsqu’elle a dit aux trois petits bergers : «  Le péché qui mène le plus de monde en enfer est le péché de la chair ; (...) »

Le twittos me posa alors la question suivante : « Ah oui, et donc pourquoi Dieu nous a créé ainsi, il aurait pu nous créer sans organes sexuels #CathosRefoulés #HystériquesCathos »

Après avoir répondu par un long message, je ne reçu aucune réponse de la part de mon interlocuteur. Je décide donc de partager dans cet article ma conviction sur le sujet, en vous proposant la réponse qui est la mienne à la question qui suit : Pourquoi Dieu a-t-il créé le sexe ? Pourquoi la Très Sainte Vierge Marie a-t-elle annoncé à Fatima que le péché de la chair est le péché qui emmène le plus d’âmes en enfer ?

Tout d’abord, il est juste de constater que le message de Dieu sur la sexualité, rapporté par sa Très Sainte Mère à l’occasion des apparitions de Fatima au début du XXe siècle, est malheureusement trop peu observé par les temps qui courent. Aussi, j’observe que le diable a su s’infiltrer jusque dans les milieux des croyants les plus conservateurs. Il s’agit alors de souligner l’importance, pour les époux, de pratiquer la sexualité naturelle, qui est celle dictée par la volonté de Dieu.

Effectivement, Dieu a créé le sexe pour permettre la reproduction. La loi naturelle, qui est celle de Dieu en définitive, prévoit la reproduction de l’espèce dès lors qu’il y a un rapport sexuel. 

Le péché de la chair survient lorsque des manoeuvres, qui vicient l’oeuvre de la nature, sont utilisées afin d’empêcher la procréation. Le péché de la chair est le fait d’utiliser la sexualité en la considérant comme étant une fin en soi et non pas un moyen. Or, la sexualité n’est pas à considérer comme étant un loisir. Le véritable but de la sexualité est de permettre, par l’union de deux êtres chers, unis dans le cadre de la loi divine de l’amour, l’expression la plus forte du sentiment qui les unit afin de donner, dans l’accompagnement d’une jouissance extatique soulignant la beauté infinie de ce mystère de la création, la vie, la naissance à un corps nouveau, un nouvel être humain, issu de cette union sacrée. 

Le péché de chair survient dès lors qu’on déjoue les règles de la sexualité afin de parvenir à la seule procuration d’un plaisir, ce qui est, reconnaissez le, un procédé vicieux. En effet, le péché de chair est profondément mauvais en ce qu’il entraîne bien souvent à une dépendance. Il pervertit les sens et rend notre rapport aux autres malsains en ce qu’il tend à faire considérer ceux qui sont « à notre goût », comme étant des partenaires sexuels potentiels. En cela, le péché de la chair par action, nous asservi plus aisément au péché d’impureté en pensées et paroles.

Le péché d’impureté, autre appellation du péché de la chair, détruit aussi intrinsèquement la naïveté et la pureté des êtres pour finalement anéantir toute forme d’humanité véritable et réduire l’Homme à un simple objet de consommation. Ainsi, l’être humain est réduit à être une « chose », permettant l’assouvissement des désirs d’un autre (fornication) ou bien même de son propre désir (masturbation), au lieu de se voir attribueres considérations les plus nobles auxquelles il aspire et pour lesquelles il a été créé.

Pour conclure, je soulignerai que si Notre Dame de Fatima nous met en garde en disant : « Le péché qui mène le plus de monde en enfer est le péché de la chair ; (...) », c’est dans le but de nous avertir, humains que nous sommes, du danger que représente l’apparente innocence de l’impureté. Ainsi, si Dieu a créé le sexe, c’est pour permettre, dans la noblesse d’un acte d’union d’amour magnifique, la reproduction de l’espèce humaine, et non pour qu’il soit utilisé comme un loisir par lequel l’homme salirait la beauté du geste dans le vice et l’univers malsain d’une obsession sensuelle vide de sens. Malgré le fait que nombre d’entre nous se plaît à penser que le sexe est le moyen idéal de se faire plaisir sans faire de mal, le sexe « non naturel » est en réalité l’excellente manoeuvre diabolique qui permet d’entraîner un grand nombre de personnes, et pour beaucoup initialement de bonne foi, sur les glissants chemins de la perdition.

@DeSurvale

Prolongez la discussion

Le R&N a besoin de vous !
ContribuerFaire un don

Le R&N

Le Rouge & le Noir est un site internet d’information, de réflexion et d’analyse. Son identité est fondamentalement catholique. Il n’est point la voix officielle de l’Église, ni même un représentant de l’Église ou de son clergé. Les auteurs n’engagent que leur propre conscience. En revanche, cette gazette-en-ligne se veut dans l’Église. Son universalité ne se dément point car elle admet en son sein les diverses « tendances » qui sont en communion avec l’évêque de Rome : depuis les modérés de La Croix jusqu’aux traditionalistes intransigeants.

© 2011-2017 Le Rouge & le Noir v. 3.0, tous droits réservés.
Plan du siteContactRSS 2.0