Le Rouge & le Noir
Antichroniques du temps présent

Le R&N est une gazette-en-ligne catholique de réinformation, de réflexion et d’analyse. Nos contributeurs écrivent aussi bien sur l’actualité du moment que les sujets les plus intemporels. Découvrez nos articles classés par format (ci-contre), par mots-clefs & ordre chronologique (ci-dessous), ou commencez votre visite avec une recherche en plein-texte :

AccueilLes inquisitorialesCatherine Rouvier : « Pour obtenir un résultat politique, il faut une action politique. »
Le professeur Catherine Rouvier

samedi 16 février 2013

Catherine Rouvier : « Pour obtenir un résultat politique, il faut une action politique. »

Catherine Rouvier est docteur d’Etat en Droit public et en Sciences politiques de l’Université Paris II (Panthéon-Assas), ancienne élève de Sciences Po Paris et professeur à l’université de Paris XI (Orsay).
Sa thèse d’histoire des idées politiques sur Gustave Le Bon, parue initialement en 1986 aux PUF avec une préface d’Edgar Faure et qui a reçu le prix Fabien de morale et de sociologie de l’Académie française, a permis de redécouvrir cet auteur qui fut le père de la psychologie collective et dont l’ouvrage Psychologie des foules, paru en 1895, connut un grand succès. Son ouvrage a été augmenté, enrichi et réédité en 2012 (avec une préface de Paul-Marie Coûteaux).

Le professeur Catherine Rouvier

Bago : Bonjour Madame, qu’a pensé la spécialiste de la psychologie des foules que vous êtes des manifestations contre le « mariage pour tous » ?

Catherine Rouvier : Le déroulement de la manifestation ; la nature même des mots d’ordre et des chants ; la couleur rose apaisante et inoffensive des panneaux, des tee-shirts, des écharpes ; la scission des cortèges, venus de trois endroits différents, ce qui diluait l’effet de masse ; le caractère très lent de la marche, souvent stoppée par de longues minutes passées dans le froid, ce qui minimisait l’échauffement des corps mais aussi des esprits ; tout était fait pour que ne se produise pas de phénomène de foule, c’est-à-dire la fusion des individualités en un « moi collectif » animé d’une pensée commune, et parcouru de sentiments contagieux comme la colère ou l’enthousiasme. Or, seule la puissance invincible d’une véritable "foule" au sens psychosociologique du terme peut faire peur à un gouvernement jusqu’à le faire plier, comme ce fut le cas en 1984.

Nous sommes gentils !

Bago  : Que faudrait-il, le 24 mars, pour que les gentils manifestants se changent en foule ?

Catherine Rouvier : En priorité, il faut deux choses : des mots d’ordres et un chef.

Bago  : Les mots d’ordres ne convenaient-ils pas ? [1]

Catherine Rouvier : Le message, pour générer l’action, doit être simple, clair, univoque. On ne peut pas faire dire à une foule qu’on souhaite mobiliser vraiment deux choses à la fois, surtout si elles sont presque exclusives l’une de l’autre. Sinon le message est brouillé, donc inefficace. Ainsi, en l’espèce, on ne pouvait pas, d’un côté, refuser d’appeler « mariage » la légalisation de la vie commune de deux hommes ou de deux femmes et refuser que cette union ait les mêmes conséquences que celle d’un homme et d’une femme ; et, d’un autre coté, reprendre à son compte le terme même qui justifie ces revendications : la lutte contre l’homophobie. Donc mettre sur les tracts appelant à manifester, sous le mot d’ordre principal, « manif’ pour tous » (qui était déjà un clin d’œil amical à l’appellation fallacieuse de « mariage pour tous » des adversaires - ce qui n’est pas très bon), un second mot d’ordre : « lutter contre l’homophobie », lequel brouillait le message.

Bago  : Qu’en est-il du chef ?

Catherine Rouvier : Virginie Telenne, alias Frigide Barjot, s’est attirée à juste titre la sympathie et la reconnaissance des catholiques en soutenant le pape Benoît XVI dans les médias à une époque où ceux-ci ne faisaient que relayer les critiques de toutes sortes et les attaques les plus violentes contre le « pape allemand ». Mais elle l’a fait en utilisant le personnage de parodiste, forgé pour elle par son mari Basile de Koch alias Bruno Telenne (qui, lui, reste dans la dérision dans sa manifestation « le mariage pour personne » en marge de la manifestation officielle). Or, ce surnom a une connotation positive, puisqu’il évoque Brigitte Bardot, gloire nationale, très belle actrice, femme attachante, passionnée de la cause animale. Mais dans le même temps, il a la connotation péjorative à cause de deux adjectifs peu valorisants : « frigide » et « barjot ». Or le sujet est grave et comme le notait déjà La Bruyère : « Le caractère des Français demande du sérieux dans le souverain ». Un chef doit être « auréolé de prestige » , ce que la dérision exclut de facto. Il n’est pas là pour plaire, et il ne doit pas craindre d’être accusé de ne pas être « gentil ».

Un débardeur grave et solennel ?

Bago  : Pensez-vous à quelqu’un en particulier ?

Catherine Rouvier : Le chef peut être ressenti comme prestigieux à cause d’un titre, d’une fonction, ou d’un exploit passé qui l’a fait connaître et admirer. Mais aussi parce qu’il se sera déjà exprimé fermement sur le sujet. Par exemple, le Rabbin Berheim, ou un évêque, comme ceux de Toulon, de Bayonne, ou de Vannes. Cela pourrait aussi être Marine Le Pen. Elle a refusé de se prêter au « jeu » des précédentes manifestations, comprenant l’intérêt d’être dans le registre sérieux qui la caractérise, mais s’est exprimée fermement, aussi bien contre la récente exhibition des Femen à Notre Dame que contre le « mariage homo », déclarant clairement qu’elle abrogerait le texte sitôt arrivée au pouvoir. Dans les rangs du l’UMP, on nuance, on finasse. Jean-François Copé a manifesté, mais interviewé par les journalistes pendant la manifestation, il a dit que ce qui le gênait surtout, c’était la GPA et la PMA, plus que le texte lui-même : message non clair, là encore. Monsieur Guaino a fait un beau témoignage, émouvant, sur sa propre difficulté à avoir vécu une enfance sans père. Mais il a atténué considérablement l’effet produit en protestant lui aussi longuement contre l’« homophobie » comme s’il était accusé et non accusant. François Fillon a été le plus clair, parlant lui aussi d’abrogation, mais brièvement, dans une intervention liminaire au vote à l’Assemblée, non médiatisée. Quand aux centristes, entre ceux qui « se sont trompés de bouton » et « ceux qui étaient sortis au moment du vote » (zut, pas de chance, c’est déjà voté !), on ne les voit pas en leaders sur ce sujet !

Voilà un chef !

Bago  : Quelles sont les autres conditions du succès ?

Catherine Rouvier : Changer de style. Le souci de satisfaire une mode « festive » et son métier, le spectacle, ont conduit Frigide à organiser une sorte de parodie de gay pride avec chars, chants, musique disco et techno, « tubes » de l’été… La scène dressée sur le Champ-de-Mars évoquait un theâtre, une émission de télé-divertissement, pas un meeting politique. Seul le jeune Xavier Bongibault a eu un mot politique. Il a comparé Hollande à Hitler parce qu’il veut « enfermer les homos dans une définition dictée par leurs choix sexuels ». Mais pour cette remarque, à l’efficacité médiatique immédiate, il s’est fait tancer par Frigide, et s’est tout de suite excusé. Ce choix du festif et du non-politique n’est pas mobilisateur, car il maintient les manifestants dans le bien-être des retrouvailles de ceux-qui-pensent-comme-eux, et les bercent de la certitude fallacieuse d’une opinion largement répandue. Se réunir devient alors le but de la réunion. Par ailleurs, à cette foule qui attendait des mots d’ordre parce qu’elle avait reçu un choc - celui d’un projet de loi ouvrant le mariage à deux hommes entre eux ou à deux femmes entre elles - la réponse apportée par Frigide Barjot a été de dire que c’était pas vrai, qu’à un enfant il faut un papa et une maman, que les enfants naissent d’un homme et d’une femme. Et la foule a récité ou chanté cela un peu comme une litanie ou une comptine apaisante et auto-convaincante. Mais on ne lui a pas demandé (et on le lui a même interdit - les mots d’ordre et chants étant limités et imposés) de dire que ce n’est pas bien. Pour obtenir un résultat politique, il faut mener la foule vers une action politique.

Bago  : Pensez-vous qu’il serait alors possible de transformer l’essai ?

Catherine Rouvier : Oui, mais à certaines conditions. La foule est « expectante », dit le Bon. Son attente dure-t-elle après cette marche impuissante à modifier le cours des choses ? Là est la vraie question. Le vote mardi dernier [12 février 2013, ndlr] de l’article 1 disposant : « le mariage est ouvert aux personnes de même sexe » a sans doute été un deuxième choc, d’autant plus que l’annonce en a été faite alors que des manifestations avaient lieu en même temps en province devant les préfectures. Alors oui, on peut en effet imaginer qu’une foule immense réunie à nouveau le 24 Mars, sans flons flons, en un immense ruban compact comme en 1984 - et non divisée en trois cortèges, avec des slogans, banderoles et chants non pas imposés par le rose bonbon mais décidés par des chefs d’établissements scolaires, des religieux, des paroissiens, des chefs de syndicats et de partis, qui défileront suivis de leurs adhérents ou ouailles, dans une gravité et une colère véritable contre la dénaturation de notre modèle sociétal. Ceux qui l’imposent pourraient faire changer le cours des choses.

Mais la « réactivation mémorielle » étant une condition de la mobilisation des foules, il faudra que les organisateurs produisent des témoignages, non comme ils l’ont fait jusqu’ici d’enfants heureux d’avoir été adoptés par des parents de sexe opposé (encore une fois là, on n’attaque pas, on oppose une affirmation à une autre) mais des témoignages poignants, révoltants, ceux de ces enfants malheureux parce qu’ignorant leurs origines après PMA et qui ont écrit leur douleur dans des livres, ceux de ces adultes élevés par deux femmes ou deux hommes et qui ont été dans l’incapacité de construire une vie affective et l’ont avoué récemment dans la presse, celui de l’effarant procès de cette femme aux Pays-Bas ayant vendu à trois couples l’enfant qu’elle portait, et des conséquences terribles pour le bébé « ballotté » d’un foyer à l’autre au rythme des décisions de justice. L’empathie est l’autre source du phénomène de foule.

Autre modification nécessaire : il ne faudra pas isoler par un « cordon sanitaire » les manifestants du reste de la rue comme çela a été fait le 13 janvier. Pour que la foule agisse, qu’elle remporte le combat qu’elle livre, il faut que la rue puisse la rejoindre, la suivre, s’y agréger, il faut que la rue réagisse. Pour et contre, pourquoi pas ? La manifestation de Civitas du 18 novembre a été portée à la connaissance du monde entier en moins de 2 heures par les médias à cause de l’attaque des Femen. Il ne s’agit pas de provoquer les incidents, mais il faut laisser les adversaires montrer ce qu’ils sont et ce qu’ils veulent. La présence de la police doit suffire à éviter les débordements.

Enfin, la présence à cette manifestation du plus grand nombre d’étrangers présents en France, de croyants français non chrétiens - musulmans, voire confucéens - ainsi que des Français d’outre-mer résidant en métropole qui, comme Bruno Nestor Azerot, sont scandalisés par cette loi, est indispensable au succès de ce combat. Comme une majorité écrasante d’entre eux ont voté socialiste et que certains d’entre eux, les étrangers, seront appelés à voter très bientôt par le pouvoir en place, leur présence dans la manifestation interpellera plus sûrement les dirigeants que les gentilles mères de famille versaillaises qui - ils le savent bien - n’ont jamais voté et ne voteront jamais pour eux. Les contrarier, en effet, ne change rien à leurs chances de réélection !

Des électeurs homophiles ?

Bago  : Quel résultat peut-on attendre ?

Catherine Rouvier : Dans l’Histoire, les foules ont fait des révolutions, des coups d’Etat, mais aussi des obstructions au bon fonctionnement des institutions. Dans le cas présent, des milliers d’officiers municipaux sont opposés à ce projet. Devront-ils se démettre de leurs fonctions, renoncer à leur mandat parce qu’ils se seront mis en infraction en refusant d’appliquer cette loi et donc de « marier » des hommes entre eux ou des femmes entre elles ? Un joli but politique serait alors atteint pour l’actuelle majorité : démission garantie de tous les maires catholiques de droite, et des élus « réfractaires » de gauche ! Ne vaudrait-il pas mieux prendre les devants, et que les maires disent comme Mirabeau qu’ils sont dans leur mairie « par la volonté du peuple et qu’ils n’en sortiront que par la force des baïonnettes », mais qu’on ne les forcera pas à faire cet acte contraire à leur conscience ? Ce sont les communes, ne l’oublions pas, qui se sont insurgées contre le pouvoir excessif du roi et ont obtenu une « chambre » à elles en Angleterre dès le XIIIe siècle. De même, les associations familiales catholiques devront-elles changer de nom et d’objet social parce que la « famille », après le vote de la loi, devra obligatoirement comprendre les unions d’homosexuels et leurs désirs d’enfants ?

Des milliers de prêtres et de religieuses devront-ils tomber sous le coup de la loi, astreints à des amendes conséquentes pour avoir simplement dit ce que la religion qui est leur vocation et leur vie leur enjoint de dire sur ce sujet ? L’Eglise va-t-elle demain être mise hors-la-loi ? Aujourd’hui, elle n’a plus de chef, mais c’est justement cette situation - qui va attirer sur elle tous les projecteurs d’ici à fin mars - qui rendra d’autant plus visibles et d’autant plus efficaces les prises de positions et les actes posés par les évêques résolument opposés a ce projet.


[1A ce sujet, nous ne saurions que trop vous conseiller cet article : http://www.lerougeetlenoir.org/les-controverses/que-fera-t-on-de-nos-pieds

Messages

  • Bravo, chère Catherine (pardonnez ma familiarité), pour vos propos de bon sens et d’experte ! On croirait lire du J.T.V. . Avec ce dernier, et d’autres qui ne sont pas « déjantés », efforcez-vous de réunir les conditions d’une manifestation efficace en mars prochain, s’il vous plaît ! C’est fondamental, sinon les adversaires de notre pays glisseront sur du velours dans leur sombre dessein.
    Merci pour vos convictions manifestées avec joie à la radio (et pour votre bon sens).
    Vive la France et à la Grâce de Dieu !
    CTS

    — Christiancts

  • Marine Le Pen n’était pas présente en janvier... Les Français manifestants contre le mariage gay seraient-ils prêts à la reconnaître comme leur chef ? J’en doute : sinon, elle aurait été élue Président.

    François Fillon n’est pas plus clair que Jean-François Copé : l’un et l’autre sont favorables à une union civile.

    Comme leader naturelle qui puisse faire consensus, il n’y a, à mes yeux, que Louis de Bourbon, duc d’Anjou qui s’est exprimé contre le projet de loi Taubira : apolitique et croyant.
    Un Henri IV moderne capable de fédérer les croyants et les non-croyants.

  • Le Grand Rabbin est un homme sérieux, ses propos sont clairs et explicites.
    Mais malheureusement peut-il être considéré comme un chef pour les manifestants musulmans et les chrétiens qui participeraient à la manifestation ?
    J’ai peur que non. Même si les clivages sautent comme les Imams à Drancy.

    La question pour un évêque est la même. Ici aussi la réponse semble être la même.

    Qui parle clairement du côté musulman ? Je n’ai pas bien vu.

    Ce que je me demande surtout c’est, où sont les fruits du dialogue inter-religieux tant vantés par nos évêques ? Où sont les croyants musulmans, où sont leurs imams ? Pareil pour les croyants juifs, où sont-ils ?

    Ce qui serait souhaitable, peut-être, c’est que chaque communauté de croyants défile derrière ses responsables religieux.
    Mais qui mènerait la marche des non-croyants hostiles au mariage homo ?
    Et puis, peut-on combattre le communautarisme gay (qui voudrait nous imposer le mariage gay) en faisant preuve nous-même de communautarisme ? Je ne le crois pas.

    Hormis notre opposition au mariage, notre seul point commun c’est d’être Français.

  • Notre force est dans notre faiblesse.
    Nous sommes des personnes libres, pour la plupart fidèles d’une religion basée sur la liberté. Nous ne sommes pas une masse d’individus enrégimentés derrière un chef charismatique ou fascinés par un gourou illuminé. La force de Frigide Barjot est dans son auto-dérision et sa faculté à mettre Tugdual Derville en avant qui est son parfait contraire et complément !
    Ne pas confondre la France bien-élevée, rose bisounours, capable de faire descendre un million de personnes dans la rue et la CGT rouge sang mais incapable de mobiliser autant ! Imaginez ce qu’aurait fait la CGT avec autant de militants : un bain de sang !
    Notre force est dans notre faiblesse.
    Carmel Gindre
    mére de 7 enfants dont le dernier est trisomique : c’est pour cela que je m’y connais en faiblesse ;-)

    — carmel gindre

  • L’autodérision est-elle un moteur politique ?
    L’autodérision peut être une forme de moyen de pression, mais elle ne suffit pas.
    Oui notre force est dans notre faiblesse.

    @ Mme Carmel Gindre,
    En quoi, madame, dire que votre dernier enfant est atteint d’une maladie vous donnerait ou ne vous donnerait pas le droit ou plus que d’autres le droit de dire ce que vous dites (qui est légitime en tant que tel, quelle que soit la santé de vos enfants) ?

  • Dans une foule immense faut-il vraiment un seul leader ? Pas si sûr, il en faudra sans doute quelques-uns qui se compteront sur les doigts d’une main. Ce serait une erreur de mettre des leaders politiques. Par contre, Philippe Brillault, maire du Chesnay, qui a su rassembler plus de 700 000 signatures pour la pétition du CESE aux côtés d’un Bruno Nestor Azerot, député rebelle pour la gauche pourraient très bien incarner ce leadership.
    Outre le grand défilé nécessaire pour montrer la foule avec des slogans un peu plus percutants, il y a d’autres actions parallèles qui marqueront fortement l’opinion publique et surtout les médias comme par exemple le blocage du périf à un moment stratégique, ...
    ou d’autres plus subtiles qui ne peuvent être dévoilées ici.

    — michelam

  • Merci à Catherine Rouvier d’apporter son avis éclairé sur la mobilisation des anti-mariage pour tous !

    Bonne chance à tous, me permettai-je de vous souhaiter, car il faut enfin se rendre compte que nous sommes devant la Nième attaque contre la société occidentale traditionnelle, les attaques sérieuses, toutes dans le même sens, remontant en gros à la fin du 18e siècle… !

    L’ENNEMI a eu le temps de fourbir ses armes, vous en conviendrez !

    Lire par exemple un bouquin de poche en vente dans toute bonne librairie : « L’Histoire Secrète du Monde », collection J’ai Lu…

    Cette foi-ci encore, nous l’aurons inéluctablement « dans le baba » tant que nous ne démasquerons pas publiquement cet ENNEMI très ancien et très acharné…Il est vrai que, cette fois-ci, il y va très très fort, et s’attaque aux fondements mêmes de notre société… !

    Que chacun s’instruise et commence à agir pour de bon, Amen !

    LE VEILLEUR DU VINGTIÈME ARRDT.

  • Merci Madame ! c’est exactement ce que je pensais, et c’est pour cela que j’ai défilé avec Civitas, on priait et on n’avait pas forcément envie de rire ... sans être « faschos » pour autant !

    — Ar Vro

  • NE LAISSONS PLUS DORMIR le CESE : FORMONS UNE CHAINE PROTESTATAIRE, de 0h00 à 24h00 :

    Déchainez-vous sans modération contre le CESE et faites circuler !
    1 – Par mail : jpdelevoye@lecese.fr ou contact@lecese.fr.
    2 – Par courrier : Jean-Paul Delevoye, Prochainement Feu le Président du Conseil économique social et environnement, 9 place d’Iéna, 75775 Paris Cedex 16...
    3 – Par téléphone : Jean-Paul Delevoye 01 44 43 61 64 ou Christine Tendel, Dir Com : 01.44.43.61.53
    4 – Par sms : Christine Tendel, Dir Com : 06.74.22.75.62

    — Nono

  • A mon avis vous avez tort d’afficher le texte de Mme Rouvier sur votre site.

    Mme Rouvier nous la connaissons principalement par ses émissions sur Radio Courtoisie…

    Et, parmi toutes les canailles qui déshonorent cette radio, elle est une des pires…

    Pas seulement à cause du ton et du style psychiatrique qu’elle donne à ses émissions en ponctuant chacune de ses interventions d’un rire de folle hystérique qui la rend insupportable… mais, aussi, sur le fond, sur les idées…

    Elle est d’une totale ambiguïté…

    … Semblant naviguer en permanence entre des idées d’extrême gauche à peine voilées, et des clins d’œil appuyés à la soi-disant Droite Nationale ( … elle a été candidate sur une liste FN, mais il suffit d’avoir entendu son entretien récent avec JM Le Pen pour comprendre qu’elle n’a, en réalité, rien à voir avec les idées qu’était censé défendre le FN… du temps où il existait…).

    Un seul exemple de la crapulerie dont elle est capable : son émission sur Radio Courtoisie, jeudi 29 fév., le jour de la renonciation de Benoît XVI…

    Ce soir-là, elle a consacré, avec ses invités, les deux premières heures de l’émission au départ du Pape… et la troisième heure à l’invité « littéraire » principal, qui était présent tout au long de l’émission…

    Or : qui était cet invité ???… Ca paraît incroyable, inimaginable, et pourtant c’est bien la réalité : cet invité était GABRIEL MATZNEF !!!

    Gabriel MATZNEFF ??? Savez-vous qui est réellement G.MATZNEFF ?… Savez-vous qu’il est un des piliers, un des principaux représentants du MILITANTISME PEDOPHILE français depuis des décennies ???...

    Il suffit, pour le savoir, de consulter la page intitulée « Militantisme pédophile » de Wikipédia… Il y est cité une bonne dizaine de fois et on y trouve une description assez complète de son palmarès dans ce domaine…

    Citations : -« Gabriel Matzneff parle abondamment dans ses livres de son goût pour les jeunes adolescents des deux sexes… les Moins de 16 ans… exaltant l’amour des jeunes adolescents, allant jusqu’à évoquer des amours vécus avec des garçons de douze ans…

    … ( signant des pétitions dont ) la plus célèbre publiée à l’époque est celle du Monde et de Libération, du 26 janvier 1977 :

    … quand trois hommes comparaissent devant la cour d’assises de Versailles pour « attentats à la pudeur … sur mineurs de moins de 15 ans » … Leurs trois ans de détention préventive suscitent une pétition, … qui affirme que les enfants n’ont subi « aucune violence », et qu’ils étaient « consentants », ajoutant en outre « Si une fille de 13 ans a droit à la pilule, c’est pour quoi faire ? »…

    autres signataires : Louis Aragon, Simone de Beauvoir, Bernard Kouchner, Jack Lang, etc. etc. …

    … Jacques Dugué, arrêté pour abus sexuels… publie dans Libération une tribune libre où il fait l’apologie de la « sodomisation » d’enfants, affirme que « l’enfant qui aime un adulte (...) aime ressentir dans son corps le membre viril de celui qu’il aime, d’être uni à lui, par la chair » et demande « qu’on arrête de persécuter ceux qui aiment les enfants avec leur corps »…

    Au procès de Dugué, Gabriel MATZNEFF témoigne en sa faveur ...
    … En 1982 éclate en France l’Affaire du Coral, autour d’abus sexuels présumés commis dans un « lieu de vie communautaire »… Gabriel MATZNEF est renvoyé par Le Monde à la suite de sa mise en cause… »

    … Fin de citations, reportez vous à la page « Militantisme pédophile » de Wikipédia, et à tous les documents abondants à cet égard…

    Et on se rappelle tous avoir entendu ce sinistre individu venir parader jusque dans les années 80, dans tous les médias officiels, France Culture, Le Monde, etc. … où il venait présenter ses bouquins où il se vantait ouvertement de tout faire pour se « taper » un maximum de petites filles et de garçons mineurs, les plus jeunes possibles !!! Tout ça est archivé à l’INA, indiscutable !!!

    … Comment Mme ROUVIER peut-elle inviter MATZNEF, le PAPE DES PEDOPHILES, à venir parader sur Radio Courtoisie, le soir même où Benoît XVI renonce à sa charge, ??? Dans une émission qui est consacrée à cette renonciation !?!?

    Bien entendu, la partie consacrée au Pape a été, comme toujours sur cette radio, une litanie de commentaires hagiographiques… le perpétuel chapelet de papolâtrie et d’ultramontanisme dont Radio Courtoisie assomme en permanence ses auditeurs !!! ( alors qu’ils se prétendent les porte-parole des traditionalistes, des Lefèbristes, etc. !!! )

    Tout, ça ponctué par les interventions de Matznef… tout ça pour déboucher sur une dernière heure d’émission entièrement consacrée à ce MATZNEF, le PAPE DES PEDOPHILES !!!

    C’est abjecte !!! C’est dégueulasse !!!

    Est-ce que les Catholiques n’ont pas déjà assez de souffrances à supporter avec toutes les rumeurs, et toutes les affaires réelles, liées à la pédophilie, etc. etc. … ???

    Faut-il vraiment souiller encore un peu plus l’Eglise en l’impliquant avec des ordures comme ce Matznef ???? Spécialement ce soir-là !?!?!

    C’est totalement abjecte de double-langage… et, avec cette émission, Mme Rouvier nous a une fois de plus prouvé qu’elle est ce genre d’ « amis » qui vous invite à dîner, verse de l’arsenic dans votre soupe, et vous plante un poignard dans le dos pour faire bonne mesure !!!

    Etc. etc. …………….

    Mais, il y a aussi ce fameux texte sur la manifestation du 24 MARS !!!

    Ce texte qui a fait grand bruit dans les milieux d’opposition à Loi Taubira, et que vous avez trouvé pertinent de reproduire sur votre site…

    Je vais essayer de faire court…

    Elle nous dit qu’il nous faut un « CHEF »… Surtout pas !!! Il ne nous faut surtout pas de chef !… Et surtout pas le chef de Mme Rouvier !!! qui est, très certainement, une canaille de l’UMP : Sarkozy, ou un autre voyou du même acabit…

    Notre « Chef » : c’est NOUS !… c’est moi, vous, nous, nous tous… tous ceux qui refusent la Loi Taubira !…

    Surtout pas de chef : ni la trop médiatique cheftaine Barjot… ni personne ! Nous ne voulons pas nous retrouver, une fois de plus, avec une bande de grigous et de frimeurs nombrilistes, qui se serviraient de nous, pour assurer leur gloriole et leurs petits intérêts personnels !!!

    Le culte de la personnalité, le fantasme atroce de l’Homme providentiel et du pseudo Grand Homme… les « Glorieux Leaders », le « Führer Principe », etc. etc. … il y en a plus que marre !!! Et on a trop vu où ça mène : dans l’abjection ou dans le sordide !!! Pas de chef ! Surtout pas !!!

    Elle en appelle à l’engagement des immigrés !!!

    Non ! Surtout pas !!!

    Et surtout pas les musulmans !!!

    Qu’ils se mêlent de leurs affaires !!! La seule chose qu’on leur demande… La seule chose qu’on attend, qu’on espère des étrangers… c’est qu’ils repartent chez eux, et rien d’autre !!! Et qu’ils nous fichent la paix ici !!!

    Elle en appelle à l’Audace Révolutionnaire…

    … Mais, j’aimerais bien voir les têtes que feraient Mme Rouvier et ses amis, si…

    … Si, nous qui sommes doux comme des agneaux, les plus pacifiques contre-révolutionnaires… nous qui ne citons Robespierre, Marat ou Danton que pour les insulter…

    … Quelle tête ferait Mme Rouvier, si nous décidons de faire de ce 24 mars notre 14 juillet ?!? Et de faire subir à l’Assemblée Nationale le sort de la Bastille !!!

    Quelles têtes que feront Mme Rouvier et ses amis, si au soir du 24 mars l’assemblée Nationale n’est plus qu’un tas de ruines fumantes ?…

    Se réjouiront-ils ??? Ou bien : seront-ils en train de faire leurs valises dans la panique et la précipitation ?!?! Je parie pour la seconde hypothèse !!!

    Etc. etc. etc.

    Bref… si vous voulez mon avis : vous devriez retirer le plus vite possible le texte de Mme Rouvier de votre site…

    Merci de votre attention.

    — WILLIAMSON

  • Cher Williamson,

    En réalité, nous n’avons pas repris ce texte, nous sommes les premiers à l’avoir publié.

    Pour le reste, je vous répondrai plus tard.

    Bago

    — Bago

  • Bago renoncez a publier Mgr Williamson , svp ! Il a fait assez de mal à l’Eglise et à la Fraternité , et gache l’ambiance à chacune de mes emissions par ses longues missives delirantes !

    — Catherine Rouvier

  • Les 300000 babouins catholi-pétainistes qui ont défilé dimanche sont, pour la plupart, mariés. Pas un seul n’a eu la courtoisie de me demander mon autorisation pour son mariage, autorisation que je leur aurais accordée bien volontiers par ailleurs.

    Et ces abrutis voudraient, non seulement que je leur demande la leur pour me marier, et en plus, ils me la refuseraient.

    Les cons, ils osent tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît....

    — fier socialiste

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Sur Facebook